L’analyse des réseaux sociaux comme outil d’analyse textuelle : le cas des Propos de table, par Anthony Andurand

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Composés au début du IIe siècle ap. J.-C., les Propos de table de Plutarque (ca. 46-125 ap. J.-C.) constituent un corpus documentaire privilégié pour comprendre l’organisation et le fonctionnement des réseaux lettrés dans l’Empire romain. Conçue au miroir des pratiques gréco-romaines de commensalité et de la tradition littéraire du Banquet (genre cultivé dès le IVe siècle av. J.-C. par Platon ou Xénophon), cette œuvre met en scène, sous la forme d’un recueil de souvenirs, les discussions tenues, lors de banquets donnés à Rome ou dans les cités grecques, à l’intérieur du « cercle » de Plutarque, ce groupe composé de familiers, d’artistes, de philosophes ou de magistrats venus de toutes les régions de l’Empire (une centaine d’individus au total).

Les outils et les méthodes formelles de l’analyse des réseaux sociaux, rarement sollicités par les antiquisants, sont susceptibles d’apporter un éclairage original sur les Propos de table, dans une démarche destinée à explorer les structures et les dynamiques à partir desquelles s’élabore, dans la scénographie plutarquéenne, la matière textuelle de l’œuvre (profil et rôle des acteurs, interactions entre les différents groupes réunis dans le microcosme des banquets, distribution des lieux et des savoirs, agencement des propos et des questionnements). Cette approche permet d’envisager, en retour, à partir de l’œuvre de Plutarque, certains aspects de la structuration des mondes savants à l’époque du Haut-Empire (en particulier : rôle des pratiques et des réseaux savants dans la fabrique des identités culturelles et phénomènes d’acculturation au sein d’un Empire « gréco-romain »).

Anthony Andurand est assistant de recherche (laboratoire PLH-ERASME, Université de Toulouse-Le Mirail)


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Marylou Nguyen dit :

    Bonjour,

    Votre approche, reconstruire des réseaux à partir d’une source littéraire, m’intéresse beaucoup car j’envisage, à moyen terme, un projet similaire sur des sources du XVIIe siècle.
    J’aimerais connaître les outils auxquels vous avez recours pour mener cette recherche (logiciels, approche critique…).

    Bien cordialement,
    Marylou

  2. Anthony Andurand dit :

    Bonjour,

    L’oeuvre sur laquelle je travaille, les Propos de table, évoque le souvenir d’une soixantaine de banquets, auxquels prennent part Plutarque et les membres de son entourage. Abordés sous l’angle des lieux, des hôtes et des participants qu’ils mettent en relation, ces récits de banquets permettent de construire différents réseaux de « convivialité », analysés et visualisés au moyen de logiciels comme Pajek ou Visone. L’idée est ainsi d’explorer, en termes de composition ou de dynamiques relationnelles, les structures du monde plutarquéen des banquets savants, tel qu’il se déploie dans la matière littéraire des Propos de table. Cette démarche implique dans le même temps un va-et-vient constant entre les procédures de formalisation et un travail de mise en perspective des données, attentif à leur inscription dans l’oeuvre de Plutarque et dans le contexte historique dont elle est issue.

    Bien cordialement,

    Anthony Andurand

  3. Marylou Nguyen dit :

    Merci beaucoup de votre réponse,

    Marylou Nguyen

  4. Claire Lemercier dit :

    Pour voir la suite des travaux d’Anthony Andurand avec les réseaux – cette fois une étude des rapports entre maîtres et élèves – on peut consulter son article des Cahiers de Framespa ici : http://framespa.revues.org/3248

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *