Consuls en réseaux : les consuls de France de 1815 à 1852, par Alexandre Massé

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Toulouse, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

L’objectif de cette recherche post-doctorale est d’effectuer une étude multiscalaire des réseaux qui s’entrecroisent au sein et à la périphérie du ministère des Affaires étrangères (MAE). Cette étude repose sur une démarche prosopographique centrée sur l’analyse des dossiers personnels des consuls. De plus, divers documents internes sont étudiés pour comprendre le fonctionnement du MAE. Enfin, l’étude des correspondances privées des consuls permet de caractériser les relations qu’entretenaient les membres de ces réseaux.
Cette intervention a pour ambition de présenter la nature des différents réseaux qui s’entrecroisent au MAE (réseaux professionnels, amicaux, familiaux, etc.), en soulignant l’importance des contraintes (les supports de communication, les règlements qui limitent les échanges au sein de ce ministère…). Par ailleurs, un des aspects principaux de cette recherche actuellement en cours soulève la question de l’impact normatif des réseaux. D’une part, il s’agit de se demander comment les réseaux peuvent être mobilisés pour soutenir une carrière et obtenir un poste désiré ou une promotion. D’autre part, l’objectif est de déterminer si ce jeu des réseaux conduit à une évolution des normes de fonctionnement de la carrière consulaire.

Alexandre Massé, docteur en histoire de l’Université de Toulouse et membre de FRAMESPA, a soutenu en 2012 une thèse intitulée « La « domination morale »: les consuls de France dans l’Orient grec: Images, ingérences, colonisation (1815-1856) ». Il est actuellement chargé de cours à l’Université Toulouse – Jean-Jaurès


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *