Rosemonde Letricot, Réseaux perçus, réseaux vécus dans les mémoires de Léonard Michon (1715-1744)

L’objet qui sera ici étudié au prisme de l’analyse de réseaux lors des troisièmes journées Res-Hist, est le journal historique d’un notable lyonnais du début du XVIIIe siècle. Ma recherche doctorale a entre autres objectifs de mettre à disposition l’édition critique des sept volumes des Mémoires de Léonard Michon (1675-1746) sur un site Internet dédié, mais aussi d’analyser son contenu avec l’aide des technologies et techniques de plus en plus utilisées aujourd’hui dans la recherche en histoire ; à savoir la constitution de bases de données, la numérisation de sources, l’analyse quantitative, l’analyse de réseaux sociaux ou encore l’exploration automatique de textes.

Si nous voulions résumer l’extraordinaire contenu de ces Mémoires, nous pourrions le décrire comme un récit historique témoignant du quotidien des élites bourgeoises et des évènements majeurs survenus dans la ville de Lyon entre 1715 et 1744. D’un point de vue thématique, une grand part se rapporte à l’histoire de la haute société lyonnaise par le biais des moments clés de la vie que sont les naissances, les alliances, les achats ou les transmissions de charges institutionnelles, les affaires judiciaires, les banqueroutes, les décès, etc. Il s’agit moins pour L. Michon de tenir un carnet mondain que de profiter de ces évènements pour témoigner de sa position au sein de son environnement social. Par exemple, il n’est pas rare de voir l’auteur retracer les généalogies de ces grandes familles qui, bien souvent dans le contexte lyonnais, ont pour origine le milieu marchand, ce qui naturellement pour L. Michon fait écho voire se mêle à sa propre histoire familiale.

Jean-Pierre Bardet et Francois-Joseph Ruggiu rappellent dans leur ouvrage intitulé Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 que l’étude de ce type de documents participe « à la construction d’une histoire des identités sociales » et d’ajouter que « les scripteurs se réfèrent, explicitement ou implicitement, aux différents groupes auxquels ils appartiennent ». En ces termes, nous comprenons qu’il y a chez l’auteur une identification ou au contraire une distanciation au rapport aux origines, aux parcours, aux qualités des personnes auxquelles il fait référence. C’est cet espace social que nous souhaitons mettre à jour par la mise en réseau des personnes citées.

Avant d’entrer dans le vif de l’analyse de réseau, ma contribution portera sur la méthodologie appliquée à l’étude de cette source. En effet, elle convoque différentes technologies qu’il est nécessaire de présenter. La numérisation des Mémoires s’effectue par une transcription XML (XML : Extensible Markup Language) de son contenu afin de procéder par la suite à une annotation sémantique. L’utilisation de la TEI (Text Encoding Initiative), qui offre un ensemble de balises XML pour la représentation des textes sous format numérique, permet d’identifier les divisions du texte (paragraphe, segment) ainsi que les entités nommées (date, personnage, lieu, institution, etc.).

En parallèle, pour chaque élément balisé, nous rassemblons des données dans un système d’informations (PostgreSQL) qui capitalise les savoirs historiques de manière collaborative et cumulative, et qui est développé dans le cadre du projet du LARHRA Système Modulaire de Gestion de l’information historique (symogih.org) par l’équipe Pôle Histoire numérique. Afin d’alimenter cette base de données, des recherches complémentaires sont menées sur les personnages des Mémoires, en s’intéressant particulièrement à leurs alliances, leurs responsabilités institutionnelles et leurs activités de sociabilité.

Le point de rencontre entre le texte XML et les informations de la base de données intervient par l’ajout dans le XML d’identifiants pérennes, déréférençables et générés automatiquement par le système d’informations.

Exemple d’encodage XML/TEI des Mémoires

ex_TEI

Si nous souhaitons nous représenter le monde social tel qu’il apparaît dans les Mémoires, nous devons passer par une phase d’extraction et de traitement des fichiers numérisés. Pour ce faire, nous lançons une requête Xquery – langage informatique d’interrogation et de manipulation de données XML – afin d’extraire tous les binômes d’acteurs possibles pour chaque segment d’information.

Le logiciel R* fait la jonction entre cette série de liens et une liste d’attribut des nœuds provenant de la base de données, de sorte qu’il est possible de créer un réseau de cooccurrence de noms, c’est-à-dire de personnes reliées entre elle parce qu’elles apparaissent dans un même segment d’information.

Graphe de cooccurrence de noms pour l’année 1718

Cooccur1718

Si des analyses métriques peuvent être appliquées à ce réseau, le degré de centralité, par exemple, peut nous renseigner sur les personnes qui intéressent fortement L. Michon, chose que nous avions précédemment tentée par l’analyse quantitative en comparant la fréquence de citations pour chaque individu. Ici, l’avantage de la modélisation en réseau est double puisqu’elle garde le contexte de la cooccurrence – les personnes sont liées parce qu’elles appartiennent à un même évènement que nous pourrions imaginer ensuite coupler à une analyse thématique – et la dimension temporelle qui peut être conservée en attribut du lien.

L’étape suivante dont il sera également question dans cette communication, mais qui pose encore quelques problèmes méthodologiques, porte sur la possibilité de confronter le réseau extrait des Mémoires à celui reconstitué à partir d’un travail prosopographique ou plus généralement archivistique. La collecte d’informations en « boule de neige », au gré de l’apparition des personnages dans le texte, a permis de rassembler une masse importante de données connexes qui implique au total plus de 1300 individus. Se recentrer sur des types de liens bien définis semblent une solution à envisager pour pouvoir intégrer ce jeu de données.

Cette recherche, en l’état encore exploratoire, sur les réseaux perçus et vécus à partir d’un journal historique est animée par l’idée que nous pourrions reconstituer les mondes sociaux de cette haute société lyonnaise et ainsi percevoir les ressources sociales de ces individus, en comprendre leur distribution et la manière dont elles sont mobilisées, car comme le soulève justement Claire Bidart et al. dans leur ouvrage La vie en réseau, Dynamiques des relations sociales : « Les relations sont inscrites dans des histoires, et sont elles-mêmes des histoires. »

Références bibliographiques
Jean-Pierre Bardet, Francois-Joseph Ruggiu. Les Écrits du for privé en France. De la fin du Moyen Âge à 1914, Paris, Editions du CTHS, 2014. Citations pp.27 et 28.
Laurent Beauguitte, « R et igraph – revue de détail », Carnet de recherche du groupe fmr, http://groupefmr.hypotheses.org/4006, consulté le 14/10/2015
Claire Bidart, Alain Degenne et Michel Grosseti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011.
Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire de la famille : une rencontre encore à venir ? », Annales de démographie historique, I/2005 (n°109), pp.7-31.

*Avec ses packages XML pour parser des documents XML, RJDBC pour la connexion à une base de données et igraph pour la modélisation et l’analyse de graphes.

Rosemonde Letricot, doctorante en histoire moderne, LARHRA (UMR5190) – Université Lyon 3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *