Laurent Beauguitte, Relations entre acteurs au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

Seule l’introduction est reprise ici, le texte complet est disponible en version .pdf.

L’objectif de cette communication est double : montrer comment sur un terrain donné l’analyse de réseaux peut être utilisée pour conceptualiser une question de recherche ; détailler le passage des archives et données utilisées aux graphes, aux mesures sur ces graphes et à leur interprétation thématique. Afin de favoriser les échanges, la partie exploratoire est ici largement dominante : il s’agit de susciter des questionnements, de proposer des pistes et des développements méthodologiques plutôt que d’avancer des résultats solides issus de traitements canoniques. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer de prime abord le grand nombre de manuels consacrés à l’analyse de réseau, tant en français qu’en anglais, et l’abondance de logiciels dédiés, signes apparents d’un paradigme solide d’une science devenue normale, cette approche est loin d’apporter des solutions satisfaisantes pour tous les types de relations envisagées. Des problèmes aussi anciens que la multiplexité ou l’intensité des liens continuent à être contournés, et les réseaux bipartis restent rarement étudiés en tant que tels.

Cette communication s’inscrit également dans un projet de recherche personnel au long cours, initié dans le cadre d’une thèse de géographie, visant à étudier de manière quantitative, relationnelle et spatialisée le fonctionnement des Organisations intergouvernementales (OIG). Le postulat fondant ce projet est que ces OIG constituent des systèmes, voire pour les plus grandes (ONU, Banque mondiale) des systèmes de systèmes, où les stratégies des acteurs impliqués sont en partie déterminées par les stratégies des autres acteurs. Une première partie présente l’OIG étudiée ici (le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, noté CDH dans la suite du texte), les acteurs impliqués et conceptualise la nature des relations entre ces acteurs. La seconde partie présente les opérations permettant le passage des données brutes aux réseaux susceptibles d’être analysés. Enfin, la troisième partie présente différents résultats exploratoires relatifs à l’une des tâches majeures que s’est fixé le CDH : l’Examen périodique universel.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *