Laurent Nabias, Renchaînement d’alliances, transmission du patrimoine dans les topolignées et intégration dans les partis des princes

Renchaînement d’alliances, transmission du patrimoine dans les topolignées et intégration dans les partis des princes : des facteurs clés pour la résilience de l’ancienne noblesse francilienne (1180-1437)

Cette recherche sera présentée lors des Troisièmes Journées Res-Hist, mais vous pouvez déjà la commenter ici.

L’identité de la noblesse en général a toujours posé quelques problèmes aux historiens, aussi bien médiévistes que modernistes : Jean-Marie Constant le disait lui-même il y a dix ans, « Le problème de l’identité nobiliaire s’est pratiquement toujours posé depuis la seconde moitié du XVIe siècle ». Il utilisait alors la définition de la noblesse d’Olivier de la Marche dans son Traité du duel judiciaire, daté de 1436, c’est-à-dire idéalement de la fin de notre période1. Or un autre colloque sur le même sujet portait en 1998 sur une ère chronologique beaucoup plus étendue, du IXe au XIXe siècle2. Et un aspect particulier de la question doit être abordé, celui de la « vieille noblesse », pour ne pas dire des nobles « d’antique lignage »3 ou de « noblesse immémoriale », ou plutôt de « l’ancienne noblesse ». En fait, c’est cette dernière expression qui a été retenue, pour faire écho à l’article de Françoise Autrand4 décrivant l’opposition entre noblesse ancienne et nouvelle noblesse5 au XVe siècle, et qui a été l’élément déclencheur de l’ensemble de la réflexion. Si nous définissons l’ancienne noblesse par une noblesse qui n’a jamais été anoblie, qui ne dispose donc pas de preuve écrite de son existence à part des dénominations de tierces personnes, et qui est reconnue comme telle par la société, se pose alors la problématique des critères de reconnaissance. Or de nombreux historiens évoquent la crise nobiliaire XIVe et XVe siècles, ce qui expliquerait selon eux la disparition de l’ancienne noblesse, comme Guy Bois6. D’autres évoquent plutôt une crise de l’économie seigneuriale. Jean-Philippe Genet, plus précis, évoque plutôt une mutation de la noblesse en affirmant que « la guerre, par ses désordres et ses dévastations, accentue à son tour la crise de l’économie seigneuriale, obligeant l’aristocratie à entrer sur les « marchés » de la féodalité bâtarde, dont le maître, en fin de compte, est l’État…»7. Philippe Contamine a lui précisé que : «L’action conjointe de la bourgeoisie marchande, des officiers et des robins »8 n’a provoqué ni la débâcle économique, ni la disparition de l’ancienne noblesse. Les difficultés financières de certains nobles franciliens, la stagnation des profits de la terre, l’augmentation des dépenses somptuaires et militaires, entraînent les anciens nobles à trouver des solutions palliatives. Parmi ces solutions, leur rapprochement vers des individus possédant richesses, influences et pouvoir, est abordé. La royauté constitue une alternative dans le cadre de la construction étatique. Pour Guy Fourquin, « La grande majorité des fortunes terriennes de la vieille noblesse a très bien résisté, en Ile-de-France, aux épreuves de la guerre de Cent ans. La raison majeure, avons-nous écrit, doit se chercher dans le nombre élevé des charges honorifiques, administratives, judiciaires ou militaires dont étaient titulaires les chevaliers. De futures études généalogiques [le] confirmeraient.»9 Ces études doivent mener à la recherche des causes de la résilience de ces anciens nobles franciliens. Pour cela, plusieurs études de réseau sont abordées : l’analyse des renchaînements de mariages, celle des réseaux de partis et de clientèles princiers, celle des réseaux féodaux.

La recherche de renchaînements de mariages à travers les générations, entre un nombre limité de patrilignages, a été entreprise à l’aide du logiciel Puck. Cette analyse répond notamment aux interrogations lancées par Anita Guerrau-Jalabert sur la difficulté d’identifier les bouclages consanguins et redoublements d’alliance. Résoudre ce problème exige de suivre les lignées sur un nombre important de générations, ce qui fait partie des spécificités de Puck. L’évolution des circuits matrimoniaux nobiliaires entre 1140 et 1440, par période de 60 ans (voir par exemple figures 1, 2 et 3, les traits continus représentent les alliances, les traits en pointillé, les relations consanguines) démontre des mutations et des permanences structurelles dans les associations des lignages nobles franciliens, de manière à assurer le maintien de leur patrimoine, et de s’adapter aux nouvelles règles canoniques du concile de Latran de 1215. De nombreux renchaînements de mariages sont observés entre les mêmes lignages nobles franciliens, tout en respectant, avec des exceptions toutefois, les nouvelles règles canoniques de Latran de 1215.

Figure 1 : évolution du réseau matrimonial entre 1200 et 1260. Noir : réseau 1140-1200. Rouge : extension du réseau. Bleu : individus de la période précédente s’ajoutant au circuit. (cliquer pour agrandir)

fig1Nabias

Figure 2 : évolution du réseau matrimonial entre 1260 et 1320. Noir : ancien réseau 1140-1260. Rouge : expansion du réseau 1260-1320. (cliquer pour agrandir)

Nabiasfig2

Figure 3 : arrêt de l’expansion de l’ancien réseau. Apparition de nouvelle structures matrimoniales isolées entre 1260 et 1320. (cliquer pour agrandir)

Nabiasfig3

En fait, la survie des anciens patrilignages passe surtout par la permanence et le contrôle de certains topolignages : dans chaque cas, la parenté par alliance parvient à conserver dans son giron la propriété de la seigneurie, sans avoir à la transmettre au pouvoir royal, à la nouvelle noblesse, ou au milieu bourgeois. Parfois aussi, des intermédiaires nouveaux nobles, voire de noblesses étrangères à la province, s’agrègent aux topolignages pour assurer le maintien de leur état. Mais, par le jeu des alliances, ou par l’entremise de l’État, ces topolignages reviennent à l’ancienne noblesse d’Ile-de-France. Ces stratégies matrimoniales, conditionnées par la place des femmes nœuds des échanges de patrimoines, que les nobles doivent épouser tout en respectant les interdits de l’Église, conduisent des renchaînements de mariage à plusieurs dizaines d’années d’intervalles.

Figure 4 : le lignage intermédiaire en rouge des Trie entre Bouteiller et Garlande : exemple simplifié d’union consanguine à l’extérieur de la figure et rebouclage de circuits matrimoniaux à l’intérieur. (cliquer pour agrandir)

Nabiasfig4aNabiasfig4b

D’autres types de réseau peuvent entrer dans l’étude de la résilience des anciens nobles, comme les réseaux de l’administration royale ou de l’armée. L’accès aux offices militaires, administratifs ou financiers des rois et des princes permet à certains lignages de jouer un rôle important dans les partis princiers, navarrais, orléanais, armagnacs ou bourguignons, de la fin du XIVe siècle et du début du XVe siècle, lorsque le pouvoir Valois vacille et s’affaiblit. Une cartographie des réseaux via NodeXL, avec utilisation d’algorithme de détection de communauté, décrit la structure des groupes ainsi créés, un noyau dense centré sur les chefs de partis et un réseau de parentèle plus large et moins resserré de plus petits lignages gravitant autour de ce noyau. Le rôle spécifique des relations de carrière, des liens vassaliques ou de clientèle, les missions et expéditions militaires, et éventuellement des relations vassaliques, est examiné sur une même figure, de manière à étudier les liens multiplexes (Voir figures 5 et 6). Ces relations sont identifiées à partir des archives de la Chambre des Comptes, des thèses consacres à chaque hôtel princier (voir liste de références), à partir des sources historiographiques et littéraires, des actes du Parlement de Paris. Les relations féodales sont étudiées dans les aveux et dénombrements de la série P et les archives du musée Condé de Chantilly.

Figure 5 : schéma du réseau des clientèles et partis des anciens nobles franciliens entre 1315 et 1380, la centralité de degré des nœuds du réseau étant supérieure ou égale à 3 (cliquer pour agrandir).

Nabiasfig5

Figure 6 : schéma du réseau des clientèles et partis des anciens nobles franciliens entre 1315 et 1380, la centralité de degré des nœuds du réseau étant supérieure ou égale à 3 (cliquer pour agrandir).

Nabiasfig6

Références :

Cyril Grange et Michael Houseman, « Objets d’analyse pour l’étude des réseaux de parenté: une application aux familles de la grande bourgeoisie juive parisienne XIXe-XXe siècles », Annales de démographie historique, 2010, vol. 116, no 2, p. 105-144, p. 127.

Anita Guerreau-Jalabert, « Prohibitions canoniques et stratégies matrimoniales dans l’aristocratie médiévale de la France du Nord », in Pierre Bonte (dir.), Épouser au plus proche: inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, France, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994, p. 316-317.

Anita Guerreau-jalabert, « La Parenté dans l’Europe médiévale et moderne: à propos d’une synthèse récente », L’Homme, 1989, vol. 29, no 110.

Ariane Boltanski, « Du réseau à l’individu. Quelques réflexions épistémologiques, à partir de trois exemples égocentrés dans la seconde moitié du XVIe siècle », dans Jean DUMA (dir.), Histoire de nobles et de bourgeois. Individu, groupes, réseaux en France, XVIe-XVIIIe siècles, Nanterre, Presses Universitaires de Nanterre, 2011.

Olivier Mattéoni, « Société contractuelle, pouvoir princier et domination territoriale : Jean Ier de Bourbon et la noblesse d’Auvergne », in Institutions et pouvoirs en France: XIVe-XVe siècles, Paris, Picard, 2010, vol. 1.

Elizabeth Gonzalez, Un Prince en son hôtel: les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

Philippe Charon, Princes et principautés au Moyen Age: l’exemple de la principauté d’Évreux 1298-1412, Paris, France, École des chartes, 2014.

1 Jean-Marie Constant, « Noblesse et élite au XVIe siècle : les problèmes de l’identité noble », in La noblesse en liberté: XVIe-XVIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 67-80, p. 67.

2 L’identité nobiliaire : dix siècles de métamorphoses, IXe-XIXe siècles, Le Mans, Publication du Laboratoire d’histoire anthropologique du Mans, CNRS-UPRES A 6092, 1997. Le chapitre de Jean-Marie Constant décrit dans la note précédente est issu de cet ouvrage, aux pages 45-61.

3 Guy Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, Paris, Presses Universitaires de France, 1964, p. 467.

4 Françoise Autrand, « Noblesse ancienne et nouvelle noblesse dans le service de l’État en France : les tensions du début du XVe siècle », in Gerarchie economiche e gerarchie sociali, secoli XII-XVIII: atti, Firenze, Le Monnier, 1990, p. 611-632.

5 La nouvelle noblesse est comprise dans l’article comme l’ensemble des anoblis, qui d’ailleurs répugnent Olivier de la Marche.

6 Guy Bois, « Noblesse et crise des revenus seigneuriaux en France aux XIVe et XVe siècles : essai d’interprétation », dans La noblesse au Moyen Age XIe-XVe siècles, Paris, 1976.

7 Jean-Philippe Genet et Günther Lottes, (dir.), L’État moderne et les élites : XIIIe-XVIIIe siècles apports et limites de la méthode prosopographique actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p.12.

8 Philippe Contamine, « Points de vue sur la chevalerie en France à la fin du Moyen âge », Francia, 1976, no 4, p. 255-285, p. 255.

9 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, op. cit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *