Etude prosopographique et analyse des réseaux de l’ancienne noblesse francilienne de Philippe Auguste à Charles VII (1180-1430), par Laurent Nabias

Des microlignages à la micro-histoire : les Choisel, Choisel de Chennevières et les Pacy, dans la région senlisienne et en pays de France, essais et perspectives.

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

L’ancienne noblesse médiévale évoquée par Françoise Autrand, celle qui n’a pas été anoblie, la plus proche du Roi, possessionnée en Ile de France, a été paradoxalement peu étudiée, hormis récemment par Nicolas Civel dans une thèse récente sur les aristocrates franciliens au XII° siècle et John Baldwin dans une étude détaillée de cette population sous Philippe Auguste parue dans la revue Francia. Le propos de ma thèse est d’examiner l’évolution de ces lignages, notamment ceux identifiés dans l’armorial de Wijnbergen, de Philippe Auguste à l’avènement de Charles VII. Joseph Morsel a déjà remis en cause le concept de crise nobiliaire aux XIVe et XVe siècles. Comment les anciens nobles franciliens multiplient-t-ils les moyens de subsistance et quels sont donc les rôles différents qu’ils occupent dans la société ? Quels sont leurs réseaux de solidarité, les carrières qui les rapprochent du Roi, quelles sont leurs richesses et leurs possessions ? Pouvons-nous identifier les facteurs de mutation ? Quels sont les partis et les réseaux d’influence établis par rapport aux institutions de l’Eglise et de l’Etat ?

Les nobles, objets d’une étude prosopographique en tant qu’acteurs sociaux individuels, sont enregistrés à la fois dans le logiciel de généalogie professionnel Hérédis et dans une base de données Access, associée à une typologie de relations de parenté, de fidélité et de relations juridiques. Les échanges économiques sont analysés dans le cadre de l’anthropologie du don. Puis une cartographie de la dynamique temporelle et spatiale des réseaux tissés à travers ces différentes catégories de liens est établie avec le logiciel Gephi. La présentation décrit l’application de la méthode au cas d’un lignage test de faible importance, sortant à peine d’une documentation éparse et lacunaire, pour évaluer l’apport d’enseignements d’un tel exemple. Un projet d’étude de la société nobiliaire à une plus grande échelle sera aussi abordé.

Laurent Nabias est doctorant, Centre d’Histoire Sociale et Culturelle de l’Occident (CHSCO) de l’université Paris Ouest Nanterre.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marylou Nguyen dit :

    Bonjour,

    Je suis assez admirative vis à vis de l’ampleur de votre travail et de la variété des concepts et outils que vous mobilisez.

    Je l’avoue, je serais très curieuse de comprendre la manière dont vous articulez notamment informations généalogiques, typologie des liens, et votre base Access.
    Quel type d’informations contient cette base et à quelles sources avez-vous eu recours pour la construire ?

    Bien cordialement et à très bientôt,

    Marylou

    • Laurent NABIAS dit :

      Bonjour

      je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mon intervention. Je prépare justement ma présentation pour répondre à vos questions justement. Pour résumer, voici ma démarche :
      1> A l’aide d’un logiciel de généalogie je liste tous les renseignements liés aux itinéraires biographiques des individus nobles. Les sources sont nombreuses : archives du Parlement de Paris série X, archives privées, archives des établissements ecclésiastiques des archives nationales, série S, dénombrements série P, cabinet des titres du musée de Chantilly, archives généalogiques du département des manuscrits occidentaux (pièces originales), archives départementales série H, et les chroniques variées, etc…
      2> En parallèle, je remplis les tables d’identification des nobles, mais aussi les tables de relations entre nobles ou entre nobles et institutions, les tables de carrière, les tables de transferts économiques entre individus ou entre individus et institutions,les tables de propriété, etc… Cela doit me permettre d’établir des statistiques. Un dictionnaire typologique de relations permet de « typer » les relations entre individus, qu’elles soient de nature juridique, parentale, économique,etc… Ces « types » de relations alimentent des tables intermédiaires qui complètent les tables de relations. L’avantage de ces tables « type » est le fait qu’elles sont ouvertes, bref qu’elles peuvent évoluer en fonction de l’avancée de mon dictionnaire typologique.
      3> Ces listes d’individus et les relations établies entre eux et classées par typologie me permettent d’établir des cartographies dynamiques de réseaux, afin de pouvoir détecter les communautés, les partis, les alliances, leur évolution dans le temps, mais aussi bientôt dans l’espace.

      Voila j’espère que j’ai été assez clair, mais ma présentation doit contenir quelques schémas et exemples d’applications…
      Bien cordialement
      Laurent NABIAS

  2. Marylou Nguyen dit :

    Merci beaucoup de cette explication détaillée !

    Marylou Nguyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *