Actes de la journée FMR « Les réseaux dans le temps et dans l’espace »

Avant de vous proposer plusieurs retours sur les excellentes journées Res-Hist de Nice, nous vous signalons la mise en ligne des très beaux actes de la récente journée du groupe FMR sur « Les réseaux dans le temps et dans l’espace », téléchargeables au format pdf. L’intérêt majeur de ces actes est leur caractère interdisciplinaire et les historien.ne.s auront avantage notamment à s’y confronter à différentes représentations de l’espace ; mais notons aussi la présence de contributions relevant directement de l’histoire, en particulier celles dont les résumés suivent :

« Magali Watteaux , L’analyse archéogéographique des réseaux routiers dans la longue durée. Nouvelles approches méthodologique et théorique

Résumé : Cet article souhaite exposer la manière dont sont étudiés les réseaux routiers en archéogéographie depuis une vingtaine d’années. Délaissant l’approche par tronçons et par périodes isolées les unes des autres, l’accent est porté sur une lecture diachronique, systémique, multiscalaire et complexe, fondée sur une différenciation des niveaux composant ces réseaux. Il en ressort une analyse et une interprétation renouvelées des réseaux routiers historiques, dont les résultats intéressent de ce fait tout autant l’historien que le géographe ou l’aménageur contemporain. Après un rappel des principales étapes historiographiques qui ont permis ce renouveau des études, seront présentés la méthodologie et un exemple dans le sud de la Vendée.

Gabriel Garrote, Entre franchissement et enfermement : pluralité et variabilité de configuration des réseaux notabiliaires territorialisés

Résumé : L’étude proposée analyse le rapport de notables au territoire départemental dans le premier tiers du XIXe siècle. Elle se propose d’interroger les interactions entre réseaux et territoires à partir de deux études de cas. La première s’appuie sur l’étude des conseils d’arrondissement et de département pour questionner l’aptitude des notables à mettre le territoire en réseau et à s’inscrire dans des réseaux qui transcendent l’espace géographique. La seconde porte sur les parentèles qui tiennent les administrations de la sous-préfecture du Rhône et analyse le réseau comme source de pouvoir sur un territoire circonscrit. Croisant individu et parentèle, ancrage local et rayonnement, elles constituent une voie d’accès pour comprendre l’affirmation et le maintien de l’influence de notables dans le temps et l’espace.

Viera Rebolledo-Dhuin [également présente à Nice], Les réseaux financiers de quartier dans la librairie parisienne au XIXe siècle. Support et révélateur de la mobilité sociale et professionnelle

Résumé : Héritière des anciennes corporations de métiers, la librairie parisienne du XIXe siècle constitue une économie localisée fondée sur l’escompte commercial. L’analyse de réseaux de crédit permet de mettre au jour l’enjeu de la proximité pour la circulation de papier et de révéler la structure comme l’évolution des systèmes de financement dans ce secteur. Elle appelle néanmoins d’autres méthodes pour prendre pleinement en compte l’épaisseur historique des intermédiaires qu’elle met en exergue. »


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Laurent Beauguitte dit :

    Pour compléter : toutes les propositions ou presque cherchent à prendre en compte la dynamique des réseaux (qu’ils soient sociaux, techniques, économiques, etc.), ce qui devrait intéresser les historien-ne-s. Et, à titre personnel, voir un papier co-signé par une sociologue, un physicien et un informaticien me plaît beaucoup.

  2. F. dit :

    Encore une belle et riche journée d’échanges, pluri et transdiscipminaire ! Rdv dans un an…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *