Identités, réseaux, espaces en Méditerranée et en Europe au XIXe siècle. L’exemple de familles grecques, par Marie-Carmen Smyrnelis

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Aussi bien lors de ma recherche doctorale (consacrée aux identités et aux modalités de coexistence dans une ville cosmopolite comme Smyrne, aux XVIIIe et XIXe siècles) que pour celle, post-doctorale dans laquelle je me suis engagée, l’analyse des réseaux sociaux des individus et des familles est au cœur de mes interrogations. Le titre de cette recherche post-doctorale pourrait être : « Identités, réseaux, espaces en Méditerranée et en Europe au XIXe siècle. L’exemple de familles grecques ».

Dans cette nouvelle recherche, il s’agit de reconstituer les réseaux des membres de familles grecques originaires de l’île de Chio durant tout le XIXe siècle : liens familiaux, professionnels et d’amitié, liens de parenté spirituelle, qui s’inscrivent dans des espaces géographiques diversifiés : partant de Chio, ces derniers s’étendent aux principales villes de la Méditerranée orientale (Smyrne, Salonique, Alexandrie, Istanbul, etc), et plus loin, au reste de la Méditerranée (Marseille, Livourne, etc) mais aussi au-delà (Londres, Odessa, etc). Durant ce siècle, les activités professionnelles de leurs membres se diversifient par ailleurs du commerce vers le transport maritime, la banque, la haute finance, mais aussi à partir de la seconde moitié du XIXe, vers la politique, les sciences et lettres, la diplomatie.

Pour pouvoir reconstruire les réseaux individuels et familiaux de manière fine, la juxtaposition de sources d’archives diverses s’impose : correspondances consulaires des lieux où des membres de ces familles s’établissent, dossiers de naturalisation, archives de l’état civil ou archives paroissiales, archives notariales, archives privées lorsqu’elles existent, etc.

Les apports de l’analyse des réseaux restent, dès lors essentiels pour une telle recherche. Ils le sont d’autant plus que la plupart des travaux qui ont eu recours au concept de réseau relationnel n’intègrent pas nécessairement la dimension spatiale en tant que telle dans leur analyse. Cette recherche devrait donc permettre de comprendre quelle importance spécifique ont pour les individus, les liens contractés dans un vaste espace géographique et en quoi peuvent-ils orienter différemment leurs choix.

Analyser les réseaux individuels et familiaux devrait me permettre d’approcher, au plus près, les comportements des individus et familles sur lesquels je travaille, de mettre en évidence leurs choix et leurs « stratégies » d’inscription dans le vaste espace mentionné précédemment, en lien avec leurs autres « stratégies » (professionnelles, matrimoniales, d’intégration dans un pays étranger, etc).

La dispersion dans un vaste espace géographique n’implique, en aucun cas, pour les membres de ces familles originaires de Chio, une rupture des relations avec le reste de la famille, quel que soit le lieu d’installation des uns ou des autres. Bien au contraire : les relations de parenté semblent pour eux essentielles, et cela d’autant plus qu’elles s’inscrivent dans un espace géographique très étendu ; nouées d’abord en raison de leurs pratiques matrimoniales marquées (du moins dans un premier temps) par une forte endogamie de groupe, ces relations peuvent être renforcées par des rapports professionnels pour les affaires importantes qu’ils concluent (celles qui mettent en cause des relations de confiance)  ou par des liens de parenté spirituelle. L’insertion réussie de certains dans des lieux précis, loin d’affaiblir le réseau familial, contribue donc à le renforcer, en le dotant de ressources supplémentaires qui bénéficient, directement ou non, à tous ses membres

D’une manière plus large, l’analyse des réseaux de ces individus et familles devrait me permettre d’interroger autrement l’espace physique, en partant de la signification qu’il peut avoir pour chaque individu et chaque famille, et non des villes, et plus généralement des lieux qui relèvent de lui. Il s’agit dès lors de vérifier l’hypothèse déjà esquissée dans le dernier chapitre de ma thèse de doctorat1, selon laquelle l’utilisation qui peut être faite d’un territoire par les individus n’est ni globale, ni infinie mais au contraire, singulière et limitée puisqu’elle dépend de l’histoire propre de chaque individu, de ses appartenances, comme de l’ensemble de ses choix, y compris ceux qui l’ont conduit à valoriser et réactiver ou non les relations tissées par ses prédécesseurs et à créer les siennes propres. L’espace dans lequel s’inscrivent les individus serait donc fragmenté, en fonction du type d’utilisation qu’ils en font ; il serait discontinu, construit par les hommes, se jouant des distances, structuré par des itinéraires multiples et par tout un système de points d’appui –des villes le plus souvent- qui jouent le rôle de relais, et entre lesquels circulent toujours, autant que des hommes et des marchandises, de l’information. Le territoire peut alors être vu comme un espace de relations : autrement dit, ce sont les relations d’ordre aussi bien économique et social qu’interpersonnel, des individus et familles qui le construisent.

Ma réflexion sur les réseaux sociaux s’appuie sur de nombreuses lectures de sociologues, anthropologues, historiens qui posent la question des réseaux sociaux d’un point de vue théorique, tels les historiens Maurizio Gribaudi2, Zacarias Moutoukias et Jean-Pierre Dedieu3, les anthropologues Jeremy Boissevain4 ou Bruce Kapferer5 de l’Ecole de Manchester, les sociologues tels Claire Bidard, Alain Degenne et Michel Grossetti6, pour n’en citer que quelques uns.

Dans la perspective qui est la mienne, le terme « réseau » n’est nullement employé dans un sens métaphorique : le réseau peut être défini comme un ensemble de relations ouvert, mobile, qui se réajuste constamment en fonction des possibles auxquels se trouvent confrontés les différents éléments qui le composent. Pour en comprendre le sens, il est indispensable de resituer toujours les relations dans les contextes dans lesquels elles ont été nouées (lien noué par exemple dans le cadre professionnel, dans celui de la parenté ou du voisinage). De plus, les relations nouées entre les individus peuvent être désormais utilisées pour interpréter le comportement des individus ou du moins, le chercheur choisira le réseau plus que n’importe quel autre outil ou n’importe quelle autre catégorie pour interpréter le comportement des individus.

Marie-Carmen Smyrnelis est docteur en histoire de l’EHESS. Ingénieur de recherche à l’Institut Catholique de Paris. Auteur d’un livre : Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Peeters, 2005. Directrice d’un ouvrage : Marie-Carmen Smyrnelis (dir.), Smyrne la ville oubliée ? 1830-1930. Mémoires d’un grand port ottoman, Paris, Autrement, 2006. Elle co-anime depuis novembre 2002 un séminaire à l’EHESS (Laboratoire de Démographie et d’Histoire sociale) sur : «  Analyser le social à partir de l’individu et des réseaux relationnels ».

1 Cf. le chapitre 7 in M.-C. Smyrnelis, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Peeters, 2005.

2 Maurizio Gribaudi (dir.), « Avant-propos » in Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS, 1998.

3 Jean-Pierre Dedieu et Zacarias Moutoukias, « Approche de la théorie des réseaux sociaux », in Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu, Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien régime, Paris, CNRS Editions, 1998.

4 Jeremy Boissevain, Friends of friends, Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, 1974.

5 Bruce Kapferer, « Norms and the manipulation of Relationships in a Work Context », in J.Clyde Mitchell, Social Networks in Urban Situations, Manchester, Manchester University Press, 1969, pp.181-244.

6 Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Puf, 2011.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marylou Nguyen dit :

    Bonjour,

    Les réalités sociales que vous embrassez dans votre recherche sont considérables et suscitent mon admiration, ainsi que quelques questions.
    De quelle manière délimitez-vous les réseaux étudiés, en particulier dans le cas de réseaux transnationaux ?
    Quelle a été votre approche documentaire vis à vis d’un corpus très hétérogène ?

    Bien cordialement,
    Marylou Nguyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *