Deux séances d’histoire dans le séminaire « Réseaux et régulations » (Paris)

Un des séminaires les plus anciens et centraux dans la sociologie des réseaux française, « Réseaux et régulations », s’ouvre cette année plus régulièrement que d’habitude à d’autres disciplines : gestion, géographie, mais aussi histoire. Les séances de janvier et de mars seront ainsi centrées sur la présentation de recherches en cours par des historiens – et même des participants actifs de Res-Hist. Le format du séminaire donne une large place à la discussion collective. Les séances ont lieu le lundi de 16h à 18h, au CSO, 19 rue Amélie, 75007 Paris (sonner dans la rue et entrer dans la première salle à gauche). Le séminaire est cette année co-organisé par Julien Brailly, Emmanuel Lazega et moi-même.

20 janvier 2014 : Est-ce que tout compte? L’effort relatif d’enregistrement dans quelques comptabilités marchandes du 18e siècle, par Pierre Gervais et Guillaume Daudin
L’article qui sera présenté et discuté examine ce qui motivait la compatibilité en partie double. Notamment, il confronte l’hypothèse proposée par Weber selon laquelle elle est porteuse d’une rationalisation des activités marchandes avec des hypothèses alternatives. Pour cela, nous traitons quantitativement des bases de données reprenant quatre années de comptes de trois grands négociants : deux résidant en France (à Bordeaux pour Abraham Gradis en 1755, à Nantes pour les frères Chaurand en 1774 et 1784) et un dans les jeunes Etats-Unis (Levi Hollingsworth, en 1786). Ces bases de données rassemblent plus de 3000 enregistrements comptables : il s’agit de la plus importante base de données historique de ce type.
Nous nous intéressons à l' »effort » d’enregistrement des transactions entre paires de comptes, mesuré par le montant de l’entrée moyenne entre ces comptes. Si la comptabilité en partie double était porteuse de rationalisation, cet effort devrait être corrélé avec l’importance de chaque paire de comptes dans l’activité de chaque maison de commerce. Or nous trouvons d’importantes déviations par rapport à cette corrélation. Ces déviations ne sont pas les mêmes pour tous les négociants. Cela indique que les pratiques comptables ne sont pas déterminées par le nature de l’activité négociante et des transactions économiques qu’elle engendre.
L’article s’organise en trois parties. Tout d’abord, il présente les trois marchands étudiés. Ensuite, il identifie les variables qui peuvent potentiellement expliquer l’effort investi dans la description comptable des transactions : gros ou détail, partenaire central ou périphérique dans le réseau de la firme, existence de liens familiaux entre le partenaire et le marchand, éloignement géographique… Finalement, il exploite à la fois les relations statistiques entre ces variables et l’effort et les résidus de la relation pour comprendre les déterminants du geste comptable de chaque marchand.

10 mars 2014 : Une relation triangulaire : familles-territoire-institutions (sagas notabiliaires dans le Rhône du premier 19e siècle) par Gabriel Garrote (résumé à venir)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *