Réseaux et histoire ecclésiastique : la clientèle de la famille de Guise, par Madeleine Molin

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Toulouse, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Réseaux et histoire ecclésiastique : la clientèle de la famille de Guise au sein du clergé parisien durant les guerres de religion (1562-1589)

Cette communication s’appuye sur mon travail de thèse qui porte sur la clientèle ecclésiastique de la famille de Guise durant les guerres de religion en France (1562-1589).  Mon intervention se propose de montrer ce que l’analyse de réseaux peut apporter à la connaissance des mécanismes du clientélisme. Si les termes de « réseau de clientèles » ou de « réseau de fidélités » sont fréquemment employés, ils le sont souvent dans un sens métaphorique sans réelle analyse des questions de hiérarchie, d’inter-connexion, d’échanges ou de médiation entre les membres de cette clientèle. Comment se structure alors une clientèle en termes de réseau ?
La famille de Guise, arrivée en France sous le règne de François Ier, va occuper durant plusieurs décennies une des premières places dans le gouvernement de la France et sera à partir des années 1570 à la tête d’un « parti » qui donnera quelques temps plus tard naissance à la Ligue. La puissance de cette famille ne peut donc se comprendre que par la mobilisation d’un très grand nombre de fidèles, dont les origines géographiques et sociales sont très larges.  Si la clientèle nobiliaire et militaire de la famille de Guise dans certaines provinces est connue, dans le cadre plus général d’études sur les mobilisations nobiliaires des guerres de religion, sa clientèle ecclésiastique l’est beaucoup moins. Je voudrais donc analyser les spécificités d’un réseau ecclésiastique, celui des cardinaux de Lorraine-Guise : le système d’attribution des bénéfices ecclésiastiques, reposant essentiellement sur le crédit et la recommandation de grands prélats contribue à la constitution d’un réseau complexe, fortement hiérarchisé, mettant en jeu quantité d’intermédiaires de second rang ; l’appartenance des clercs à différents communautés religieuses ou institutions (faculté de théologie, ordres religieux, chapitres…) contribue à la constitution de « sous-groupes » plus cohésifs dans lesquels les liens de solidarité sont très forts ; les allégeances individuelles de clercs à certaines maisons en tant que confesseurs ou aumôniers perturbent la question des engagements politiques du réseau, interdisant tout déterminisme du réseau.
Trois principales sources sont mobilisées pour cette étude : les correspondances, les actes notariés et les dédicaces d’ouvrages. L’étude formalisée des correspondances, qui soulève de nombreuses difficultés méthodologiques, n’a pu être menée par moi que par la réalisation d’une typologie des types de lettres (lettres de conseil, de recommandation, de demande, de plainte) et des formules de souscription indiquant le degré d’intimité entre les correspondants. Les dédicaces d’ouvrages, si elles sont consultées de manière systématique pour chaque auteur, me permettent de reconstituer le propre réseau des imprimeurs et des théologiens-clients des Guise. Enfin, les actes notariés permettent de mettre au jour les individus (procureurs ecclésiastiques, secrétaires agissant au nom de la famille, notaires) autour desquels leur réseau se déploie. Je n’ai malheureusement pas utilisé durant ma thèse de logiciels ou de base de données me permettant de réaliser des représentations graphiques de ce réseau. Tout en connaissant les limites et problèmes inhérents aux types de sources que je consulte, je souhaiterais réfléchir à la manière dont ces outils plus informatisés peuvent être fructueux pour mon sujet.

Madeleine Carraud-Molin est actuellement en troisième année de contrat doctoral à l’université Paris IV-Sorbonne sous la direction de M. Alain Tallon (centre Roland Mousnier)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *