Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Nicolas SIMON dit :

    Bonjour,

    A la lecture de votre billet je me suis demandé dans quelle mesure les travaux de Luc Van Campenhoudt (sociologue belge) ne pourraient pas vous intéresser.

    Il a publié, en 2010, un article +/- théorique sur la façon d’envisager l’étude des réseaux et du pouvoir (en dégageant grosso modo deux axes – structurel et actantiel – avec chacun leur propre logique d’analyse) : VAN CAMPENHOUDT Luc, « Pouvoir et réseau social : une matrice théorique », dans Travail, inégalités et responsabilité, (dir.) G. HERMAN, E. LEONARD et P. REMAN, 2010 [Cahiers du CIRTES ; 2], pp. 5-41.
    (–> il s’inspire pas mal de Zold, McAdam et McCarthy)

    L. Van Campenhoudt a aussi dirigé une revue (La Revue Nouvelle) dont un numéro a été consacré aux réseaux au sein du pouvoir politique actuel. Le dossier contient des articles assez courts qui mettent l’accent sur l’un ou l’autre point à prendre en considération si on fait de l’analyse de réseau et qu’on étudie le fonctionnement d’institutions, le comportement d’hommes politiques, etc.
    –> http://www.revuenouvelle.be/Reseau-et-pouvoir

    Et le même auteur a encore publié un article (en 2012) dans la revue « Cités. Philosophie, politique, histoire » dans le numéro consacré à Bourdieu (pour les 10 ans de sa mort). L’article s’intitulait « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le « travail en réseau » –> il est disponible sur CAIRN.

    C’est toujours un plaisir de lire un billet ou article sur l’histoire politico-institutionnelle des temps modernes lié à de l’analyse de réseaux !

    • Sébastien Schick dit :

      Bonjour,

      merci beaucoup pour votre commentaire et pour ces références, que je ne connaissais pas. Ces travaux ont l’air tout à fait passionnants, je vous remercie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *