Friends of friends, de Jeremy Boissevain, lu par Marie-Carmen Smyrnelis

à propos de : Jeremy Boissevain, Friends of friends. Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, Basil Blackwell, 1974.

Les travaux de Jeremy Boissevain (professeur émérite en anthropologie sociale de l’Université d’Amsterdam, après avoir enseigné dans plusieurs universités dont celle de Manchester [NDLR : on peut entendre ici une interview de lui en 1983]), se situent dans la voie des recherches de l’école d’anthropologie sociale britannique dite de Manchester (ou Manchester School), ouvertes par son professeur Max Gluckman. Anthropologue africaniste, ce dernier a travaillé sur les villes et sociétés africaines et plus particulièrement sur leur dynamique de conflit et de cohésion : l’intéressaient donc les processus (et non les formes apparemment plus stables des pratiques sociales), les interactions complexes entre groupes au sein de la société africaine ainsi que les « analyses de situation », un concept qu’il introduit et qui lui permet de mettre en évidence l’importance du niveau « local  », « comme point nodal de processus et de mécanismes plus globaux »1.

C’est en le situant dans ce contexte qu’il faut lire le livre de J. Boissevain : Friends of friends. Networks, Manipulators and Coalitions. Il s’organise en 8 chapitres qui peuvent aussi bien être lus de manière continue qu’en fonction des questionnements de chaque lecteur. Je ne ferai pas ici une présentation exhaustive de cet ouvrage. Je me contenterai d’en souligner quelques apports théoriques et méthodologiques pour entreprendre une analyse du social à partir d’un outil comme le réseau social.

La principale question que pose ce livre est comment comprendre le comportement social. Pour y parvenir, J. Boissevain suggère d’analyser les réseaux égo-centrés des individus2 plus que tout autre outil. A ses yeux, l’individu doit être considéré comme un « entrepreneur social » ; un être moral, doté d’une marge de liberté et d’initiative, capable de faire des choix en fonction d’objectifs considérés idéaux pour lui et non uniquement des normes sociales ou des règles de comportement du groupe (professionnel, ethnique, national, confessionnel, etc.) auquel il appartient. Dans cette perspective, l’étude de l’organisation et de la dynamique des coalitions (chapitre 7) permet à J. Boissevain de mettre en évidence la manière dont l’individu cherche à atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, mais aussi d’expliquer la genèse et le changement de toute institution, de toute structure sociale, de toute situation sociale.

Comme cela est le cas pour plusieurs autres études de chercheurs de l’école de Manchester, ou plus largement qui travaillent sur l’analyse des réseaux sociaux, J. Boissevain consacre des chapitres (2 et 4) de son livre à présenter et définir, d’une part, différents critères pour entreprendre une analyse des réseaux sociaux : critères interactionnels (comme la multiplexité du lien, son contenu, sa direction, sa fréquence, sa durée), critères structurels (comme la taille du réseau, sa densité, son degré de connexion, la centralité de chaque individu en son sein, la constitution de nœuds ou de « clusters » du réseau) ou encore critères subjectifs ; d’autre part, à préciser les facteurs (biologiques, sociaux, idéologiques) qui peuvent influencer la structure du réseau. Partant de ces critères, le réseau est aussi représenté graphiquement : les individus étant des points, et leurs liens des traits. Sur ces différents éléments, la lecture d’ouvrages ou d’articles d’autres auteurs travaillant sur les réseaux sociaux s’avère intéressante pour mettre en parallèle les différences dans les définitions des critères ou facteurs que font les uns ou les autres.

Le chapitre 3 me semble particulièrement suggestif pour montrer l’apport de l’analyse des réseaux égo-centrés pour mieux décrypter une situation sociale donnée (ici un cas de conflit entre 15 ouvriers dans une usine de Zambie entre septembre 1964 et janvier 1965). J. Boissevain relit un article de Bruce Kapferer3 et montre pas à pas comment l’explication dudit conflit par une analyse plus « normative » n’aurait permis de comprendre ni les motifs du déclenchement du conflit, ni la raison pour laquelle certains individus y étaient plus partie prenante que d’autres. À la question de savoir comment les individus font des choix par rapport à des arguments normatifs qui peuvent avoir la même valeur à leurs yeux, sa réponse est que les choix dépendent beaucoup des situations dans lesquelles les individus sont impliqués, dans lesquelles ils sont en interaction. Cela signifie aussi qu’il ne faut pas écarter de l’analyse les comportements des individus qui ne correspondent pas à la norme. Tout comportement a le droit d’être singulier et toute pratique sociale peut être unique.

Le chapitre 6 sur les brokers met l’accent sur le rôle de certains individus qui se trouvent à la jonction de plusieurs réseaux et manifestent un talent particulier à entretenir des liens et à permettre à d’autres individus de nouer des liens, grâce à leur entremise et pour leur profit. Le terme « profit » doit bien évidemment être compris au sens large du terme : il est rarement d’ordre financier, mais il consiste aussi en avantages de nature diverse pour le médiateur ,allant de la simple satisfaction psychologique à la possibilité qui lui est donnée d’acquérir de l’information et des ressources nouvelles, de bénéficier de services qui lui seraient rendus ou encore de jouir d’une certaine reconnaissance sociale.

Selon J. Boissevain, pris dans un tissu de liens, dans une configuration, chaque individu est dépendant des autres, puisque les choix des uns influencent ceux des autres. Cette conception du rôle des liens dans la vie de l’individu renvoie au « modèle configurationnel » tel que défini par Norbert Elias.
Par ailleurs, cet intérêt pour la dynamique sociale, pour le processus, permet de créer un nouveau lien de parenté entre la pensée de J. Boissevain (et plus largement celle des tenants de l’école de Manchester) et le modèle génératif de Frederick Barth, mentionné d’ailleurs explicitement dans son livre. De très stimulantes ouvertures pour inviter, à lire ou relire Friends of friends.

1 Pour approfondir la généalogie de la social network analysis « Avant-propos » in Maurizio Gribaudi (dir.), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS Ed. 1998, p.5 à 40. Sur l’apport des recherches de Max Gluckman, cf. plus particulièrement les pages 16-17. [NDLR : on peut lire aussi cet article en anglais sur Max Gluckman et l’école de Manchester en Afrique]

2 Un réseau égo-centré est l’ensemble des liens auquel chaque individu peut recourir à un moment donné, c’est-à-dire activés ou pouvant l’être, soit directement (ce sont les relations de premier ordre) soit indirectement (relations de second et de troisième ordre, qui nécessitent le recours à des intermédiaires). Ce sont alors les amis de mes amis (friends of friends). Ces liens peuvent être hérités ou construits par l’individu en fonction de ses attentes.

3 Bruce Kapferer « Norms and the Manipulation of Relationships in a Work Context » in J. Clyde Mitchell (eds), Social Networks in Urban Situations. Analyses of Personal Relationships in Central African towns, Manchester, Manchester University Press, 1969, p. 181-244.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *