Le demi-monde : prostitution et réseaux sociaux dans le Paris du XIXe siècle, par Lola Gonzalez-Quijano

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Début du texte :

Les clients de la prostitution sont les grands absents des ouvrages consacrés à la prostitution aussi bien que des archives. Les rapports de police ne mentionnaient pratiquement jamais les noms, ni même la présence de clients de prostituées lors d’une arrestation ou d’une surveillance, allant même jusqu’à parler d’« amateurs » à leur propos : le terme effaçant totalement l’aspect financier de la relation sexuelle. Ce constat ne souffre qu’une exception : les clients du demi-monde. La presse de l’époque faisait son miel des dépenses, des réputations et des scandales du monde galant. Même si les scènes étaient anonymisées ou leurs auteurs désignés par des patronymes ou des allusions — ne les rendant identifiables que pour un nombre restreint d’initiés. Mais les dossiers de femmes galantes, les rapports de recherches et de renseignements émanant de la police de Sûreté concernant les personnalités alors en vue étaient riches d’informations quant à ces relations demi-mondaines.

Pour lire la suite, cliquez ici (document pdf).

Lola Gonzalez-Quijano est chercheuse associée au Ladéhis (EHESS)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *