Les journées Res-Hist vues par un géographe – première partie

Qu’on se s’attende pas à trouver ici un compte-rendu complet et/ou objectif des premières journées RES-HIST – je me permets de renvoyer au très bon billet de Laurent Nabias paru la semaine dernière sur ce blog. Il s’agit plutôt d’une série de réflexions et de questionnements qui visent à provoquer des réactions, des échanges et des discussions. L’angle choisi est donc partiel (j’ai raté les présentations du jeudi matin), partial (je suis engagé depuis plusieurs années dans des réseaux… d’analyse de réseaux) et, de par ma formation disciplinaire (voir le titre de ce billet), nécessairement décalé. Par ailleurs, ayant des disponibilités horaires limitées ces jours-ci, je choisis de livrer ici une première salve de remarques rapides sur quelques points saillants avant de revenir, dans quelques semaines, sur d’autres aspects demandant plus de recul et de réflexion.

Impressions d’ensemble

Cela a été dit, écrit, et il est important de le répéter : l’organisation de ces journées fut impeccable (spéciale dédicace à Silvia Marzagalli) ; les discussions, pendant les sessions et en dehors, riches, stimulantes, parfois musclées ;  ces trois journées niçoises furent un vrai moment de bonheur scientifique et humain. Donc, et je préfère insister, tout ce qui suit doit être lu à la lumière de ce qui précède : si je pointe les faiblesses, je reconnais la très grande qualité de ces journées.

J’ai été frappé par la très grande disparité concernant la maîtrise du vocabulaire, des outils et des méthodes de l’analyse de réseaux. Quand certain-e-s utilisent CONCOR (canonique méthode de partitionnement des sommets dans un graphe) ou proposent des visualisations lisibles et scientifiquement justifiées, d’autres peinent à produire une image (je reviendrai sur les visualisations dans mon prochain billet car il y a là un enjeu scientifique et méthodologique qui me paraît de première importance) ou à justifier une mesure aussi basique que celle des degrés. En soi, ce n’est d’ailleurs pas un problème : il est heureux que ces rencontres permettent un tel brassage. Là où cela peut poser problème, c’est lorsque la faiblesse méthodologique – nous avons tou-te-s commencé par être mauvais et par produire des images atroces, et c’est normal – est niée, masquée par les développements thématiques. A titre personnel, je peux m’intéresser aux discours de Plutarque, aux réseaux de libraires au XIXe ou aux réseaux nobiliaires de l’Ile de France au XIVe si et seulement si l’approche méthodologique est suffisamment traitée pour me permettre de comprendre l’apport de ces outils aux questions de recherche posées – c’était le cas dans les trois exemples évoqués. Mais les présentations exclusivement thématiques avec pour alibi un terme non défini et une image non commentée me laissent sur ma faim…

Deuxième point, plus gênant à mon sens, comme dans d’autres disciplines, il y a chez certain-e-s une confusion (à mon avis) stérilisante entre réseau et analyse de réseaux. L’analyse de réseaux est un ensemble de méthodes – et pas seulement un moyen de visualiser – permettant de répondre à des questions de recherche variées. Le réseau est une notion molle, floue, et il existe des dizaines de définitions d’un intérêt parfois limité (voir notamment l’ouvrage de Pierre Musso, 2003, Critique des réseaux, PUF). Je l’ai déjà écrit ailleurs, je le répète ici aujourd’hui : on a le droit d’utiliser l’analyse de réseaux même quand on ne travaille pas sur un « réseau ».

Une approche originale de l’analyse de réseaux en histoire ?

Je connais mal les spécificités méthodologiques de l’historien-ne et j’espère ne pas écrire trop de bêtises dans les lignes qui suivent… Il y avait semble-t-il chez nombre des participant-e-s à ces journées une certaine prudence, une certaine retenue quant à l’interprétation des résultats. Cette modestie est en soi louable : être conscient-e des limites de ses traitements est une démarche salutaire. Là où cette prudence me paraît mal placée, c’est quand elle est justifiée par la prétendue spécificité de l’approche historique et l’incomplétude des sources évoquée de manière quasi rituelle. Les lacunes documentaires ne sont pas propres à l’historien-ne et l’analyste de réseaux, dans toutes les disciplines, traite systématiquement de réseaux incomplets. Qu’il s’agisse d’enquêtes sociométriques, de recherche sur de grands réseaux (internet par exemple) ou de réseaux commerciaux au siècle x ou y, les données analysées sont toujours des échantillons. La définition des limites du réseau est l’un des questions récurrentes en analyse de réseau et Barnes indiquait en 1979 que l’un des principaux problèmes était de déterminer « where to set limits in the analysis of social networks that in reality do not have any obvious limits at all » (cité dans M. Hennig et al., 2012, Studying Social Networks. A Guide to Empirical Research, Campus Verlag, p. 83). Pour résumer ma pensée : oui vos données sont (souvent) lacunaires, oui il convient d’être prudent dans l’interprétation mais détendez-vous, c’est toujours le cas quand on pratique l’analyse de réseaux !

Based de données et (pénurie d’)ingénieur-e-s…

J’ai vécu lors de ces passionnantes journées un moment de sidération et un d’accablement.

Sidération lorsque j’apprends que l’un des modèles de base de données utilisé encore aujourd’hui en histoire (Fichoz) repose a) sur un logiciel propriétaire payant et b) ne permet pas de requête SQL… Qu’en 2013, on s’accroche à des outils plus ou moins obsolètes sous prétexte qu’ils sont adaptés aux données historiques (j’avoue ne pas avoir compris cet argument…) m’a stupéfait. J’ai du coup un peu insisté pour essayer de comprendre et, si j’ai bien saisi, il suffirait de récupérer la structure relationnelle du modèle existant et de le transférer en SQL en ajoutant une interface de saisie. Rien de bien compliqué mais…

… mais le moment d’accablement est venu lorsque le samedi matin, lors de la discussion générale, j’ai fait remarquer qu’il existait des ingénieur-e-s, qu’il ne fallait pas hésiter à les solliciter et qu’ils et elles étaient indispensables pour apprendre à connaître les outils disponibles, à les maîtriser et que, plus généralement, aucune recherche en SHS aujourd’hui n’était possible sans ingénieur-e. La réaction quasi unanime (Laurent Nabias excepté, il est doctorant et ingénieur…) a été de me répondre que des ingénieur-e-s en histoire, ça n’existait pas. Qu’il y en ait peu, c’est certain ; que le CNRS ait une politique imbécile de non recrutement – à ce stade, parler de politique est d’ailleurs sans doute exagéré -, c’est certain aussi. Mais des ingénieur-e-s dans des labos de SHS ou dans d’autres institutions (ENS, EHESS), il y en a, et ils et elles sont généralement faciles d’accès et d’une compétence inégalée. Que les doctorant-e-s (et leurs directeur-e-s de thèse ?) ne sachent pas comment et où les contacter est peut-être en partie lié à la structure du champ historien : quand une thèse est non financée, menée par un-e professeur-e du secondaire et que les rapports avec le ou la directeur-e de thèse sont au mieux épisodiques, comment s’étonner que le terme d’ingénieur n’éveille aucun écho ?… Là encore, ceci est un témoignage de géographe qui n’y comprend rien mais.

En attendant la suite…

Voilà pour cette première salve de remarques qui, je le répète, vise à nourrir les échanges, les dialogues et les réflexions. J’espère que mes collègues historien-ne-s ne s’offusqueront pas et ne prendront pas pour un regard surplombant ce qui n’est qu’un regard décalé… Et je reviens dans quelque temps sur les enjeux liés à la visualisation des données.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Claire Lemercier dit :

    Je partage pas mal des impressions de Laurent Beauguitte, mais je voudrais donner un point de vue d’historienne (situé et sans doute partial) sur la question des ingénieur.e.s évoquée à la fin. De mon côté, je dois à Pascal Cristofoli une initiation express excellente à Excel au moment de l’équivalent du M2, puis à des ingénieur.e.s en sociologie beaucoup de ce que je sais d’autres logiciels. Mais je compte sur les doigts d’une main les ingénieur.e.s en poste auprès d’historien.ne.s et compétent.e.s sur un type ou l’autre de bases de données ou traitement de données que je connais. Malgré tous leurs mérites, ils et elles ne peuvent aider qu’une infime minorité… Du coup, on fait sans et j’ai moi-même énormément rempli des tâches qu’on pourrait penser « d’ingénieur.e. ». Tâches en rien méprisables et que j’étais donc fière d’accomplir, mais je le faisais à la va-vite, parfois en bricolant, et fondamentalement en prenant le travail qui aurait pu être celui de quelqu’un (car on ne manque pas de personnes compétentes qui pourraient être embauchées). A mon sens, la pénurie est donc réelle, mais nous en sommes en partie responsables car nous ne réclamons pas énormément non plus (même s’il n’est pas sûr que nous serions entendus).

  2. Laurent Beauguitte dit :

    Sur la question des ingénieur-e-s, deux remarques complémentaires. Les écoles thématiques sont souvent un endroit propice pour les rencontrer – ils et elles étaient ainsi nombreux-ses au dernier Quantilille consacré à l’analyse de réseaux (voir les billets de Pierre Mercklé sur le blog quanti.hypotheses.org). Quant à la responsabilité des chercheur-e-s, si le premier réflexe lors du montage d’une ANR est souvent de prévoir le recrutement de post-docs – ce qui est bien entendu légitime -, dans la mesure où il y a des enjeux liés au traitement des données, prévoir un CDD d’ingénieur-e serait souvent utile.

  3. NABIAS dit :

    Bonjour

    Étant très pris par mon travail actuellement, je viens de lire ces intéressantes discussions sur le métier d’ingénieur en sciences humaines. Je n’en connais pas beaucoup non plus, sauf au LAMOP, le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris I, où justement les ingénieurs participent à la mise en place de bases de données en partenariat avec les historiens (enfin j’en connais au moins 2 de nom).
    Ceci dit, je pensais pouvoir un jour basculer d’IGE BAP F (filière documentation) en BAP D (analyse de sources anciennes, bases de données) une fois ma thèse achevée. Je vois qu’il y a des débouchés potentiels, même si cela ne signifie pas forcément une ouverture de postes pour les titulaires. En effet, après avoir discuté avec quelques enseignants ou chargés de recherche, j’ai l’impression que les laboratoires préfèrent recruter des postdocs ou des IGE en CDD que des mutations internes.
    Pour information, cependant, dans la BAP documentation qui nécessite des ingénieurs pour gérer les ressources électroniques, les bases de données, les logiciels documentaires et autres portails, les besoins sont bien réels, j’en veux pour preuve le récent recrutement de l’équipe qui va gérer le datacenter du gigantesque équipement documentaire du futur campus condorcet, (projet appelé Biblissima). Même si la plupart des ingénieurs sont recrutés en CDD, il faut donc saluer ces recrutements massifs d’ingénieurs, qui je l’espère, s’étendront aux filières historiques…
    Cordialement
    Laurent NABIAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *