Pierre Verschueren, Un champ dans le temps : les recompositions des sciences physiques après la Seconde Guerre mondiale au prisme des doctorats d’État (1944-1968)

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Après la Seconde Guerre mondiale, le système français d’enseignement supérieur connaît une période de croissance sans précédent ; les premiers signes de cette massification se manifestent au travers du développement très rapide du système de production et de reproduction des scientifiques, en particulier en sciences physiques1. Le nombre de jeunes gens soutenant une thèse de doctorat d’État augmente ainsi de façon exponentielle : alors que 64 thèses sont soutenues en 1944 et 73 en 1945, les facultés des sciences organisent 226 soutenances en 1955, et 832 en 19682. Cette croissance est due en premier lieu à la place grandissante des sciences physiques, qui en viennent à exercer un véritable imperium : si 46 % des thèses d’État sont attribuées pour une thèse en physique ou en chimie en 1944, c’est le cas de 57 % d’entre elles en 1955, 64 % en 1960, et 72 % en 1968.

Pourquoi cette évolution ? De fait, la reconstruction du système d’enseignement supérieur français après 1945 est marquée par l’apparition de la « big science »3, qui repose sur des projets scientifiques de grande envergure et sur un financement massif de l’État, selon des normes d’organisation marquées par le système de production de faits scientifiques né pendant la guerre aux États-Unis. La guerre froide met en outre la recherche en sciences physiques au centre de l’attention, en particulier des gouvernements, puisque une part non négligeable de ses développements ont des résonances immédiates en termes politiques, diplomatiques, économiques et militaires : le radar, la bombe atomique et la conquête de l’espace sont des exemples classiques de cette tendance. Face à l’apparition d’un nouveau régime de production des faits scientifiques, les universités et les grandes écoles doivent ainsi affronter la nécessaire mise en place d’un nouveau régime de production des élites scientifiques, puisque le métier exercé par celles-ci change profondément. En conséquence, le champ scientifique connaît une profonde recomposition, marquée à la fois par cette importante croissance, par une forte fractalisation4, c’est-à-dire l’apparition de nombreuses sous-disciplines, et à terme par une redistribution des rapports de forces qui le structurent.

Dans ce contexte, et en nous inspirant en particulier des travaux d’Olivier Godechot5, nous avons commencé par utiliser les méthodes quantitatives de l’analyse de réseau pour étudier la composition des jurys de thèses, pour toutes les doctorats d’État ès sciences soutenus à Paris entre 1944 et 19616 ; l’analyse s’est faite en traitant la coprésence de deux professeurs dans un jury comme un lien (non-orienté), le tout étant traité avec igraph. En résumé, l’objectif était alors de montrer la porosité des frontières disciplinaires, malgré le poids hérité de la tripartition napoléonienne entre sciences mathématiques, physiques et naturelles – porosité qui joue en faveur de l’imperium physicien, sous la protection de qui se développent de nombreux domaines qui auraient pu relever des mathématiques ou des sciences naturelles. Pour ce faire, nous nous sommes fondés sur les rapports de thèses conservés aux Archives nationales et aux archives de l’université Pierre et Marie Curie (site de Jussieu), rapports qui couvrent la période 1944-1961 : l’extension jusqu’à 1968 nécessite de consulter les exemplaires physiques de chacune de ces thèses – ce qui impose concrètement de restreindre la population étudiée, au vu du nombre de documents concernés7 mais aussi et surtout des contraintes de consultation, les thèses de sciences étant conservées dans des lieux dispersés et rarement organisés pour la consultation massive que réclame une telle optique quantitative.

Pour affiner et prolonger l’analyse, nous avons donc fait le choix de nous concentrer plus spécialement sur les thèses de doctorat ès sciences physiques8, en introduisant la question de l’évolution temporelle du réseau : il semble qu’il y a là un bon moyen d’éclairer finement les recompositions des rapports de force internes au champ de la physique et de la chimie, dans le contexte de croissance rapide déjà évoqué, tant les doctorats sont au centre des enjeux de production et de reproduction du groupe des scientifiques – avec, par exemple, les conséquences de la création de la faculté des sciences d’Orsay, qui obtient le droit d’attribuer des doctorats en son propre nom en 1962. Cette présentation aura pour but de discuter des conditions de possibilité d’un tel usage chronologique de l’analyse de réseau et de réfléchir au choix des indicateurs de centralité les plus pertinents à utiliser. Nous aimerions en outre poser la question de l’utilisation d’une autre source, à savoir les remerciements que contiennent ces thèses, et dont la formalisation et le traitement quantitatif semblent prometteurs pour analyser les liens de sociabilité entre scientifiques, à différentes échelles spatiales et temporelles.

Références

1Dominique Pestre, « Les physiciens dans les sociétés occidentales de l’après-guerre. Une mutation des pratiques techniques et des comportements sociaux et culturels », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 39, n°1, p. 56-72.

2Ces statistiques sont calculées à partir du Catalogue des thèses et écrits académiques (1944-1959) et du Catalogue des thèses de doctorat soutenues devant les universités françaises (1960-1968).

3Peter Galison, Big Science: The Growth of Large Scale Research, Stanford, Stanford University Press, 1994.

4Andrew Abbott, Chaos of disciplines, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

5Olivier Godechot et Nicolas Mariot, « Les deux formes du capital social. Structure relationnelle des jurys de thèse et recrutement en science politique », Revue française de sociologie, vol. 45, n°2, 2004, p. 243-282, et Olivier Godechot, « La formation des relations académiques au sein de l’EHESS », Histoire & mesure, vol. 26, n°2, 2011, p. 223-260.

6Ces premières recherches ont donné lieu à une présentation lors d’une journée de l’école doctorale d’histoire de l’université Paris 1 « Analyser des réseaux: Pourquoi ? Comment ? » (organisée par Ségolène Maudet, Leslie Villiaume et nous-même le 28 mars 2015), et ont été discutés pendant la journée d’étude « Entre sources, données et réseaux » du programme transversal interdisciplinaire MoreHist à l’université Jean-Jaurès de Toulouse (27 mars 2015). On pourra en trouver le texte destiné à être publié dans la revue Hypothèses ici.

74036 thèses d’État ès sciences ont été soutenues à Paris et Orsay entre 1944 et 1968, dont 2011 entre 1944 et 1961.

8Soit un corpus de 2613 doctorats.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *