Séverine Valiente, Réseaux d’information en Méditerranée orientale et services secrets de la monarchie des Habsbourg à l’époque de Philippe II (1556-1598)

L’objet de mes recherches actuelles concerne les services secrets de la monarchie espagnole à l’époque de Philippe II (1556-1598) en Méditerranée orientale et, plus spécifiquement, dans la ville de Constantinople. Ce champ d’étude implique la nécessité de reconstituer les réseaux d’information – officiels et secrets – de l’époque, d’un point de vue géographique et humain. Une première étude d’envergure a été réalisée par le chercheur turc Emrah Safa Gürkan. La thèse qu’il a soutenue en 2012 à l’Université de Georgetown, portant sur « l’espionnage au XVIe siècle et la rivalité entre les Habsbourg et les Ottomans », présente une description des réseaux développés par les espions au service de la monarchie des Habsbourg en Méditerranée orientale à cette époque. En dépit du caractère riche et rigoureux de ce travail, celui-ci, comme toute autre étude, peut être complété par des travaux supplémentaires, dans lesquels pourront notamment être mis à contribution les apports récents de l’analyse des réseaux à la recherche historique.

Les sources utilisées par le chercheur précédemment cité, et sur lesquelles se fonde également ma recherche, sont principalement constituées de la correspondance adressée par les espions professionnels exerçant sur le terrain aux représentants du pouvoir central ou au monarque lui-même d’une part, et des « Avis du Levant », documents fonctionnant à la manière de dépêches, expédiés au Secrétariat d’ État par toute sorte d’informateurs, et regorgeant de détails relatifs, notamment, aux mouvements de troupes et de galères des Turcs, et à l’activité diplomatique de la Sublime Porte, d’autre part.

La phase de traitement des sources dans laquelle je me trouve à l’heure actuelle est essentiellement celle de la constitution de deux bases de données, l’une topographique, l’autre onomastique, la seconde étant la plus complexe car divisée en de nombreux sous-ensembles du fait de la multiplicité des nationalités ou catégories impliquées dans de tels réseaux. C’est lors de la phase suivante, celle de l’exploitation de ces données, que l’analyse des réseaux pourra s’avérer d’un grand intérêt à bien des égards. Il convient néanmoins de considérer au préalable avec méthode et attention la variété des possibilités offertes par cet outil heuristique.

L’analyse des réseaux d’espionnage espagnols à l’époque de Philippe II peut tout d’abord être appréhendée d’une manière traditionnelle, du point de vue prosopographique. Emrah Safa Gürkan, après avoir identifié des dizaines d’individus ayant œuvré au service des Habsbourg, s’est intéressé à leur profil professionnel antérieur, à leur éducation, aux modes de recrutement de ces agents, à leurs motivations et à leur rémunération, aux liens familiaux qui les unissaient. Certains aspects peuvent encore être traités ou approfondis : c’est notamment le cas pour la question de l’origine géographique des personnes. Mais, dans ce sujet plus que tout autre, il est primordial de s’intéresser également aux connexions interindividuelles et, par conséquent, aux réseaux mis en place, question à laquelle l’étude d’Emrah Safa Gürkan accorde une grande place. Il n’est toutefois pas inutile de préciser les diverses approches pouvant être encore réalisées en termes d’analyse des diverses connexions.

La communication que je présenterai lors du colloque RES-HIST d’octobre 2015 visera dans un premier temps à explorer les différentes possibilités d’analyse et de représentation graphique des réseaux humains (voir les travaux de Laurent Beauguitte). Je considérerai en effet en premier lieu la solution la plus élémentaire, tant du point de vue de ses avantages que de celui de ses limites, consistant à réaliser des graphes sur un mode simple dans lesquels seuls seront pris en compte les liens – dont la nature devra être précisée – entre les espions professionnels eux-mêmes, dans le but de faire apparaître les différents niveaux hiérarchiques distinguant les membres d’une même clique, par l’étude de la centralité des acteurs, ou les modalités d’organisation au sein de ces groupes – par l’étude de l’incidence ou de l’intensité des liens par exemple. Je tâcherai de démontrer dans un second temps que la représentation de graphes bipartis, dans lesquels seront seulement prises en compte les connexions unissant des espions – membres du groupe A – à des représentants du pouvoir central – membres du groupe B –, me semple plus adaptée à ce thème de recherche dans pour diverses raisons, notamment pour le simple fait que ces échanges se déroulent dans un cadre plus « officiel ». Nous verrons également qu’outre le fait que les sources sur lesquelles se fonde notre étude se prêtent plus à ce type d’exploitation, celle-ci permet par ailleurs de s’interroger sur certaines spécificités des liens mis en place, notamment dans leurs aspects quantitatif et spatial.

Cette dernière observation nous permet d’introduire un autre aspect de la question de l’espionnage espagnol en Méditerranée orientale pouvant être étudié par le biais de l’analyse des réseaux, qui est celui de la circulation de l’information. À ce sujet, nous verrons que deux questions méritent d’être étudiées afin de mieux percevoir la réalité de la circulation des informations transmises par les agents secrets de l’époque. Il conviendra en effet de distinguer l’étude des réseaux de communication officiels existants de celle des flux d’information secrète (voir à ce sujet les travaux de Claire Lemercier et Laurent Beauguitte). C’est précisément au XVIe siècle que se développent les premières lignes officielles de courrier à l’échelle européenne, sous l’impulsion de l’empereur Charles Quint, et par l’intermédiaire de ses agents, les membres de la famille Tassis. Nous verrons ainsi que les graphes planaires se prêtent parfaitement à la représentation de la reconstitution de ces circuits officiels, mais que ces derniers devront être confrontés à la représentation des flux d’information secrète, devant être pour sa part réalisée sous la forme de graphes non-planaires.

Ces dernières remarques nous mettent en rapport avec l’importance de la dimension géographique intrinsèque à la thématique de l’étude de réseaux d’espionnage dans une zone aussi vaste que le bassin méditerranéen, à une époque où l’information ne pouvait circuler que sous forme matérielle ou verbale. À ce sujet, je souhaiterais renvoyer aux travaux publiés par Marie-Carmen Smyrnélis, qui font la part belle à la prise en compte de l’espace physique et à son influence sur la nature des liens unissant les membres d’un même réseau humain.

Lors de ma présentation, je tâcherai également de démontrer que le logiciel Nodegoat, que je n’utilise pour l’instant qu’en phase initiatique, me semble parfaitement adapté à la prise en compte de cette dimension spatiale et présente l’intérêt supplémentaire, et non moins avantageux, de présenter une vision évolutive dans le temps des réseaux reconstitués.

Mon intervention s’achèvera par quelques considérations générales relatives aux précautions me paraissant nécessaires à une bonne utilisation des théories de l’analyse des réseaux en matière de recherche historique, allant dans le sens de ce qui a déjà été développé par Gabriel Garotte.

Références bibliographiques :
* Première approche de l’analyse des réseaux sociaux, réalisée dans le cadre de la thèse (Domaine « Civilisation de l’Espagne classique » : élites municipales et réseaux de pouvoir en Castille au XVIe siècle).

Bajoit Guy, Pour une sociologie relationnelle, Paris, Presses Universitaires de France, 1992.
Castellano Juan Luis et Dedieu Jean-Pierre (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1998.
Degenne Alain et Forsé Michel, Les réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 1994.
Durand Yves, Les solidarités dans les sociétés humaines, Paris, Presses Universitaires de France, 1987.
Durand Yves, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », in Y. Durant (dir.), Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’Époque moderne, Paris, Presses Universitaires de France, 1981. p. 3-24.
Durand Yves (Dir.), Fidélités, solidarités et clientèles, Nantes, Université de Nantes, 1986.

* Références utilisées dans mes activités de recherche actuelles (Domaine « Civilisation de l’Espagne classique » : Services secrets de la monarchie espagnole en Méditerranée orientale au XVIe siècle) :

Beauguitte Laurent, « Graphes, réseaux, réseaux sociaux : vocabulaire et notation », Groupe fmr (flux, matrices, réseaux), 2010.
Garotte Gabriel, « Réseaux : de la notion à l’analyse. Heurs et malheurs d’un outil », Groupe Réseaux et Histoire, RES-HIST, http://reshist.hypotheses.org/464
Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire. », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2/2005 (no52-2), p. 88-112
Smyrnelis Marie-Carmen, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Peeters, 2005.

Séverine VALIENTE (Université Paul Valéry Montpellier III)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *