Les qualifications sociales et professionnelles des négociants dauphinois sous la Révolution : apports de l’analyse de réseau, par Boris Deschanel

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Cette proposition de communication s’inscrit dans une thèse de doctorat, consacrée aux négociants dauphinois sous la Révolution. Dans ce cadre, nous avons étudié le parcours des principaux négociants ou marchands de la région, en reconstituant leurs qualifications successives. Des documents préfectoraux, publiés aux alentours de 1810, permettent de relever les fonctions assumées depuis la Révolution jusqu’au début du XIXe siècle par les commerçants les plus imposés de chaque département. Toutefois, la reconstitution des trajectoires des seuls acteurs marchands s’avère insuffisante, car elle ne permet pas de comparaisons avec les autres groupes sociaux. Nous avons donc observé l’intégralité des individus recensés, aboutissant de fait à un grand nombre d’informations, qu’une présentation en tableau ne permet plus de traiter de façon satisfaisante. Pour résoudre ce problème, nous avons appliqué à notre objet d’étude des techniques issues de l’analyse des réseaux. Nous avons considéré que le passage d’une qualification à une autre impliquait un lien entre ces qualifications : dès lors, nous avons pu dresser une liste de liens orientés et construire le réseau correspondant à partir du logiciel Pajek. Notre communication aurait pour but de revenir sur les résultats obtenus à partir de ces méthodes. Nous commencerons par souligner qu’une représentation en réseau permet de repérer les structures selon lesquelles les transformations professionnelles et sociales s’organisent dans leur ensemble. Puis nous montrerons l’intérêt d’une étude des propriétés topologiques des sous-réseaux en présence, qui donne une vision plus précise des changements qui adviennent parmi les classes dominantes, au cours de la période révolutionnaire.

Boris Deschanel est doctorant, Paris 1 IDHE.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Laurent NABIAS dit :

    Bonjour

    J’avais conçu une étude des carrières et de leur évolution dans le cadre d’une simple base de données pour effectuer ensuite des statistiques.
    Mais je dois dire que l’idée d’utiliser les réseaux sociaux pour cartographier cette évolution me parait très séduisante, et constitue un angle d’approche tout à fait original. Je pensais utiliser les réseaux sociaux pour travailler sur les relations entre individus, mais vous tendez à montrer que l’étude des réseaux peut aussi illustrer ou expliquer les liens entre éléments de carrière dans le temps. Mais utilisez-vous aussi d’autres méthodes d’analyse complémentaire ?
    Cordialement
    Laurent NABIAS

  1. octobre 17, 2013

    […] en terme de réseaux, ainsi que Claire Lemercier l’a souligné à propos de l’intervention de Boris Deschanel. Aussi ne faut-il pas confondre l’analyse des réseaux et l’analyse de réseaux comme outil […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *