La fabrique et le commerce du savoir : les réseaux et les pratiques du naturaliste Jean Hermann (1738-1800)

Dorothée Rusque , Doctorante en histoire depuis octobre 2012, prépare une thèse à l’Université de Strasbourg (EA 3400 ARCHE, ED 519-Perpectives européennes), sous la direction d’Isabelle Laboulais. Elle présentera un poster lors des premières rencontres du groupe RES-HIST. Télécharger le poster (format PDF)

Naturaliste et professeur à l’Université de Strasbourg, à l’Ecole de Santé, au jardin botanique et à l’Ecole centrale du Bas-Rhin1, Jean Hermann a créé dès 1762 un riche cabinet d’histoire naturelle, ainsi qu’une bibliothèque de plus de 12000 ouvrages, qu’il a mis au service de son enseignement. Son travail scientifique, son enseignement et ses collections l’ont amené à construire et à s’inscrire dans de vastes réseaux multiformes déployés à l’échelle européenne. Les sources conservées, à la fois riches et rares, permettent de reconstituer les groupes des visiteurs de son cabinet, des auditeurs de ses cours, enfin des correspondants, avec lesquels il entretenait des liens. Le savant a en effet échangé des lettres avec plus d’une centaine de correspondants2, il a également été membre d’une vingtaine de sociétés savantes, mais il a surtout établi un catalogue des visiteurs de son cabinet de 1762 à 1800 (3600 personnes environ) ainsi qu’un registre des auditeurs de ses cours, tant privés que publics (1700 élèves environ). Marqués par un fort tropisme germanique, ces réseaux irriguent néanmoins toute l’Europe. Les méthodes sociologiques de l’analyse des réseaux démontrent tout leur intérêt pour l’historien, à titre instrumental. Je suis donc en train d’élaborer une base de données, dans laquelle une table est attribuée à chaque forme de réseau. Elle devrait aboutir à une base de données prosopographique des visiteurs, correspondants et auditeurs de Jean Hermann. La spécificité des outils à bâtir, la question du choix et des formats de la base de données suscitent encore de nombreuses questions et c’est à ce titre que j’aimerais participer à la première rencontre du RES-HIST. Si les réseaux épistolaires ont été mis en avant par les historiens dans la construction de la République des lettres, la nouvelle histoire des sciences qui examine les savoirs au prisme des pratiques, des acteurs ou des instruments10, invite à envisager les réseaux dans une dynamique collective afin de cerner leurs interactions1. Les réseaux constituent ainsi des observatoires privilégiés de la production du savoir naturaliste, de son commerce et de sa circulation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *