Réseaux commerciaux et politiques des Florentins à Lyon autour de 1500, par Agnès Pallini-Martin

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Ma thèse, soutenue le 26 juin 2013, porte sur l’étude des réseaux commerciaux et politiques de marchands florentins établis à Lyon à la fin du XVe siècle à partir des documents comptables de compagnies. L’un de ces marchands, Giuliano da Gagliano, active des réseaux politiques français et florentins au service des Medici, tandis que les deux autres, Alamanno et Jacopo Salviati, fondent leurs activités commerciales sur des réseaux marchands, dont la trame est florentine et qui sont actifs dans tous les grands centres européens comme Lyon, Rouen, Toulouse, Paris, Bruges, Nuremberg, Burgos, Valladolid[1]. La notion de réseau et les travaux menés sur les réseaux marchands ont été essentiels dans mon travail de thèse, notamment ceux qui portent sur les comportements des marchands, leur méthode, les solidarités et les pratiques marchandes en particulier dans leurs implantation à l’étranger[2]. Les documents comptables : grand livre, répertoire, livre de ricordanze sont une source importante pour la reconstruction des réseaux marchands en mettant à jour l’organisation et la hiérarchie du réseau ainsi que les évolutions de celui-ci[3]. Les réseaux marchands florentins ont pour origine l’appartenance familiale, ils trouvent également des prolongements dans les engagements et les positions politiques prises dans la ville de Florence à la fin du XVe siècle. Réseaux économiques et réseaux politiques sont à étudier ensemble.

Agnès Pallini-Martin est docteur en histoire économique médiévale à l’EHESS.


[1] La géographie des réseaux fait apparaître des centres et des périphéries, D. Coulon, (dir.), Réseaux marchands et réseaux de commerce. Concepts récents, réalités historiques du Moyen Age au XIXe siècle, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010, p. 7-13.

[2] D. Coulon, O. Picard, D. Valerian, Espaces et réseaux en Méditerranée, VIe-XVIe siècle, La configuration des réseaux, vol. 1, Edition Bouchene, 2007. Le second volume, paru en 2010 est intitulé La formation des réseaux. J. F. Padgett et C.K. Ansell, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », The American Journal of Sociology, vol. 98, n° 6, mai 1993, p. 1259-1319. P. D. McLean, « A Frame Analysis of favor Seeking in the Renaissance: Agency, Networks and political Culture », in The American Journal of Sociology, vol. 104, n° 1, juillet 1998, p. 51-91. P. Braunstein, « Réseaux familiaux, réseaux d’affaires en pays d’Empire : les facteurs de sociétés (1380-1520) » in Le négoce international XIIIe-XXe siècle, ed. par F. Crouzet, collection économies et sociétés contemporaines, Economica, Paris, 1989, p. 23-34.

[3] A. Molho et D. Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales, Histoire, Sciences sociales, 58 (mai-juin 2003), p. 569-579. F. Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », Annales, Histoire, Sciences sociales, 58 (mai-juin 2003), p. 581-603.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. avril 22, 2015

    […] Résumé de la communication sur le carnet de recherche Reshist Enregistrement audio de la communication sur le carnet de recherche Reshist […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *