Dynamiques des réseaux de crédit à Paris au XIXe siècle, par Viera Rebolledo-Dhuin

Cette recherche sera présentée lors d’un atelier des journées de Nice, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Lors de ma thèse, fondée sur l’analyse des dossiers de faillites des libraires-éditeurs parisiens au XIXe siècle, j’ai pu montrer l’importance du rôle joué par les libraires-escompteurs, drainant le crédit – au double sens du terme, schématiquement résumé dans le couple finance/confiance – obtenu auprès des institutions bancaires (formelles et informelles) pour la survie des entreprises du livre. L’utilisation des logiciels d’analyse de réseaux (Pajek puis NodeXL) a permis de visualiser cette fonction d’intermédiation qu’ils revêtent au sein de la profession, tandis que l’enquête prosopographique relative aux faillis et à leurs créanciers a mis au jour l’exceptionnelle mobilité sociale de ces escompteurs du livre.

Aujourd’hui, je m’intéresse autrement à ces personnes-ressources par le biais des billets d’escompte qu’ils endossent et font circuler, voire encaisser en dernier ressort par la Banque de France. Je dispose pour ce faire de sources exceptionnelles, qu’ont bien voulu me transmettre Jean-Hubert Brierre et Eric de Catheu : les dossiers de contentieux issus des archives personnelles du papetier-escompteur Louis Thomas Romain Ledoux et de son fils, Roch Romain, tous deux membres du comité d’escompte de l’institut d’émission et juges au Tribunal de Commerce. À travers ces sources, il s’agit de comprendre les interactions (morales et financières) liant, consciemment ou non, des individus (professionnels du livre ou de la banque) à ces escompteurs, ainsi que la force des relations interpersonnelles nouées entre les membres de ces « clusters financiers ». En outre, et parce que la réception de billets par la Banque de France est elle-même conditionnée au crédit détenu par les commerçants qui y sont introduits par trois certificateurs, cette étude vise à analyser les processus de formation des élites économiques, par le biais des phénomènes de cooptation, qui intéressera l’institutionnalisation des organisations économiques au XIXe siècle.

Cette réflexion s’intéresse finalement aux chaînes relationnelles de crédit et pose des problèmes de méthodes quant à la saisie, au traitement et à la visualisation des données sur lesquels j’aimerais pouvoir discuter.

Viera Rebolledo-Dhuin est docteur en histoire, thèse : La librairie et le crédit. Réseaux et métiers du livre à Paris, 1830-1870, thèse d’histoire, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, sous la dir. de Jean-Yves Mollier, 2011.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurent NABIAS dit :

    Bonjour

    Je suis très intéressé par vos problèmes de méthodes quant à la saisie, au traitement et à la visualisation des données, problématiques que je rencontre également dans mon sujet de recherche.
    Par contre vous évoquez la dynamique des réseaux. Utilisez-vous donc dans pajek et dans Node XL des fonctionnalités liées à la visualition temporelle des réseaux ?
    En effet, j’avais abandonné NodeXL au profit de Gephi car il me semblait que NodeXL ne proposait pas de solution de visualition de dynamique des réseaux, je suis donc très curieux de voir ce que proposent pajek et NodeXL dans ce domaine.
    Cordialement
    Laurent NABIAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *