Pouvoir et réseaux égocentrés à l’époque moderne. Présentation d’une tension conceptuelle et méthodologique, par Marylou Nguyen Hoang Phong

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Le travail de recherche que j’effectue actuellement dans le cadre de mon doctorat s’intitule « Pouvoir et réseaux d’Anne d’Autriche (1615-1666) ». J’y formule l’hypothèse que le pouvoir, tel que l’a exercé la reine Anne d’Autriche, s’éclaire, entre autres, au prisme de la vaste nébuleuse sociopolitique dans laquelle elle évolue au quotidien : sa Maison.
Pour appréhender cet ensemble social, j’ai élaboré une méthode originale, à partir de travaux de sociologues1 et d’historiens ayant déjà mené des études similaires2. Elle consiste à analyser un petit nombre de réseaux égocentrés, articulés autour de chefs de département de la Maison d’Anne d’Autriche. L’objectif est de déterminer si ces réseaux ont influencé l’action de la reine, et le cas échéant, de quelle manière, au moyen d’outils tels que la centralité, l’orientation des liens et la force des liens faibles.
Ce faisant, l’historien adopte la perspective, non plus du détenteur du pouvoir, mais celle des récepteurs de son mode de gouvernement. Il décentre donc son regard de l’objet d’étude initial pour embrasser un ensemble politique et social plus vaste au sein duquel la reine devient un acteur parmi d’autres et son action, de fait, plus visible.
Le cœur du corpus utilisé est composé d’actes notariés tirés, lorsqu’ils existaient, des inventaires après décès des Egos, complétés, le cas échéant, de correspondances, factums et documents comptables, chaque document étant abordé comme la manifestation à un moment T d’une dimension du réseau (manifestation de sa structure, des flux qui le parcourent ou de son fonctionnement).
Marylou Nguyen Hoang Phong est doctorante, CRHEC, Université Paris-Est

1Entre autres : DEGENNE, A., FORSE, M., Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, Paris, 1994. MERCKLE, P., La sociologie des réseaux sociaux, Paris, 2011. GRIBAUDI, M. (dir.), Espaces, temporalités, stratifications : exercices sur les réseaux sociaux, Paris, 1999.

2Entre autres : les différents articles publiés par C. Lemercier. BEAUVALET-BOUTOURIE, S., GOURDON, V., RUGGIU, F.-J., Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe (XVIe-XVIIIe siècles, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004. CASTELLANO, Juan-Luis, DEDIEU, Jean-Philippe, Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1998 RENTET, Thierry, « L’analyse de réseau en histoire moderne, esquisse bibliographique et cas concret» », Tout est-il réseau? Journée d’étude du Centre de Recherche espaces, société, cultures, Université Paris XIII, 14 mars 2008 ; Anne de Montmorency, grand maître de François Ier, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. LARCADE Véronique dit :

    Bonjour Marylou,
    Votre thème de recherche m’intéresse beaucoup. Une publication est-elle prévue?
    Bien cordialement
    Véronique

  2. Laurent NABIAS dit :

    Bonjour Marylou

    A mon tour de vous poser une question. Vous envisagez effectivement d’étudier un petit nombre de réseaux égo-centrés (comme je le fais pour mes lignages nobiliaires considérés comme égo-centrés). Mais comment déterminez-vous les limites de ces réseaux ? Est-ce-qu’ils sont enchevêtrés ? Si c’est le cas, pensez-vous pouvoir multiplier les réseaux égo-centrés de manière à pouvoir analyser le réseau complet de la Maison de la Reine ?
    Bien cordialement
    Laurent NABIAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *