Salvatore Lo Piccolo, Réseaux politiques et familiaux dans la ville de Messine lors de la révolte de Malvizzi (1674-78)

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

La communication présentée s’inscrit dans la ligne d’une démarche prosopographique et relationnelle appliquée aux élites de la ville de Messine lors de la « dernière grande révolte urbaine du XVII siècle » sous la domination de la Couronne d’Espagne : la révolte des Malvizzi (1674-78). Cette révolte a vu agir des individus provenant d’horizons socio-culturels différents qui se divisent en deux factions : les pro-espagnols et soutiens de Charles II de Habsbourg, et les Malvizzi qui se tournent vers Louis XIV, roi de France. C’est à ce moment-là que Messine devient une ville portuaire en mesure de susciter des intérêts de nature « supranationale », à savoir, une pièce importante des jeux politiques de coercition opposant la Couronne d’Espagne et celle de France dans la « guerre de Hollande » (1672-78).

Quelles sont les forces sociales impliquées dans la révolte ? Qu’est-ce qui pousse certains individus ou groupes sociaux et familiaux à choisir tel ou tel camp ? S’agit-il de choix idéologiques et politiques individuels ou de choix présupposant des mécanismes et des logiques liés à un système, à la fois économique et culturel, de cooptation familiale ?

Nous utiliserons ainsi cette révolte comme une loupe – à travers laquelle suivre l’évolution socioculturelle d’un groupe de familles à la recherche constante d’affirmation politique et économique – qui nous permettra de reconstituer et de visualiser l’ensemble des réseaux d’interactions entre les individus, le corps social, le Grand Prieuré de Messine, et les structures politiques et administratives du royaume de Sicile et de la monarchie hispanique tout au long du XVIIe siècle. Dans cet objectif, nous avons utilisé les outils informatiques Pajek, Txt2pajek, Visone2.9.2 et Puck qui nous ont permis de faire ressortir la complexité et l’intensité de ces réseaux d’échanges –étudiés dans leur dimension à la fois morphologique (à savoir, une structure formée de points et de lignes qui matérialisent les relations familiales et politiques) et relationnelle (ou sémantique)– susceptibles de mettre en place dans ce milieu géographique des effets performatifs à travers la circulation de biens, de services et de savoirs1.

Notre exposé se déroulera en deux parties : la première s’appuie à la base sur une liste assez représentative de cinq cents individus réalisée par le savant et chroniqueur sicilien Giuseppe Cuneo quelques années après la révolte. Cette liste nous a permis aujourd’hui d’établir grosso modo quels sont les individus qui se rangèrent pour l’une ou l’autre faction, et quelles étaient leurs origines socioprofessionnelles. Une enquête croisée sur des données issues de différentes sources – qui sont conservées dans les archives et les bibliothèques d’Europe – a rendu possible non seulement d’étendre l’échantillon représentatif des acteurs impliqués dans la révolte des Malvizzi mais aussi de les insérer dans un réseau généalogique plus complexe de deux mille données2.

C’est au sein de ce tissu de relations familiales que nous avons détecté environ sept cents liens matrimoniaux dans la période s’étendant de la fin du XVIe siècle jusqu’aux années immédiatement successives à la révolte. Le calcul de centralité de degré et d’intermédiarité de ces liens nous a permis de faire ressortir les acteurs, ou mieux les Maisons, qui, dans ce contexte-là, jouèrent un rôle plus important que d’autres et occupèrent une position avantageuse en termes d’opportunité d’ascension sociale, de notoriété publique et d’influence au sein du réseau social. Cette étude a permis également d’identifier des stratégies de lignage et d’organisation des réseaux de collaboration familiale qui pouvaient parfois conduire à des hostilités à grande échelle. C’est à travers l’analyse structurale de ces réseaux que nous pourrions ainsi comprendre de manière plus approfondie les raisons et la nature d’une révolte qui a vu la famille – en tant que nœud fondamental des relations entre individus – comme le centre de dynamiques tantôt de désagrégation tantôt de réconciliation sociale, avant et après la révolte.

De plus, il s’agit d’une perspective méthodologique qui a notamment permis de faire ressortir des brumes de l’histoire les réseaux sociaux qui ont caractérisé le cycle de vie de certaines des familles les plus importantes du patriciat de Messine – les Cicala, les Crisafi et les Di Gregorio, parmi les Malvizzi, les Anzalone, les Cirino et les Ruffo, parmi les Merli, et les Minutolo qui, d’après les sources et les récits de la révolte, comptèrent parmi les familles« neutres » qui ne prirent position ni pour l’une ni pour l’autre des factions – et d’en montrer, sur le plan soit diachronique soit synchronique, les différentes combinaisons d’interdépendance parentale au fil du XVIIe siècle.

Pour approfondir l’analyse, nous avons choisi aussi de suivre – dans la seconde partie de notre démonstration – les acteurs les plus actifs des Maisons susmentionnées dans leurs relations de do ut des avec la couronne d’Espagne et dans les mouvements liés à la gestion des affaires municipales. Cela est nécessaire pour mettre en évidence les réseaux de clientèle et de transaction économique qui définirent leur manière d’agir à la fois dans la ville de Messine et vis-à-vis de l’extérieur.

Pour ce faire, nous avons dessiné le portrait-robot de certains des individus qui, à partir du XVIIe siècle, détinrent une fonction importante à Messine au sein non seulement de la Corte Stradicoziale et du Sénat mais aussi du Grand Prieuré de l’Ordre de Malte3. De plus, dans l’avenir nous envisageons également de reconstruire également l’organigramme de l’Eglise, des associations et des Confréries dispersées dans le centre urbain de Messine. En effet, reconstituer l’organigramme des instances constitutives de l’accumulation et la distribution du pouvoir se révèlera utile pour comprendre si, déjà à la veille de la révolte, on peut trouver à l’intérieur même de ces lieux de possibles tentatives de bras de fer entre les familles susmentionnées qui aboutirent au conflit du 1674.

Toutefois, dans ce second cas, notre étude est encore à l’état de véritable chantier ouvert qui nécessite conseils et idées, ainsi que des tentatives visant à mettre en place une méthode spécifique. Par ailleurs, il nous faudra éprouver l’intérêt et la pertinence des différents outils informatiques à utiliser dans le cadre d’une analyse étendue à un si grand nombre d’acteurs sociaux. Il s’agit d’un travail indispensable pour tracer et visualiser les réseaux croisés et liés à la gestion et la diffusion du pouvoir à Messine. Pour ce faire, il faut certainement achever l’exploitation des sources et le traitement des données recueillies, en les insérant dans un cadre d’analyse unitaire.

1 Sources d’inspiration en analyse des réseaux : Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011; Nacim Fateh Chiki, Calcul de centralité et identification de structures de communautés dans les graphes de documents, Thèse de doctorat, Toulouse 3 Paul Sabatier ; Pascal Cristofoli, Aux sources des grands réseaux d’interactions. Retour sur quelques propriétés déterminantes des réseaux sociaux issus de corpus documentaires, Réseaux. N° 152, p. 21-58; Sandro Guzzi-Heeb, Donne, uomini, parentela. Casati alpini nell’Europa preindustriale (1650-1850). Torino : Rosenberg e Sellier 2007 ;Pierre Mercklé, Sociologie des Réseaux Sociaux, La Découverte, Paris 2011; Histoire de la famille et analyse de réseaux dans les Annales de démographie historique n° 109, 2005/1.

2 Parmi les sources utilisées : les fonds de la Commenda della Magione et du Protonotaro del Regno (ASPa). Les manuscrits portant sur la révolte :Diario del successo della sollevazione di Messina (BAV); Mémoire de ce qui s’est passédans la dernière guerre de Messine (BNF); Memorandum scritto da un merlo al viceré contro i nobili della città di Messina (Biblioteca Universitaria di Messina); Cronaca vituperosa della città di Messina (Biblioteca Comunale di Palermo).

3 Parmi les sources utilisées : les fonds de la Commenda della Magione, de la Commissaria di Mezz’annata et de la Real Segreteria (ASPa); Segreteria de Estado et Secreteria Provinciales (AE de Simancas); Corti giuratorie et Regia Curia Stradicoziale (ASMe).

Salvatore Lo Piccolo, doctorant, Université de Toulouse Jean Jaurès, laboratoire Framespa et Labex SMS)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *