Julie d’Andurain, Le lobby colonial ou l’emboîtement des réseaux

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Dans son ouvrage majeur, France coloniale ou parti colonial ?, Charles-Robert Ageron (1970) avait bien précisé qu’il n’avait fait que défricher un champ de recherche en axant son analyse sur le réseau parlementaire du lobby colonial, réseau relativement aisé à reconstituer selon lui alors que la totalité du groupe restait assez largement méconnue. De cette époque également, du fait des travaux des anglo-saxons Alexander-Sydney Kanya-Forstner et Christopher Andrew (“The French “Colonial Party”. Its Composition, Aims, and Influence, 1885-1914”, The Historical Journal, 1971 ; “The Groupe Colonial in the French Chamber of Deputies, 1892-1932”, The Historical Journal, 1974) date l’idée que le lobby colonial s’est organisé et structuré autour d’un groupe parlementaire appelée abusivement le « parti colonial ». Mais Charles-Robert Ageron avait estimé que ce travail (le sien et celui de ses collègues britanniques) méritait d’être repris et approfondi au fur et à mesure que des sources disponibles rendraient une nouvelle analyse possible car il lui semblait évident que le réseau colonial ne pouvait se restreindre à sa partie parlementaire.

Les travaux de recherche des historiens anglo-saxons – les mêmes Alexander-Sydney Kanya-Forstner et Christopher Andrew – avaient d’ailleurs permis de mettre en exergue le rôle des militaires comme acteurs majeurs du réseau colonial (The Conquest of the Western Sudan. A Study in French Military Imperialism, 1969), mais en dépit de sa grande qualité leur ouvrage s’était contenté de rappeler les éléments chronologiques de la conquête de l’Afrique de l’Ouest sans aborder une quelconque dimension réticulaire. Au cours des années 1970 était aussi apparue l’idée que le réseau colonial pouvait s’appréhender sous la forme d’un réseau économique sans qu’il soit toutefois formellement identifié (Pierre Guillen, « Milieux d’affaires et impérialisme colonial », Relations internationales, 1974). A défaut de pouvoir le qualifier autrement, on se contentait d’une définition fort imparfaite de ce groupe en recourant aux vocables de « parti colonial », de lobby colonial ou encore de « nébuleuse ».

Au début des années 1990, du fait de la distanciation progressive des jeunes chercheurs avec les positions anticolonialistes de la génération précédente (Daniel Rivet, « Le fait colonial et nous. Histoire d’un éloignement », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1992), les études sur le « parti colonial » connaissent un nouvel essor en empruntant de nouvelles voies. Les recherches s’appuient alors essentiellement sur un renouveau de la biographie (René Pillorget, « La biographie comme genre historique », Revue d’histoire diplomatique, 1982) qui s’inscrit lui-même dans le cadre d’un renouveau plus global du champ de recherche des études politiques tout en associant de plus en plus la biographie à la prosopographie (C. Charle, Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles), guide de recherche, CNRS, 1980 ; Delacroix, Dosse, Garcia, Offenstadt, Historiographies I – Concepts et débats, Gallimard, 2001). De fait comme outil d’étude des élites, des structures ministérielles, les études prosopographiques se révèlent très utiles dans le champs des études coloniales et font émerger une génération de jeunes chercheurs spécialisés sur la question (Sarah Mohamed-Gaillard et Maria Romo-Navarette, Des Français Outre-mer, PUPS, 2005).

Le renouveau est aussi passé à cette date par l’arrivée d’archives privées dans les centres de recherche qui ont autorisé de nouvelles analyses. Les archives privées du général Gouraud – pléthoriques puisque le fonds est constitué de plus de 200 cartons – déposées au début des années 2000 au Quai d’Orsay croisées à celles d’Auguste Terrier, (publiciste du lobby colonial) ou d’autres archives privées autorisent un renouvellement substantiel des problématiques car en révélant la nature exacte des liens personnels entretenus entre les différents individus, elle permet de reconstituer les différents groupes. Un long travail de dépouillement qui suppose aussi de devoir passer par un décodage de cette littérature épistolaire (Julie d’Andurain, « Les lettres codées du ‘parti colonial’ ou l’inspiration de la Vita Karoli d’Eginhard », Outre-mers, revue d’histoire, 2015 ; « La correspondance privée des coloniaux », dans Agnès Bérenger et Olivier Dard (dir.), Gouverner par les lettres, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, Metz, Centre de recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, 2015) et une mise en cohérence historique des données via des bases de données permet de comprendre comment le réseau colonial a agi, fonctionné et s’est organisé.

Au-delà du réseau parlementaire déjà pré-identifié, ces liens interpersonnels apparaissant dans ces nouvelles sources d’archives font émerger simultanément deux autres réseaux du lobby colonial : un réseau militaire stricto sensu composé exclusivement d’officiers coloniaux au sein duquel le général Gouraud apparaît comme une figure éminente (Julie d’Andurain, Le Général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre, thèse, octobre 2009). Il se situe au cœur d’un groupe que nous avons qualifié de ‘phalange coloniale’. Celle-ci est soutenue voire encouragée par un réseau médiatique centré essentiellement sur le Bulletin du Comité de l’Afrique française et la personnalité d’Auguste Terrier, véritable pivot et animateur du lobby colonial. Ce travail est actuellement en cours (Julie d’Andurain, « Le réseau dans le réseau. La phalange coloniale ou la collecte de l’information du ‘parti colonial’ », Outre-mers, revue d’histoire, 2015 ; Le parti colonial en pensée et en action, à paraître chez Ellipses), mais il laisse aussi imaginer qu’il existerait un 4e groupe – celui des financiers, autrefois identifié comme celui des ‘milieux d’affaires’. Du fait d’une organisation pratique sous-tendue par le secret et la concurrence entre les entreprises, ce réseau est plus difficile à reconstituer, mais il est très probablement issu des chambres de commerce (Claire Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de Commerce de Paris, 2003) et des réseaux patronaux qui sont de mieux en mieux connus aujourd’hui (Hubert Bonin, J. F. Klein, C. Hodeir, L’Esprit Economique impérial (1830-1970), SFHOM, 2008 ; J. C. Daumas dir., Dictionnaire des patrons français, 2010).

Notre proposition consiste à montrer combien l’étude du « parti colonial » invite à envisager l’analyse d’un réseau selon un mode pluriel tant ces réseaux, conçus sur un mode professionnel, s’emboîtent les uns dans les autres en se construisant sur la base de relations personnelles pour aboutir à la formation d’un lobby. Si l’analyse invite à concevoir le lobby comme une superstructure composée de plusieurs infrastructures qui seraient des réseaux, l’ensemble reste encore assez difficile à modéliser dans ses détails. Néanmoins, le recours à l’enquête prosopographique via des bases de données croisée à l’étude des supports sémantiques sont précieux pour reconstituer les liens inter-personnels du lobby colonial.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *