Klaus Hamberger et Karin Sohler, Genre et mobilité au Sud-Est Togo : une approche de réseaux

L’importance des réseaux sociaux pour la mobilité est un lieu commun dans les études des migrations. En fournissant information, soutien et ressources, les réseaux sociaux des migrants facilitent et orientent leurs parcours, alors que ceux-ci façonnent et transforment à leur tour leurs réseaux sociaux. Toutefois, l’utilisation de l’analyse des réseaux sociaux comme méthode des études des migrations est relativement récente, et s’applique en général plutôt aux questions d’intégration ou de soutien qu’au processus migratoire en tant que tel.

L’analyse des réseaux peut en effet s’appliquer à deux aspects différents de ce processus. D’un côté, elle permet d’étudier les réseaux sociaux des individus impliqués (en tant que migrants, hôtes, financiers, etc.). De l’autre côté, elle peut s’appliquer à ces itinéraires eux-mêmes, conçus comme réseaux de séquences reliant non pas des individus mais des classes d’évènements. Ces deux approches, qui ont gagné en importance ces dernières années, représentent deux faces complémentaires d’une même réalité, que l’on peut représenter par un réseau bimodal d’individus et d’évènements. Cette représentation a l’avantage qu’elle permet d’intégrer, dans un seul et même réseau, les réseaux migratoires et les réseaux de parenté (d’habitude modélisés comme réseaux bimodaux). Ce modèle intégré a été implémenté dans le logiciel Puck (www.kintip.net), initialement développé pour l’analyse des réseaux de parenté mais qui comporte désormais un module d’analyse de réseaux spatiotemporels, et notamment de parcours migratoires.

Dans cette communication, nous appliquons ce modèle pour analyser les réseaux sociaux des migrants et les réseaux de séquences migratoires dans leur interaction réciproque, en adoptant une perspective foncièrement relationnelle : les individus connectés par le processus migratoire sont ainsi caractérisés par leurs relations sociales, et cette classification relationnelle est par la suite utilisée pour construire les réseaux de séquences qui résultent de leurs parcours.

Nous utilisons ces outils pour étudier les différences entre les parcours de mobilité masculins et féminins au Sud-Est Togo, une région avec un taux particulièrement élevé de migration interrégionale. Nous nous appuyons sur un corpus d’environ 500 parcours de vie collectés entre 2010 et 2015, et correspondant aux réseaux migratoires d’un premier échantillon de 60 personnes (30 hommes et 30 femmes) tirées au sort parmi les habitants du village Afagnan-Gbléta (préfecture Bas-Mono, Région Maritime).

Un premier examen de ces parcours selon leur morphologie temporelle et géographique montre d’abord d’importantes similarités. Les femmes sont aussi mobiles (voire plus) que les hommes, et leurs destinations géographiques sont à peu près les mêmes, bien que leurs parcours tendent à être plus multifocaux et plus intra-ruraux que ceux des hommes, et à commencer à un âge plus précoce. La différence principale entre les parcours masculins et féminins ne réside pas tant dans leur morphologie spatiotemporelle que dans la topologie de l’espace social qu’ils traversent, et dans la structure des séquences qu’ils tracent à travers cet espace.

L’examen des réseaux sociaux qui émergent des parcours migratoires masculins et féminins montre qu’ils se distinguent autant par les relations sociales que par la structure des réseaux tissés par ces relations. On y voit toutefois aussi quelques similarités remarquables, notamment l’importance cruciale de la parenté (en dehors du cercle familial immédiat), surtout au début du parcours, ce qui reflète en partie l’institution répandue du « confiage » d’enfants dans cette région. Comme on peut l’attendre dans un contexte de résidence virilocale, la différence majeure réside dans le rôle que les conjoints et affins jouent dans les réseaux des femmes. Toutefois, les réseaux migratoires masculins et féminins ne se distinguent pas seulement dans leur composition mais aussi dans leur structure. Les réseaux féminins sont généralement plus intégrés, les relations conjugales et affinales donnant lieu à des sous-réseaux cohésifs, souvent imbriqués avec les sous-réseaux professionnels, tandis que les réseaux masculins comportent plus souvent d’éléments isolés reliés à égo sans médiatiser l’accès à d’autres univers relationnels.

Ces observations se confirment lorsqu’on se tourne vers les réseaux des séquences que les itinéraires masculins et féminins tracent dans l’espace relationnel. D’un côté, la grande majorité des parcours des deux genres sont organisés par un axe central que relie un pôle « intérieur » de la famille immédiate à un pôle « extérieur » de parents plus éloignés. Les parcours les plus simples consistent en un aller-retour entre ces deux pôles, dont l’importance relative est à peu près égale pour les parcours masculins, alors que dans les parcours féminins, où la relation conjugale s’ajoute comme troisième pôle, la relation aux parents « extérieurs » apparaît même plus importante que celle aux parents immédiats. Le pôle conjugal est pourtant loin de constituer un « terminus » pour les parcours féminins, bien au contraire, il (ou plutôt les pôles conjugaux multiples qui souvent s’enchaînent) tend à devenir le centre local d’un sous-réseau entretenu par une mobilité continue. Dans les parcours masculins, par contre, le pôle familial (la maison paternelle) constitue généralement le centre majeur à partir duquel les parcours partent en direction de diverses relations en dehors de la parenté (amis, patrons, employeurs, propriétaires d’appartements, etc.).

Nous arrivons à ces résultats en combinant l’analyse quantitative d’un échantillon de réseaux (ou d’un réseau agrégé dérivé de ces réseaux) avec l’analyse comparative des réseaux individuels, qui se sert en partie d’outils réticulaires (telle l’utilisation d’arbres phylogénétiques pour organiser les réseaux selon leurs degrés de similarité). Compte tenu de la grande diversité des parcours individuels, qui interdit toute identification d’un parcours d’homme « moyen » ou de femme « moyenne », l’intérêt de l’analyse des réseaux réside précisément en ce qu’elle permet de situer des cas individuels dans un espace plus large, même lorsque l’hétérogénéité et la variabilité de cet espace ne permettent que dans certaines limites des affirmations sur sa structure globale. Surtout située au niveau « local » (réseaux égocentrés) et « micro » (étude comparative de cas), notre étude se veut complémentaire à une ethnographie qualitative, qui se sert de l’analyse des réseaux moins comme une photographie aérienne de l’espace social, que comme une boussole permettant de s’y orienter.

Klaus Hamberger (anthropologue, EHESS, Laboratoire d’anthropologie sociale) et Karin Sohler (INED)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *