Représentations graphiques de réseaux historiques

Profitant de la forte dynamique qui existe à Toulouse en matière d’analyse de réseaux, que ce soit en sociologie (au Labex SMS) ou en mathématiques (autour de Bertrand Jouve, qui a rejoint il y a quelques années le laboratoire d’histoire Framespa), nos collègues de Res-Hist y ont organisé plusieurs journées d’études dont l’une vient de donner lieu à un numéro spécial des Cahiers de Framespa, autour des questions de représentations graphiques. On y retrouve avec plaisir les dernières avancées de deux participants des premières journées Res-Hist : Anthony Andurand, qui démontre magistralement l’intérêt d’une représentation visuelle orientée selon un axe temporel pour étudier des transmissions maître-élève (selon un principe déjà utilisé dans Redes par René Sigrist et Eric D. Widmer), et Vivien Faraut, qui nous rappelle l’intérêt de visualiser non pas des complots directement, mais des discours policiers sur des complots. Les deux autres articles d’Emilie Senmartin et d’Eric Hassler (pour moi, un nouveau venu de talent dans le petit monde des réseaux en histoire !) montrent chacun à leur façon en quoi passer d’un schéma plus classique (un arbre généalogique pour Eric Hassler) à un graphe apporte quelque chose d’utile à l’interprétation historique. Bref, une lecture très recommandable…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *