Mobilité des hommes et réseaux d’information, par Henri Simonneau

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Toulouse, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Mobilité des hommes et réseaux d’information. L’apport d’une base de données sur les hérauts d’armes à la fin du Moyen Âge

Entre 2007 et 2010, l’Institut Historique Allemand de Paris, alors sous la direction de Werner Paravicini, a développé plusieurs bases de données pour mieux appréhender la cour de Bourgogne a la fin du Moyen Âge. L’une d’entre elles traite des hérauts d’armes en Europe entre 1386 et 1519 (aujourd’hui en ligne à l’adresse suivante : http://herolde.heraudica.org). Contenant aujourd’hui plus de 10 000 entrées et relevant l’existence de plus de 500 officiers au XVe siècle, réunissant sources comptables, historiographiques, littéraires et administratives, elle présente plusieurs centres d’intérêts pour la question de l’étude des réseaux. D’une part, elle met en lumière la place des hérauts, ces messagers particuliers des nobles et des princes, au cœur des relations entre les différentes cours européennes (la base est d’ailleurs exploitée par des chercheurs qui s’intéressent au milieu des cours médiévales). D’autre part, elle est un instrument de premier choix pour l’étude des réseaux de communication et de la transmission de l’information à la fin du Moyen Âge. J’aimerais, à partir de deux exemples, ceux de la circulation des hommes et de l’information, montrer l’intérêt méthodologique d’un tel outil pour l’étude des réseaux au Moyen Âge.
Henri Simonneau enseigne à l’université de Paris XIII. Il a soutenu en 2010 à l’université de Lille 3 une thèse sous le titre suivant : « Les hérauts d’armes dans les Pays-Bas bourguignons (1467-1519) ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *