Réseaux ecclésiastiques et marché des capitaux dans l’Espagne du XVIIIe siècle, par Cyril Milhaud

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Toulouse, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Cette communication s’inscrit dans ma thèse de doctorat consacrée au crédit ecclésiastique dans l’Espagne du XVIIIe siècle. J’ai décidé de centrer mon analyse sur le marché des capitaux et plus particulièrement sur les réseaux ecclésiastiques réguliers. En effet, les institutions religieuses en Espagne étaient les principales pourvoyeuses de crédit de long terme, via les censos, équivalents des rentes constituées en France. Ainsi, deux niveaux d’étude seront abordés. Une étude du réseau au niveau national, celui de l’ordre des carmes déchaux de la Congrégation espagnole, véritable organisation avec sa maison mère, ses maisons provinciales et enfin ses couvents et monastères locaux. Les capitaux au sein de l’ordre circulaient de haut en bas comme de bas en haut et cette circulation met en évidence la constitution d’un véritable réseau bancaire présent sur tout le territoire espagnol. L’appartenance à une même communauté religieuse est par-là le point de départ de constitution de ce vaste réseau. La topographie et l’étude de l’organigramme de l’ordre seront au cœur de l’analyse. Enfin, j’aborderai l’étude d’un autre réseau plus localement. En effet, les familles aisées avaient pour habitude de placer un de leurs membres dans le couvent ou le monastère du coin pour s’assurer des ressources futures via un crédit octroyé par cette même institution. L’appartenance familiale est ainsi à l’origine de ce réseau de crédit ecclésiastique local.

Les documents comptables : libros de censos, libros de cargo y entrada…etc, sont une source importante pour la reconstruction des réseaux des différentes communautés en mettant à jour l’organisation et la hiérarchie du réseau ainsi que les évolutions. La comptabilité d’un couvent au niveau local permet de mettre en lumière quant-à elle les réseaux familiaux qui facilitent l’octroi d’un prêt par ce même couvent. Ces documents se trouvent en majorité à Madrid au sein de l’Archivo Historico Nacional où ils ont été transférés en 1834 au moment de la désamortisation des biens du clergé régulier.

Mon projet de recherche se pose ainsi en alternative à l’historiographie anglo-saxonne sur l’absence de marché de capitaux dans l’Espagne pré-moderne et moderne, et apporte un élément nouveau sur l’organisation à l’échelon national d’une institution ecclésiastique qui se veut aussi bancaire.

Cyril Milhaud (EHESS / PSE)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *