Les réseaux libéraux sous la Restauration, par Vivien Faraut

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Ma recherche a pour objectif d’étudier les réseaux de l’opposition libérale sous la Restauration. Pour ce faire, le recours à une méthodologie fondée à la fois sur une base de données relationnelle et sur l’analyse de réseaux (appareillage conceptuel et technique) est de toute première nécessité.

Traiter les réseaux libéraux, consiste à pénétrer une clandestinité. Cette clandestinité entraine le chercheur à se heurter à des sources peu bavardes sur les différents « participants » à ces réseaux. Afin de traiter de cette thématique, les différentes sources mobilisables sont principalement les rapports de police, de préfets et des différents ministères. Ces dernières sont complétées par les mémoires des protagonistes de ces réseaux ainsi que par des documents comme les tableaux de composition des loges maçonniques.

L’utilisation de la méthode de l’analyse de réseau répond au besoin de sortir d’une vision structurelle de l’opposition libérale, se fondant principalement sur l’étude des organisations telles que les sociétés secrètes comme la Charbonnerie française. Dès lors, il est question d’appréhender le phénomène par les individus dans une approche plus sociologique du phénomène en s’appuyant notamment sur les travaux de la sociologie des mouvements sociaux.

Vivien Faraut est doctorant allocataire-moniteur, Université de Nice


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Brunel dit :

    avez-vous croisé les réseaux des « société secrètes » et les réseaux des sociétés philanthropiques qui ont pignon sur rue, comme surtout la Société de la Morale chrétienne, vivier de libéraux.
    Très cordialement.
    Françoise Brunel

    • Vivien Faraut dit :

      Merci pour votre commentaire. En effet, j’ai commencé à insérer les membres des sociétés philanthropiques dans ma base de données mais pas de façon systématique, je compte m’y atteler très bientôt.
      Bien cordialement

  2. Claire Lemercier dit :

    à propos des réseaux dans la clandestinité, un article intéressant dans « Social Networks » utilisant des sources historiques – des procès de suffragettes – pour réfléchir à la reconstruction de tels réseaux et à la manière de réfléchir à leur évolution : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378873312000469 (si votre institution ne vous donne pas accès, demandez-moi l’article…) ; et, pour ceux qui lisent l’allemand, une thèse magistrale, celle de Marten Düring sur l’aide aux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale (pas encore beaucoup de publications mais vous pouvez demander la thèse à l’auter…) : http://martenduering.com/index.php/covert-support-networks-phd

  3. Claire Lemercier dit :

    Pour voir comment a évolué la recherche de Vivien Faraut, qui s’attache toujours à représenter (par des graphes) les représentations (policières) des complots, on peut consulter son article dans les Cahiers de Framespa : http://framespa.revues.org/3233

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *