Deux ouvrages dirigés par Pierre-Yves Beaurepaire, lus par Marie-Carmen Smyrnelis

à propos de : Pierre-Yves Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, 2002 et Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et réseaux relationnels, Montpellier, Université Montpellier III, 2003.

A noter : le second ouvrage a longtemps été disponible en ligne en texte intégral – c’était un pionnier du genre. Il ne l’est plus, malheureusement. Nous proposerons prochainement la lecture de ses chapitres sur le carnet Res-Hist.

 Ce sont les « réseaux » qui sont au cœur des interrogations de ces deux ouvrages collectifs, respectivement dirigé et co-dirigé par Pierre-Yves Beaurepaire, qui rassemblent un nombre important d’études historiques pour la période des XVIIIe et XIXe siècles. Réseaux de correspondances, réseaux de communication, réseaux relationnels individuels ou familiaux. Sans oublier que la réalisation de ces deux ouvrages n’a été possible que par la constitution en 1997 du Réseau scientifique pour l’étude de la communication dans l’Europe moderne [NDLR : dont un descendant est aujourd’hui le programme CITERE] qui rassemblait des chercheurs de plusieurs universités françaises et étrangère.

D’emblée, Pierre-Yves Beaurepaire, seul ou avec Dominique Taurisson, exprime le souhait d’examiner les réseaux relationnels  individuels et familiaux à partir d’archives qui n’avaient pas été exploitées jusqu’à présent dans une telle perspective, afin d’en proposer de nouvelles lectures. Les études publiées dans le premier volume, qui date de 2002, ont recours aux correspondances (personnelle, diplomatique, commerciale, etc). Dans le deuxième volume (sorti en 2003), le corpus pris en compte est plus large puisqu’il s’agit de l’ensemble des « égo-documents » : correspondances, mais aussi journaux intimes, biographies, mémoires, donc tout un ensemble de sources dans lesquelles se « déploie la subjectivité d’un individu »[1] et qui renvoient à « l’écriture de l’intime, à la confidence, au secret, bref à ce qui ne se communique pas. »[2] Dans chacun des ouvrages, une réflexion approfondie est entreprise sur la nature spécifique de ces sources, la nécessité de les juxtaposer pour mieux saisir  les choix que font individus et familles, sur les questions que pose un tel recours pour entreprendre une analyse des réseaux relationnels.

D’emblée aussi, les deux ouvrages entendent se démarquer de l’usage proprement métaphorique, qui est fréquemment fait de la notion de réseau, dans diverses études, historiques ou non.  Il ne s’agit dès lors pas d’analyser le réseau « comme une structure inerte, mais un organisme vivant »[3] afin d’en mesurer les inflexions, les évolutions, les recompositions, les interactions. Dans le deuxième ouvrage, P.-Y. Beaurepaire et D.Taurisson font une proposition qu’il me semble très intéressante de retenir : préférer au terme « réseau » celui plus souple d’ « espace relationnel »[4] qui rend mieux compte de la dynamique dans laquelle les liens individuels et familiaux créés s’insèrent au quotidien, du contexte dans lequel ils sont noués, de leur nature, afin d’en mieux saisir le sens pour chaque individu, chaque famille. Ils s’inscrivent ainsi dans un ensemble de recherches récentes[5] qui envisagent le réseau comme un ensemble de relations ouvert, mobile, qui se réajuste constamment en fonction des possibles auxquels se trouvent confrontés les différents éléments qui le composent.

Par ailleurs, ces deux ouvrages prennent en considération une dimension trop souvent négligée, dans les études sur les réseaux sociaux : l’espace physique. L’espace y est partout présent parce que par définition, les réseaux de correspondance s’inscrivent, délimitent un espacephysique qu’ils contribuent aussi à structurer. Les réseaux ainsi dessinés ont une double dimension : relationnelle et spatiale, l’un se combinant à l’autre, l’une enrichissant l’autre. Dès lors, l’espace physique a un statut spécifique pour les réseaux relationnels noués, qui ouvre à de nouveaux questionnements. Mais les correspondances  délimitent et organisent aussi un échange social d’échanges et de transactions symboliques. Espace physique et espace social s’articulent et c’est cette articulation même qui mérite d’être approfondie.

Enfin, les outils techniques ne sont pas oubliés de l’analyse : constitution de bases de données relationnelles[6] pour l’enregistrement des informations de nature très diverse trouvées dans les sources consultées, représentation graphique des réseaux ainsi reconstitués, afin de « visualiser la manière dont se construit l’échange d’informations, d’enregistrer l’accélération ou au contraire leur ralentissement et rétractation, la manière dont se constitue un réseau d’informateurs avec ses intermédiaires, ses synapses, ses thromboses éventuelles et ses terminaisons. »[7]

Cette brève note de lecture ne se veut pas une recension, au sens classique du terme, de ces deux très intéressants ouvrages et des différentes contributions fort riches qui les composent. Elle souhaite simplement inviter chaque lecteur, intéressé par la notion de « réseau social », plus particulièrement dans des recherches en histoire, à les découvrir et à  lire tel ou tel autre article, au gré de ses questionnements.

Marie-Carmen Smyrnelis


[1] Jean Boutier, « Postface », in Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique.op.cit., p.536.

[2] Lucien Bély, « Préface » in Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique.op.cit., p.9.

[3]Pierre-Yves Beaurepaire, « Introduction » in Pierre-Yves Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. op.cit., p.28.

[4]Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson, « Introduction », in Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique.op.cit., p.17.

[5] Pour n’en citer que quelques unes : J.-L.Castellano et J.-P.Dedieu (dir), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Pars, CNRS Editions, 1998 ; Maurizio Gribaudi (dir.), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS Ed., 1998. C’est dans cette même perspective que se situait l’appel à communications du groupe RES-HIST.

[6] Plusieurs des auteurs desdits ouvrages ont recours à l’outil de gestion de bases de données ARCANE.

[7] Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson, « Introduction », in Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique.op.cit., p.17.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *