Les réseaux libéraux napolitains (premier XIXe siècle) : insertion transnationale et modernisation locale, par Pierre-Marie Delpu

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Notre travail porte sur les milieux libéraux napolitains de la fin de l’empire napoléonien au milieu des années 1850. Principale force d’opposition au pouvoir bourbonien et de modernisation économique, sociale et politique du royaume, inspirés par les modèles étrangers – contemporains ou non – avec lesquels ils sont en contact, ils constituent des acteurs du processus de construction nationale italienne et, plus largement, de la politisation à gauche dans l’Europe du premier XIXe siècle. À un moment où s’élabore un « espace de communication » transnational à l’échelle européenne, les libéraux napolitains s’insèrent dans des réseaux transnationaux complexes, notamment à la faveur de l’exil qu’une grande majorité d’entre eux connaît dans les années 1820-30. À partir de leurs correspondances, des textes de mémoire qu’ils ont produit mais aussi de sources policières ou judiciaires à valeur d’identification, il est possible de reconstituer, grâce à la base de données Fichoz (FileMaker) et à des logiciels spécifiques (Pajek) des phénomènes de circulation et d’échanges qui ont contribué de manière déterminante à la construction d’une voie napolitaine du libéralisme.

Pierre-Marie Delpu est ancien élève de l’ENS, agrégé d’histoire, doctorant contractuel chargé de cours à l’Université Paris 1.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *