Réseaux et vie d’un individu de l’élite ordinaire : Claude Guillaume Lambert, par Vincent Guffroy

Cette rubrique accueille (sans récriture ni jugement de valeur) tout texte de présentation de recherche en cours sur les réseaux en histoire proposé par son auteur.e. Les commentaires sont ouverts pour toutes les critiques constructives !

Genre ancien, la biographie prédomine l’écriture de l’histoire au moins jusqu’au XIXe siècle. Mais il s’agit-là d’hagiographies ou de biographies de héros, dans lesquelles l’auteur s’efface devant le personnage dans une « dérive » romanesque, ce qui fait dire à Plutarque : « Nous n’écrivons pas des Histoires mais des Vies. »1 La finalité du genre est le « modèle » en même temps que l’identification du lecteur au biographé. Ce modèle d’historicité particulier entre en crise dès la fin du XVIIIe siècle. Beaucoup d’historiens s’en détournent, à l’image de François Guizot ou de Jules Michelet, avant que François Simiand ne dénonce « l' »Idole individuelle » ou l’habitude invétérée de concevoir l’histoire comme une histoire des individus et non comme une étude des faits, habitude qui entraîne encore communément à ordonner les recherches et les travaux autour d’un homme, et non pas autour d’une institution, d’un phénomène social, d’une relation à établir. »2 À partir des années 1930, s’affirme un changement paradigmatique impulsé par l’École des Annales et par la vague structuraliste. Le genre biographique, sans être abandonné, est alors relégué derrière l’étude des structures.
Dans les années 1970, s’opère une redécouverte et surtout une réappropriation du genre avec le retour de l’acteur. Par-delà la singularité du personnage étudié, les biographies qui voient le jour dans ce moment de « l’histoire-science sociale », cherchent la généralisation. La figure exemplaire devient prétexte à un cadre général et moyen d’une histoire déterministe et structuraliste.
Pour François Dosse, on assiste aujourd’hui à une « historisation » et à une « universitarisation » de l’univers biographique3. Entrée privilégiée pour de nombreux historiens, la biographie ne se réduit plus à la recherche d’une identité, à la recherche des seules « empreintes digitales » pour lesquelles un individu particulier constitue à lui seul un ensemble exclusif4. De plus, si le genre biographique ancien a beaucoup utilisé la fiction dans son écriture, le pacte de vérité de l’historien l’oblige à proposer un « récit vrai » et non une fiction5. Francois Dosse qualifie ce moment biographique actuel d’« âge herméneutique » et « choral », qui apparaît dans un contexte d’accélération de l’histoire, de délitement « du lien » dans une société « sans appartenance », plus individuée.
C’est donc dans la multidimensionalité, la complexité et les relations à l’autre de son personnage que l’historien doit aujourd’hui travailler. Écrire l’histoire d’un acteur de l’histoire peut être à la fois l’écriture de la vie d’un individu tout autant que des structures qui ont permis à cet individu d’exister, et aussi des réseaux qu’il entretenait avec les autres. L’identité de l’individu étudié est donc plurielle et doit s’analyser dans une conception englobante. C’est de cette manière que nous nous proposons de travailler sur la vie de Claude Guillaume Lambert (1726-1794).

I – Présentation du personnage de l’étude

Claude Guillaume Lambert, d’une famille noble depuis au moins le début du XVe siècle, magistrat ayant occupé de nombreuses charges (Conseiller au Parlement de Paris, Maître des Requêtes, Conseiller d’État), a été nommé Contrôleur général des finances à deux reprises : du 31 août 1787 au 25 août 1788 puis du 22 juillet 1789 au 4 décembre 1790. Son existence se distingue par plusieurs faits : son parcours, le moment particulier dans lequel il évolue et son destin funeste.

Claude Guillaume Lambert franchit ce moment particulier que Jean Égret nomme la « pré-Révolution française ». Moment au cours duquel l’État royal tente de nombreuses réformes, aussi bien dans la magistrature que dans la finance. Réformes auxquelles Claude Guillaume Lambert a participé. D’abord en se prononçant contre le nouveau Parlement Maupeou, peut-être par esprit de corps, puis en se plaçant lui-même du côté des réformateurs après sa nomination au Contrôle général des finances. Néanmoins il ne réalise que peu de changements. Sa seconde nomination à la tête du Contrôle général des finances à la fin de l’Ancien Régime en juillet 1789 n’est guère plus fructueuse que la précédente.
Enfin, Claude Guillaume Lambert se distingue par son destin funeste. Jugé à deux reprises pendant la Terreur : il est d’abord acquitté, puis il est accusé d’être un « oppresseur du peuple », de chercher  « à couvrir les dilapidations de capet et sa femme », d’avoir « fait le plan de Banqueroute générale »6. Il est finalement guillotiné.
Claude Guillaume Lambert, sans être un inconnu de l’histoire, n’a pas encore fait l’objet de recherches approfondies7 . Pourtant, les sources dont nous disposons sont abondantes.

II – Les sources

Le travail de recherche s’appuie sur le dépouillement des sources de différents centres d’archives. Celles-ci sont nombreuses. Cela vient du fait que Claude Guillaume Lambert ait été arrêté et que l’ensemble de ses biens et papiers ont été mis sous scellé en novembre 1793. Cela est une véritable chance pour nous dans la mesure où nous disposons d’une sorte d’état des lieux assez complet de la vie de cet individu quelques mois avant son exécution. Il s’agit de correspondances, de livres de comptes, de titres de propriétés ou bien encore d’inventaires de bibliothèque. La plupart de ces archives n’a encore jamais été exploitée.

III – Le réseau social d’un magistrat ordinaire

Ce travail doctoral a pour trame transversale l’étude biographique de Claude Guillaume Lambert sur l’ensemble de sa vie, soit de 1726 à 1794. Il s’agit de concevoir l’identité de cet acteur de l’histoire comme plurielle, c’est-à-dire de replacer l’homme dans ses divers cercles : familial, professionnel ou encore amical.
Nous nous proposons de bâtir une approche à la croisée des chemins. Au-delà de l’étude classique de la sphère privée et du destin politique de cet homme, nous cherchons à décrypter  les réseaux sociaux qu’il s’est tissés au cours de son existence dans une analyse polymorphe. Notre idée est de comprendre de quelle manière l’individu s’agence dans ses réseaux et les utilise pour se promouvoir.

Les travaux sur les réseaux sociaux sont relativement récents dans l’historiographie8 . L’utilisation de l’outil informatique et des bases de données permet de compiler puis de traiter un très grand nombre d’informations d’origines diverses. L’objet d’étude de cette partie du travail doctoral porte donc sur le lien social. Afin de dresser ses réseaux professionnel, familial et amical, ainsi que ses liens d’alliance, de fidélité et de clientèle, il s’agit de travailler de manière sérielle les noms, les lieux et les objets de la correspondance de Lambert. Il ne s’agit donc pas de construire une carte heuristique du Claude Guillaume Lambert intime, mais bien d’une forme d’analyse de la correspondance d’un parfait gestionnaire et de ses appuis politiques. Le recoupement des sources telles que les correspondances considérables dont nous disposons sur Claude Guillaume Lambert, les actes notariés et les archives judiciaires, nous permet de constituer une base de données importante afin d’étudier la taille et la composition de ses réseaux. Ce procédé est appelé « analyse égocentrée ». L’intérêt est double : repérer l’existence de telle ou telle forme de « réseau », pour ensuite se demander si ces « réseaux » sont ou non hiérarchisés, multipolaires, mouvants ou tenaces, à quels moments ils fonctionnent plutôt comme des ressources ou au contraire comme des contraintes pour Claude Guillaume Lambert9.

Bien entendu, cette analyse quantitative n’exclut pas une autre plus qualitative. Ce mode d’étude offre l’avantage de « dénaturaliser » les représentations classiques sur l’acteur en histoire. Ainsi il rend visible la question de la complexité des liens en terme de réseaux. Les outils proposés par l’analyse de réseaux permettent donc de produire des indicateurs chiffrés et des schémas de synthèse fondés sur autre chose que l’intuition ; ils aident à réfléchir sur des concepts comme la centralité ou la cohésion10 . Ainsi, en traitant les liens familiaux comme tous les autres, en prenant de la distance par rapport à l’objectivisme coutumier en la matière, l’analyse de réseaux permet de réfléchir autrement sur la place des lignages ou des alliances dans les sociétés du passé11 .

Par la suite, le changement d’échelle donnera accès à d’autres niveaux d’analyses. Si l’échelle interne permet d’étudier le « capital relationnel » de l’individu, l’échelle du groupe social permet de comparer des individus évoluant dans une sphère commune suivant différentes dimensions : composition, taille des réseaux, relations et poids politique. L’échelle de la région ou de l’État permet, quant à elle, de travailler sur les mobilités, voire les « micro-mobilités ». L’analyse de réseau apparaît comme un simple outil descriptif, utile pour résumer la structure d’ensembles complexes de liens, mais nécessitant ensuite une analyse complexe de ses données brutes.

Les logiciels permettront de donner une vision globale de la structure des réseaux de Claude Guillaume Lambert. Mais si la construction de ces réseaux nous semble parfaitement envisageable à la suite d’une première lecture des sources, une interrogation demeure. Est-il possible d’étudier l’évolution des réseaux de Claude Guillaume Lambert sur l’ensemble de sa vie ? La prise en compte de la temporalité dans les réseaux est un problème central. Les logiciels ne permettent pas de traiter le problème pour le moment. Peut-être faudra-t-il se cantonner à une analyse à un instant précis, par exemple au moment de son exécution. Sinon, il sera possible également de comparer les réseaux à divers moments de la vie de Claude Guillaume Lambert en prenant des dates clefs.

Enfin, cette analyse va peut-être nous permettre d’affiner le portrait que nous tentons de dresser de Claude Guillaume Lambert et d’apporter des éléments supplémentaires à certaines questions. Par exemple, pourquoi cet homme est-il nommé Contrôleur général des finances ? Pourquoi à ce moment-là ? Connaît-il personnellement Loménie de Brienne, ministre qui l’aurait directement désigné à Louis XVI ?12 A-t-il été prudent dans ses relations avec les assemblées ? A-t-il cultivé un certain réseau relationnel de façade pour gravir les échelons du pouvoir ?
Il s’agit donc d’un travail complexe, tout à la fois biographique et réticulaire, pour lequel l’analyse des réseaux sociaux d’un individu permettra, je l’espère, de donner du sens à son parcours personnel.

Vincent Guffroy est doctorant à l’Université Lille III.

  1. Plutarque, Vies parallèles des hommes illustres ou Vies parallèles, Vie d’Alexandre, texte traduit du grec par Alexis Pierron, Paris, Garnier-Flammarion, 1995, tome 1, p. 39. []
  2. François Simiand, Méthode historique et science sociale, 2e partie, Revue de synthèse historique, 1903, pp. 129-157. []
  3. François Dosse, Le Pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005. []
  4. Carlo Ginzburg, L’historien et l’avocat du diable, Genèses, 2003/4 (no53). []
  5. Paul Ricoeur, L’écriture de l’histoire et la représentation du passé,  Annales. Histoire, Sciences Sociales, volume 55, numéro 4, juillet-août 2000, p. 731. []
  6. Acte d’accusation du 8 messidor an II, A.N., W//397, N°921, Quatrième partie. []
  7. Citons tout de même une brochure de René de Brebisson, Le Ministre Lambert et sa famille, Alençon, 1897, 15p. ; et un petit ouvrage de Louis Guérin et Jacques Raunet, Chamerolles, Pithiviers, 1991, 184p. []
  8. Citons notamment : Stéphane Haffemayer, La correspondance de Nicolas Prunier de Saint-André, ambassadeur à Venise (1668-1672) : limites et réalités du réseau d’influence d’un président au parlement de Grenoble, 2002 ; Antony Mckenna, Annie Leroux, Les réseaux de correspondance de Pierre Bayle : réalité instable et représentation électronique, Publication de l’Université de St-Étienne, 2006 ; Juan Luis Castellano, Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998 ; John F. Padgett, Christopher K. Ansell, Robust action and the rise of the Medici, 1400-1434, American Journal of Sociology, 98/6, mai 1993. []
  9. Claire Lemercier, Analyse de réseaux et histoire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005/2 no52-2, p. 89 []
  10. Ibid., p. 94 []
  11. Ibid., p. 98 []
  12. Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Perrin, Paris, 2005, p.591. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Claire Lemercier dit :

    Ce projet me paraît bien représentatif d’un tournant relationnel dans les biographies qui me semble très intéressant. Toutefois je vois deux risques se profiler qui impliquent autant de suggestions :
    – se centrer sur un seul individu et reconstituer « ses réseaux » en général implique qu’on en trouvera forcément et qu’il sera forcément au centre, d’où le risque d’imputer automatiquement son succès à ses réseaux. Le mieux serait dans ce cas de construire des points de comparaison (ce qui peut se faire de manière qualitative) permettant de montrer que parfois Lambert a plus de succès malgré son manque d’un type de liens, ou moins de succès malgré son abondance d’un type de liens, que d’autres. Pour des exemples de cette manière de réfléchir, voir le dossier de la revue Hypothèses sur « Réseaux et pouvoir » : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=HYP_101_0235
    – c’est un abus de langage de parler de « réseau égocentré » pour évoquer l’ensemble des liens entre un même individu (objet de la biographie) et tous les autres. On a en effet ici une liste et non pas un réseau, car tous les liens ayant Lambert « à un bout », ce réseau n’a pas de structure (c’est par définition une étoile), il est donc inutile de mobiliser le vocabulaire et surtout les outils logiciels de l’analyse de réseaux. Ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas intéressant à étudier par ailleurs ! Si l’on veut aller vers l’analyse de réseaux au sens propre, il faudrait essayer de systématiser l’étude des relations *entre les individus liés à Lambert* – ce qui n’est bien sûr envisageable que pour certains types précis de liens, mais peut être très heuristique.

  2. Je trouve intéressantes les pistes de recherches qui sont proposées : par exemple, poser la question de la diversité des registres d’actions d’une personne en questionnant l’identité plurielle d’un individu. Cependant, j’ai le sentiment, en lisant ce texte programmatique, que point le risque de partir du postulat que l’attitude de Lambert varierait (surtout) en fonction des cercles relationnels. Or, il me paraîtrait tout aussi important de se demander (ce qui transparaît par ailleurs dans les premières lignes du billet) dans quelle mesure un même homme, environné des mêmes individus, mais dans deux contextes différents (historiques, institutionnels), conserve ou non la même posture, alors que les intérêts défendus peuvent diverger. Au-delà du seul “réseau” se pose la question de savoir si Lambert parvient à partitionner son attitude et son jugement en fonction des relations qu’il a tissées, des contextes dans lesquels il évolue et des rôles qu’il est amené à jouer successivement.
    La thèse semble s’intéresser plus particulièrement aux réseaux comme moyen de cerner l’individu (III,§1). Or, l’individu, inscrit dans des relations sociales et institutionnelles, constitue, à rebours, un moyen de comprendre les rapports qui se nouent entre les institutions auxquelles il appartient ou a appartenu, et donc de comprendre le rôle (clé ?) qu’il a pu y jouer. Il me paraîtrait intéressant de tenter une analyse multiniveau pour mettre en lumière
    si, d’une part, les fonctions successivement occupées par Lambert dans des institutions distinctes et, d’autre part, les relations tissées dans chacune de ces institutions infléchissent les relations que ces institutions entretiennent entre elles.
    Trois remarques pour finir :
    1) Les dernières lignes laissent deviner les doutes de leur auteur. Or, je pense que, même sans parvenir à répondre à ces dernières questions, les résultats qui auront été obtenus par ailleurs apporteront des réponses tangibles pour comprendre le déroulement de ce parcours de vie ; réponses dont il serait peu probable qu’elles soient fondamentalement remises en cause par de nouveaux éléments.
    2) En dépit de ce qui précède, et en se basant seulement sur ce texte très synthétique, il me paraît essentiel de ne pas donner plus d’importance et de sens aux réseaux qu’ils ont pu en avoir, et de garder présent à l’esprit la part de contingence qu’il y a dans tout parcours de vie. De même, dans quelle mesure la parenté joue t-elle ? Mobilise-t-on le réseau familial à proprement parler ? Ou bien le capital symbolique attaché au patronyme, le caractère incontournable de la famille ou le prestige cumulé de l’ensemble des membres de la lignée capté par l’intéressé (sans avoir à mobiliser ses parents) se suffisent-ils ? Sont-ce les relations qui laissent le plus de traces qui ont été les plus déterminantes ?
    3) Concernant la représentation diachronique d’un réseau social (problème largement partagé) : a) je crois que Gephi a un module qui permet de montrer l’évolution d’un réseau dans le temps ; b) Vennmaker (http://revista-redes.rediris.es/html-vol21/vol21_8e.htm) propose un autre genre de “solution” (fig. 4) ; 3) Naomi Rosenthal (http://www.jstor.org/stable/2780088) proposait il y a quelques années une représentation graphique (p. 1040) ; 4) je crois me souvenir qu’Isabelle Rosé (?), lors des journées Res-Hist de Nice avait également positionné les individus sur le graphique en fonction de leur entrée (ou sortie ?) dans le réseau étudié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *