Thibaut Menoux, « In service through friendship ». Essai de lecture réticulaire longitudinale des parrainages dans une amicale professionnelle de concierges d’hôtel de luxe.

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici. Une version longue est disponible au format .pdf ici.

Introduction

Salariés des établissements hôteliers haut de gamme, les concierges d’hôtel, depuis leur comptoir dans le hall, dirigent voituriers, bagagistes, grooms et chasseurs1 pour orchestrer l’arrivée et le départ des clients et procurer à ces derniers divers services extérieurs: transports, spectacles, restaurants, etc. Cette communication se base sur près de 3000 fiches d’adhésion à l’amicale professionnelle des concierges d’hôtels, créée à Paris en 1929. Elle s’intéresse à la question du capital social des individus qui composent ce groupe professionnel. Le réseau qui relie entre eux les concierges est en effet un lieu et un outil de mobilisation pour protéger leurs intérêts collectifs, notamment en leur permettent de consolider collectivement des partenariats avec certains prestataires, ou encore de tenter de clôturer l’accès au métier et de créer ainsi un marché du travail fermé. Mais c’est aussi un outil pour protéger leurs intérêts personnels, en gagnant, grâce à leur réseau, en efficacité dans les services rendus à la clientèle.

Je propose d’appréhender ce capital social à partir d’un proxy qui est celui des liens de parrainage : pour adhérer à l’association, chaque candidat doit être parrainé par deux adhérents (les parrains). L’hypothèse de travail sous-jacente à l’utilisation du proxy des liens de parrainage est que le nombre de parrainages assuré par un individu est un indicateur de la solidité de sa position dans le groupe professionnel. Cette étude doit permettre d’explorer en quoi une étude réticulaire longitudinale est un outil utile pour appréhender la structuration d’un groupe professionnel. On cherche à se donner les moyens d’observer la structuration évolutive d’un réseau au cours du temps, en essayant de ne pas perdre de vue les aspects à la fois individuels et collectifs du capital social en train de s’accumuler.

I) Constitution de la base de données

Je voudrais d’abord montrer en quoi la constitution même de la base de donnée, la « fréquentation » longue et minutieuse de sa base par le chercheur, avant même l’étape du traitement à l’aide d’un logiciel d’analyse de réseau et de l’interprétation des graphes obtenus, représente déjà un moment heuristique, qui révèle déjà beaucoup sur le réseau étudié, et qui met en jeu une forme de complémentarité entre les différentes méthodes d’enquête et les différents matériaux. En complément de ce matériau, tous les autres documents disponibles permettent de combler les lacunes ou de lever des ambiguïtés lors de la saisie.

11. La levée des ambiguïtés de saisie : une première exploration qualitative du réseau

Le travail de saisie à partir des archives confronte le chercheur à une série d’information ambiguës qui doivent être élucidées dans la mesure du possible. Ce travail minutieux met en jeu une forme de « statistique ethnographique » (Cayouette-Remblière, 2012) riche en premiers éléments de connaissance de l’objet. L’information centrale sur les fiches d’adhésion est ici est le nom des deux parrains du candidat, et la levée des ambiguïtés lors de la saisie se révèle in fine comme un réel moyen de comprendre la logique sociale étudiée.

12. Le toilettage de la base de données

Une fois que le maximum d’ambiguïtés sur les parrainages a été levé comme décrit précédemment, la base de données doit encore être épurée. Il s’agit ici de repérer les biais qu’il faut prendre en compte dans l’interprétation des graphes.

13. Choix du découpage temporel

Puisqu’un graphe qui représenterait l’ensemble du réseau a des chances d’offrir comme on le verra des possibilités de lecture limitées, il s’avère salutaire de découper l’observation du réseau par tranches temporelles. Le but est de pouvoir créer les conditions d’une lecture longitudinale permettant d’historiciser la constitution du réseau, de manière évolutive, avec deux critères, l’un pratique et formel (équilibrer le graphe pour s’assurer qu’il soit lisible), l’autre d’ordre socio-historique (la périodisation doit respecter l’évolution de l’histoire de l’association).

II. Évolution de la structure générale de l’association

Le traitement a été effectué grâce à Gephi, un logiciel libre de visualisation et d’analyse de réseaux.

21. Précautions de lecture

Compte tenu des règles de cooptation (un filleul doit avoir deux parrains), l’élément de base de notre réseau de concierges est ici une triade : contrairement à la dyade parrain-filleul, la triade des deux parrains et de leur filleul commun fait apparaître une forme de lien de nature différente, propre à révéler une affinité préexistante (on co-parraine avec des collègues de confiance) ou à la faire exister (on se rencontre parce qu’un même filleul nous rapproche). Pour la spatialisation du réseau, j’ai opté pour « Force Atlas » (les sommets s’éloignent les uns des autres comme des aimants, alors que les arcs attirent les sommets qu’ils connectent, comme des ressorts). Je me suis assez peu servi des statistiques proposées par le logiciel, compte tenu des spécificités de ce type de réseau (par exemple, la densité du réseau n’a ici pas grand sens ; de même, un certain nombre d’indicateur de centralité sont ici inutiles). Seule la centralité de degré, en classant les individus selon le nombre de leurs degrés sortant (autrement dit le nombre de leurs filleuls) est un indicateur du logiciel que j’ai systématiquement utilisé.

22. Le graphe entier (1930-2013)

Il risque de ne pas être très lisible (cf. figure 1). Pourtant, après spatialisation, on peut malgré tout tirer de sa lecture un certain nombre d’enseignements utiles en termes de périodisation, qu’on peut schématiser en deux axes de lecture.

Figure 1 : Deux axes de lecture du graphe complet (1930-2013) (cliquer pour agrandir)

figure1

23. Évolution longitudinale du réseau

a) Position des individus : sur le capital social associatif
L’observation de l’évolution du réseau témoigne d’une distribution du pouvoir d’abord très inégalitaire, puis progressivement plus équilibrée, liée à une nouvelle forme de répartition du pouvoir dans le groupe (ici, l’analyse réticulaire est un soutien à une analyse de sociologie politique). Par ailleurs, il devient possible de voir se constituer progressivement la position d’un même individu au sein du réseau. Enfin, derrière la position des individus dans le réseau de parrainage, il faut aussi pouvoir lire les caractéristiques des hôtels dans lesquels ils travaillent (pratiques de parrainage stable dans les grands hôtels de meilleure qualité et co-parrainages éparpillés dans les hôtels de moindre qualité). On peut ainsi lire le succès du groupe professionnel dans sa stratégie de clôture du marché du travail, ou de contrôle de l’entrée dans celui-ci au niveau des hôtels les plus prestigieux (cf. figure 2).

Figure 2 : La clôture du marché par l’association (le réseau en 1960-1979) (cliquer pour agrandir)

figure2

b) Un capital social genré ?
On peut observer quelle est la place des femmes dans le réseau professionnel, à partir des seuls liens de parrainages, et ainsi de poser plus finement la question de la dimension genrée du capital social. Il apparaît que la relation de parrainage est donc fondamentalement dissymétrique entre les sexes (par exemple, à partir de la position des marraines et des filleules sur les graphes, tout se passe comme si les femmes qui accèdent au statut de marraine ne le faisaient que lorsqu’elle ont acquis une position professionnelle suffisante pour « justifier » cette responsabilité).

c) Forme générale du réseau : un processus de formalisation
La forme générale des graphes successifs renseigne sur l’histoire de l’association, notamment du point de vue de l’évolution de la formalisation de son fonctionnement : au fil du temps, on observe la disparition progressive des « irrégularités » (cf. figure 3) et l’augmentation de la cohésion du réseau (deux indicateurs de cette plus grande cohésion : la réduction progressive du nombre de composantes connexes et le regroupement des individus du graphe connexe en communautés ; cf. figure 4). Le morcellement du réseau semble donc bien se réduire avec le temps.

Figure 3 : En 1930, un groupement aux règles encore peu formalisées (cliquer pour agrandir)

figure3

Figure 4 : Vers un réseau plus cohésif (communautés et composantes connexes du réseau en 1970‑1979 et en 1990‑1999) (cliquer pour agrandir)

figure4a

figure4b

La plus grande cohésion du réseau au fil du temps se voit donc aussi dans la façon dont les sous-groupes du graphes sont reliés les uns aux autres (une illustration en est donnée dans la façon dont la zone des concierges travaillant sur la Cote d’Azur, zone qu’on avait pu repérer sur le graphe entier, se connecte de mieux en mieux au reste du graphe, décennie après décennie ; cf. figure 5).

Figure 5 : Un réseau progressivement mieux intégré (le réseau en 1960-1969 et en 2000-2009) (cliquer pour agrandir)

figure5a

figure5b

Une des raisons de cette intégration plus poussée semble être la mobilité accrue des travailleurs de la conciergerie. Certes, une forme de mobilité a toujours existé du fait de la forte proportion d’emplois saisonniers. Mais les deux mondes, saisonniers et emplois fixes, étaient à l’origine relativement cloisonnés. Plus tard, à partir des années 1980, se produit une forme de brassage plus poussé grâce à l’apparition de la première formation professionnelle diplômante au métier de concierge en 1984 (le cursus prévoit ainsi plusieurs stages dans des loges d’hôtels différents ; les candidats sont ainsi amenés à voyager éventuellement d’une région à l’autre, et choisiront leurs chefs concierges comme parrains).

Bibliographie
Boissevain Jeremy, Friends of friends : networks, manipulators and coalitions, Oxford, Basil Blackwell, 1974.
Boissevain Jeremy, « Network Analysis: A Reappraisal ». Current Anthropology, vol. 20, n° 2, 1979, pp. 392‑394.
Cayouette-Remblière J., « Reconstituer une cohorte d’élèves à partir de dossiers scolaires. La construction d’une statistique ethnographique. », Genèses, vol. 85, n°4, 2012, pp. 115‑133.
Eloire Fabien, « Une approche sociologique de la concurrence sur un marché. le cas des restaurateurs lillois », Revue française de sociologie, vol. 51, n° 3, 2010, pp. 481-517.
Mercklé P., Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte,2004.
Newman M. E. J., « Modularity and community structure in networks », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 103, n° 23,‎ 2006.
Paradeise Catherine, « Les professions comme marchés du travail fermés », Sociologie et sociétés, vol. 20, nᵒ 2, 1988, pp. 9-21.
Retière J.-N., « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n° 63, 2003, pp. 121-143.
Thompson, Edward P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, Le Seuil, 1988.

1. Traditionnellement, le groom est chargé de porter messages et colis en chambre et le chasseur effectue toutes les courses en-dehors de l’hôtel.

Thibaut Menoux, doctorant en sociologie à l’EHESS, CSE


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *