Du comité aux conférences : les espaces de sociabilité du Comité des arts physiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (1948-1980), par Valérie Burgos

Faute de place, nous n’avons pas pu retenir cette proposition pour nos premières journées, mais son auteure a accepté sa mise en ligne : il ne vous reste qu’à la commenter…

Ingénieure d’études CNRS au sein du CERMES 3, je suis, depuis cette année, doctorante à l’EHESS sous la direction de Liliane Hilaire-Perez et rattachée au Centre Alexandre Koyré.

Ma recherche interroge les liens entre industrie, technique et science, au prisme d’une société savante, la Société d’encouragement pour l’industrie nationale et plus particulièrement de l’un de ses comités – le Comité des arts physiques – créé « dans le monde nouveau qui émergeait de la guerre»1.

Profils des acteurs qui le composent, modalités de recrutements, caractérisations des activités d’encouragements au travers des récompenses et des conférences sont autant de marqueurs susceptibles de nous éclairer sur les stratégies déployées – de manière consciente ou pas – par la société et notamment par ce comité de physique, pour associer des individus appartenant à d’autres communautés de physiciens dans un contexte d’émergence de nouvelles structures concurrentielles (CNRS, CEA, Anvar, Onera etc.).

Il me semble que mobiliser les outils de l’analyse de réseaux me permettrait d’affiner la lecture du fonctionnement de cette institution. Cependant, il convient de préciser que nous n’en sommes, à ce jour, qu’à l’étape de collecte des données, compilées dans un tableur Excel.

1 Michel Pinault, « De l’Association des travailleurs scientifiques au Syndicat national de la recherche scientifique, l’émergence d’un syndicalisme des chercheurs (1944-1956) », colloque Syndicats et associations, Paris I – novembre 2004.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *