Peut-on étudier les liens du passé comme ceux du présent ?

Sous ce titre ambitieux, j’ai donné en octobre dernier une présentation à Marseille, à l’IMéRA, dans le cadre d’une journée interdisciplinaire organisée avec talent par Claire Bidart et Ariel Mendez. J’en propose ici un petit résumé, avec des pites pour approfondir.

En histoire, l’analyse de réseaux a été appropriée récemment, pour l’essentiel après 2000 et surtout 2010, depuis la sociologie.
Pour se faire une idée de la bibliographie foisonnante en termes de périodes, types de liens, sources (malgré la croyance persistante des historien.ne.s en une faiblesse relative de leurs sources par rapport à celles des sociologues).
Sur le foisonnement récent de rencontres à ce sujet, y compris en France (les billets mais aussi les liens en colonne de gauche !).
Pour quelques propositions de vue d’ensemble, mais aussi points de vue personnels, sur cette appropriation en histoire, je renvoie à des articles successifs, finalement bien trop nombreux, que j’ai publiés depuis 2005. Peut-être en priorité le premier, dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, qui évoque du coup nombre de travaux précurseurs réalisés sur sources historiques, mais par des sociologues.
J’ai évoqué aussi le lien entre l’intérêt des historien.ne.s pour les réseaux et (outre l’envie bien partagée de visualiser de « beaux » graphes) l’essor de l’histoire des circulations, des intermédiaires et notamment de l’histoire transnationale, qui a parfois pour défaut en contrepartie d’oublier les frontières et autres endroits « où ça ne circule pas ». À ce sujet je recommande vivement la synthèse de Pierre-Yves Saunier, Transnational History, Palgrave Macmillan, 2013.

La suite de mon propos s’est principalement fondée sur deux recherches :

  • celles d’Isabelle Rosé sur Odon de Cluny († 942) puis Emma († 934), bien connues des fidèles de Res-Hist. Il s’agit d’études de réseaux égocentrés au sens fort, visant à reconstituer, dans un ensemble donné de sources, non seulement tous les contacts documentés d’Odon et d’Emma au cours de leur vie, mais aussi tous les contacts entre leurs contacts. Dans le premier cas, de travail systématique et formalisé vient après une biographie écrite de manière plus classique. Dans le second cas, il est plus exploratoire, à propos d’une actrice historique moins connue. Ces travaux sont très bien détaillée dans leur auteure dans des articles, publié et à paraître, que l’on peut récupérer à partir de cette page.
  • une recherche en cours, menée avec Pierre François au CSO sur les plus grandes entreprises françaises des années 1840 aux années 2000 (avec une douzaine de coupes temporelles), dans laquelle l’étude des liens entre conseils d’administration est une dimension importante. Elle s’inscrit dans un courant extrêmement classique en sociologie et gestion, dont une bonne synthèse est présentée par Carroll William K. et Sapinski Jean Philippe, « Corporate Elites and Intercorporate Networks », in John Scott et Peter J. Carrington (dirs.), The SAGE Handbook of Social Network Analysis, Londres-Thousand Oaks, SAGE, 2011, pp. 180‑194. Nous y proposons des renouvellements liés à l’approche plus historique, à la fois du fait de la profondeur temporelle et du rapport aux sources. Nous n’avons encore rien écrit sur le second point. On peut avoir une première idée du premier dans François, P. et C. Lemercier, 2014, « Ebbs and flows of french capitalism », in David, T. et G. Westerhuis, (dir.), The power of corporate networks. A comparative and historical perspective, Londres, Routledge, p. 149-168. (chapitre que je peux transmettre sur demande).

Cette appropriation de l’analyse de réseaux en histoire présente pour l’essentiel les mêmes intérêts et limites que dans d’autres disciplines. Toutefois, j’ai focalisé mon propos sur deux questions qui y apparaissent (ou devraient y apparaître, car elles sont en réalité rarement discutées de manière explicite et surtout cumulative) plus cruciales qu’ailleurs, puisqu’elles sont au cœur du métier de l’historien.ne.

D’une part, celle de l’anachronisme et du rapport aux sources : le fait d’avoir affaire à des traces du passé, plutôt que de faire passer un questionnaire sociométrique, pose un peu différemment la question de la définition des liens pris en compte par les chercheur.se.s. En particulier, cela nécessite de s’interroger sur la manière dont les individus concernés se représentaient leurs propres relations, et sur la manière dont ces représentations ont pu laisser des traces sous forme de sources exploitables.
J’ai insisté ici sur l’épaisseur des sources à travers lesquelles nous saisissons des liens passés et précisément sur l’importance d’éviter la métaphore du « à travers », du moins d’éviter de ne pas en avoir conscience. Il semble important à cet égard d’alterner entre lectures réaliste et nominaliste des sources, et entre plusieurs lectures réalistes possibles. Il n’existe pas quelque part un réseau réel parfait que nos sources nous montreraient ou nous cacheraient en partie. Bien des sources ont elles-même produit autant que révélé un lien (correspondances, actes juridiques, etc.). Confronter des sources donne souvent un point de vue contradictoire sur un même lien, qu’on peut préférer prendre au sérieux dans sa contradiction plutôt que, ou avant d’en tirer une vue agrégée ou moyenne. De belles illustrations de cette approche ont en réalité été fournies par des sociologues. Peter Bearman a ainsi utilisé des généalogies du 17e siècle pour étudier non pas « la parenté » mais des « revendications de parenté » qui pouvaient être asymétriques (A se dit cousin de B, qui ne dit rien de tel) (Bearman Peter S., Relations intro Rethorics. Local Elite Structure in Norfolk, England, 1540-1640, New Brunswick, N.J. : Rutgers University Press, 1993). Sébastien Dubois et Pierre François, eux, ont étudié les liens entre poètes tels que décrits par d’autres poètes dans, par exemple, des introductions d’anthologies : on peut en tirer une sorte de carte mentale agrégée, mais aussi s’intéresser aux différences entre cartes mentales individuelles (Sébastien Dubois et Pierre François, « Seeing the World through Common Lenses? The Case of French Contemporary Poetry », in J. Beckert et C. Musselin (eds), Constructing Quality: The Classification of Goods in Markets, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 174-193).
Dans les travaux d’Isabelle Rosé, on note la construction très précise de la notion de lien de parenté respectant le sens de ces liens à l’époque étudiée ; la réflexion explicite sur la question d’inclure ou pas des communautés religieuses, ou encore des saints, avec le même statut que des personnes physiques vivantes dans le réseau ; et encore, à propos d’Emma, la réflexion sur ce qu’un réseau reconstitué à partir d’un type précis de sources (diplomatiques) nous montre d’autre à son sujet que les sources narratives plus souvent sollicitées. Dans le cas des conseils d’administration d’entreprises, on est en apparence en terrain bien moins mouvant – leur étude est justement fréquente parce qu’elle repose sur l’idée d’une source « facile », bien formatée, aisément accessible, etc. Travailler de manière longitudinale souligne au contraire que rien ne va de soi : qu’est-ce qu’un conseil d’administration ? Quelles informations sont données sur ses membres (prénoms entiers ou pas, par exemple), ce qui peut gêner le travail « réaliste » mais aussi informer le travail « nominaliste » ? Que faire lorsque c’est une entreprise et non une personne physique qui est listée comme administrateur ? etc.

D’autre part, les sources historiques permettent souvent des études portant sur une période plus longue que les recherches sur le contemporain. Si les questionnements sur l’étude longitudinale des réseaux, voire leur dynamique, existent aussi dans d’autres disciplines, cette échelle temporelle plus longue pose des problèmes un peu différents, de datation et de périodisation notamment. J’ai beaucoup moins pris le temps de développer cet aspect, mais je renvoie à ce sujet à une présentation  en ligne (en anglais) donnée pour un autre colloque ; surtout, j’ai écrit un article de synthèse qui est à paraître (dans un livre collectif publié en Allemagne) mais que je peux envoyer aux personnes intéressées. À l’IMéRA, j’ai simplement insisté sur deux points :

  • le fait qu’une étude longitudinale rend plus importants encore les choix quant à la frontière du réseau à étudier (sur ces choix de frontières en général, un article très éclairant en français ici). Pour les conseils d’administration par exemple, suivre les mêmes entreprises (à travers leurs changements de nom, fusion, etc.) ou confronter la situation d’entreprises en partie différentes, mais qui répondent au même critère à différentes dates (par exemple celles qui ont le capital social le plus élevé) ? Cela renvoie à des questions de recherche différentes et ne permet pas le même type de conclusions. Dans notre cas, comme nous montrons précisément la permanence d’une structure malgré le changement des acteurs en cause, le second choix s’avère très pertinent.
  • la nécessité de réfléchir à la datation et la durée des liens, même lorsque les sources sont muettes à ce sujet, et donc d’expérimenter des choix parfois arbitraires ou douloureux, dont les articles d’Isabelle Rosé donnent un très bel exemple. Cela souligne l’importance d’étudier aussi la fin des liens, déjà évoquée, comme nombre d’autres points de cet exposé, par Claire Bidart dans sa propre présentation ; et l’importance de réfléchir différemment aux interactions et aux relations (une différence que l’on peut approcher par les métaphores du flot et du tuyau, de la rivière et du lit, ou encore du traffic et du backcloth) pour mieux caractériser qualitativement, comme pour mieux traiter quantitativement, les liens.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *