Commerce matériel du savoir et réseaux du naturaliste Jean Hermann (1738-1800), par Dorothée Rusque

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Toulouse, mais vous pouvez déjà la commenter ici. Vous pouvez lire ici une précédente version présentée sous forme de poster à Nice.

Le travail de recherche effectué actuellement dans le cadre de mon doctorat porte sur: « La fabrique et le commerce du savoir : le cas des réseaux et des pratiques du naturaliste Jean Hermann (1738-1800) ». Dans la perspective de la nouvelle histoire des sciences1, il s’agit d’examiner dans quelle mesure le savoir et la place du savant strasbourgeois dans la communauté européenne des naturalistes du XVIIIe siècle se construisent à partir de trois pôles : les objets de ses collections (spécimens d’histoire naturelle et livres), ses pratiques gestuelles et intellectuelles, ainsi que son inscription dans des réseaux sociaux.

Une circulation s’opère entre ces trois pôles mais nous pouvons ici nous intéresser plus particulièrement à la mobilisation du réseau personnel du savant dans le processus de constitution des collections, à l’origine d’un véritable commerce matériel du savoir. L’analyse de réseaux2 apparaît comme un outil pertinent par sa capacité à rendre compte des stratégies d’appropriation des objets naturalistes. Notre méthode de travail consiste à mettre au point une base de données prosopographique (Excel et Access) des individus en lien avec Jean Hermann qui forment trois groupes identifiables à partir des sources à disposition3 : ses correspondants (une centaine environ) ; les auditeurs de ses cours privés et publics pour l’Université, l’Ecole de santé et l’école centrale du Bas-Rhin (environ 1700 élèves) et les visiteurs de son cabinet d’histoire naturelle (3600 personnes de 1762 à 1800).

L’analyse de réseaux aide à saisir la structure générale de la chaîne relationnelle établie, les interactions entre les acteurs et leur exploitation inégale en fonction des groupes. Les notions de centralité, de densité et d’orientation des liens peuvent être à ce titre mobilisées. Le réseau n’est pas étudié pour lui-même mais comme un outil du commerce matériel dont l’utilisation est rationnalisée. La place du naturaliste et les stratégies opérées en deviennent ainsi plus visibles. La dimension matérielle du réseau amène à décentrer le regard de l’historien pour se concentrer sur les modalités de la circulation des objets par deux vecteurs principaux : la correspondance et la visite. Ils sont indissociables d’une véritable économie de l’échange, axée sur la stratégie du don et du contre-don, qui s’appuie sur des règles sociales et des codes précis.

Dorothée Rusque est doctorante sous la direction d’Isabelle Laboulais, Université de Strasbourg, EA 3400 ARCHE.

1 Entre autres : PESTRE (Dominique), « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales HSS, mai-juin 1995, p. 487-522 ; JACOB (Christian) (dir.), Lieux de savoir 1. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2008 et JACOB (Christian) (dir.), Les lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2011.

2 Entre autres : LEMERCIER (Claire), « Analyse des réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 2005, n°52-2 ; LEMERCIER (Claire) et PICARD (Emmanuelle), « Quelle approche prosopographique ? » dans NABONNAND (Philippe) et ROLLET (Laurent) (ed.), Les uns et les autres… Biographie et prosopographie en histoire des sciences, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2012, p. 605-630 ; MERCKLE (P.), La sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, troisième édition, 2011.

3 Les sources utilisées sont la correspondance de Jean Hermann, l’inventaire des auditeurs de ses cours privés et publics (1766-1800), le registre des visiteurs de son cabinet d’histoire naturelle (1762-1800) et les sources biographiques relatives à ces acteurs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *