Les intervenant.e.s des Quatrièmes rencontres RES-HIST (22-24 septembre 2016, Nice)

La liste ci-dessous n’est pas exhaustive, certain.e.s intervenant.e.s (dont l’auteur de ce billet…) n’ayant pas envoyé les informations demandées…

Lara Arroyo est doctorante à l’Université du Pays Basque. Ses recherches portent sur l’histoire du Pays Basque et d’Amérique à l’époque moderne.

Frédérique Bertoncello est CR1 CNRS en archéologie antique au CEPAM – Cultures-Environnements : Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge – UMR 7264, CNRS-Université Nice Sophia Antipolis. Thèmes de recherche : dynamique des systèmes de peuplement de la Protohistoire à la fin de l’Antiquité, essentiellement en Gaule du Sud ; dynamique des paysages et interactions entre les sociétés et leur environnement. Recours à l’analyse spatiale et à la modélisation (des réseaux de peuplement, entre autres) pour caractériser la configuration des peuplements et des paysages et appréhender les processus à l’œuvre dans leur transformation.

Alexandra Capdevila est docteur en histoire moderne (Université de Barcelone) et diplômée en gestion d’archives et de documents (Université Autonome de Barcelone). Elle a étudié l’immigration française en Catalogne aux XVIème et XVIIème siècles et a publié Quan la terra promesa era al Sud. La immigració francesa al Maresme als segles XVI i XVII, Prix Iluro 2013.

Lauriane Cros, doctorante à l’Université de Bordeaux Montaigne, affiliée au Centre d’Etudes des Mondes Moderne et Contemporain, CEMMC, allocataire monitrice en Histoire moderne. Son sujet d’étude porte sur la franc-maçonnerie bordelaise au XVIIIe siècle (1732-1795) et son intégration aux dynamiques plurielles de son environnement. 

Jean-Pierre Dedieu est directeur de recherche émérite au CNRS, et membre du Framespa (Université Toulouse Jean Jaurès) et de l’IAO (ENS Lyon, Université de Lyon). Spécialiste de l’Espagne moderne, il développe depuis plus de trente ans Fichoz, une base de données élaborée d’abord dans le cadre d’un groupe de travail sur le personnel administratif espagnol de l’époque moderne, puis appliquée et adaptée aux domaines le plus divers de la recherche historique.

Parallèlement à l’enseignement secondaire, Ludovic Fina effectue des recherches, notamment dans le cadre d’un doctorat sur les Mémoires et la correspondance de Domenico Sauli (1490-1570) en préparation auprès du Centre Aixois d’Etudes Romanes d’Aix-Marseille Université, sous la direction de Mme le Professeur Colette Colomp. La thèse embrasse les domaines de la langue, également d’un point de vue philologique, de la littérature, de la civilisation, de la codicologie, de l’histoire des textes et de l’édition critique.

Gilles Garson, doctorant à l’Université d’Avignon travaille sur le légitimisme et la culture « blanche » au XIXe siècle. Sa thèse, dirigée par Natalie Petiteau, s’intitule Pour une approche du légitimisme en Provence : les Foresta et leurs réseaux.

Michaël Gasperoni est docteur en histoire moderne. Il a d’abord travaillé sur l’histoire de la famille et de la parenté chrétienne et juive en Italie centrale (XVe-XIXe s.) avant de s’orienter vers l’histoire des ghettos juifs d’Italie. Il s’intéresse aussi bien aux aspects normatifs de la ségrégation sociale en Italie et en Méditerranée qu’aux dynamiques économiques, sociales ou démographiques régissant les ghettos ou les quartiers juifs.

Odile Gaultier-Voituriez est docteur en histoire et responsable du centre de documentation du CEVIPOF. Elle est aussi chargée d’enseignement en master à Sciences Po et dans d’autres établissements universitaires. Ses principaux thèmes de recherche sont les sources, les archives, la méthodologie, l’édition de correspondance, les éphémères, la Première guerre mondiale, l’élite et les réseaux de sociabilité.

Naiara Gorraiz Gonzalo est doctorante en histoire moderne. Sa thèse, en cotutelle entre l’Université du Pays Basque et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, est codirigée par le professeur José María Imízcoz et le professeur Philippe Chareyre. Elle est membre des laboratoires UFI 11/02 et ITEM 3002.

Marie Hardy est membre du laboratoire AIHP/GEODE EA929 (Université des Antilles) et chargée de recherche à la Fondation Clément. Sa thèse de doctorat, Le monde du café à la Martinique du début du XVIIIe siècle et des années 1860, a reçu le prix 2014 « Maryse Condé » décerné par le Comité National pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CNMHE) et sera publiée dans quelques mois aux Presses universitaires de Rennes. Membre de l’équipe Réseaux coordonnée par Jean-Pierre Sainton, elle travaille actuellement sur les questions de réseaux sociaux à la Martinique aux XIXe et XXe siècles. Dans le cadre du 140e congrès du CTHS portant sur les questions de Réseaux, elle est intervenue sur la famille et les réseaux sociaux de l’élite sucrière martiniquaise à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (communication à paraître aux éditions numériques du CTHS).

Gwendoline Jacquet est professeur d’histoire géographie dans le secondaire en Moselle et doctorante en Histoire Moderne au CRIHAM de l’Université de Poitiers, avec comme sujet d’étude le réseau de négoce de la maison Martell au XVIIIe siècle.

Karine Karila-Cohen est maître de conférences en histoire grecque à l’université Rennes 2 et membre du LAHM/CReAAH (UMR 6566). Elle travaille actuellement à la création d’une base de données prosopographiques en ligne concernant les Athéniens de la basse époque hellénistique et est co-fondatrice du groupe de travail « Méthodes quantitatives et outils numériques appliqués à l’Antiquité et au haut Moyen Âge ».

Claire Lemercier est directrice de recherche en histoire au CNRS (Centre de sociologie des organisations). Avec Claire Zalc, elle promeut depuis une dizaine d’année l’intégration des méthodes quantitatives comme un outil parmi d’autres des historien.ne.s (bien au-delà de l’histoire économique, démographique ou contemporaine), notamment dans le « Repères » Méthodes quantitatives pour l’historien. Dans ce cadre, elle s’est particulièrement intéressée à l’analyse de réseaux, qu’elle a principalement pratiquée pour étudier les liens familiaux entre membres d’institutions économiques parisiennes du 19e siècle (article dans la Revue d’histoire du 19e siècle en 2006), les migrations dans le Nord de la France au 19e siècle (article préliminaire avec Paul-André Rosental, en ligne sur HAL-SHS), et les cumuls de postes dans les conseils d’administration des grandes entreprises françaises au 20e siècle (article avec Pierre François dans la Revue française de sociologie en 2016).

Marion Maisonobe est docteure en géographie au LISST-CIEU (Centre interdisciplinaire d’études urbaines). Ses intérêts portent sur la géographie mondiale des activités scientifiques, la circulation de l’information et l’utilisation de l’analyse de réseaux sociaux en géographie. Elle est membre du GDR AR-SHS.

Marie-Jeanne Ouriachi est MCF en histoire et archéologie romaines. Son thème de recherche : l’étude de l’évolution des sociétés et des dynamiques territoriales en Gaule du Sud, de la fin de l’Age du Fer à la fin de l’Antiquité (intérêt pour les approches modélisatrices fondées sur les sources archéologiques et épigraphiques).

Hugues Pecoud est ingénieur d’études en en Géomatique au CNRS, UMS RIATE/GIS CIST.

Sébastien Plutniak est doctorant en sociologie. Il s’intéresse aux processus d’action collective liés à l’introduction de procédures d’analyses formalisées en archéologie, au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Parallèlement, il poursuit également des activités de recherche en archéologie, tant sur le terrain qu’à propos de ses méthodes et de ses concepts.

Thierry Rentet est maître de conférences à l’Université de Paris XIII. Ses recherches portent sur la notion de réseaux nobiliaires, de don et de fidélité à l’époque moderne à partir des correspondances politiques, notamment celles de Bertrand-Raimbaud de Simiane de Gordes et d’Anne de Montmorency conservées dans les séries « K » et « L » de la Bibliothèque du Château de Chantilly. Avec Mark Greengrass (Université de Sheffield) et Stéphane Gal (Université Pierre-Mendès-France de Grenoble), il a formé le projet GORDES qui vise à transcrire et mettre à disposition sur l’internet les 7 000 lettres de la série « K ».

Nicolas Ruffini-Ronzani travaille actuellement à l’Université de Namur (Belgique), où il exerce un mandat post-doctoral de chargé de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique. S’inscrivant dans la continuité de sa thèse de doctorat consacrée à la question de l’exercice du pouvoir entre France et Empire au Moyen Âge central, son projet de recherche actuel s’intitule Structures politiques et réseaux de pouvoir en Hainaut sous le gouvernement des Baudouin (1051-1205/1206).

Cécile Rivals est archéologue médiéviste, titulaire d’un doctorat obtenu à l’université de Toulouse 2 Jean Jaurès en 2015. Elle travaille à partir de données archéologiques (sédimentaire et bâti) et de la documentation archivistique, notamment fiscale. Ses recherches portent sur la construction et l’évolution des agglomérations urbaines au Moyen Âge et à la période moderne.

Après avoir soutenu sa thèse sur le deuxième abbé de Cluny, Odon, en 2005 à l’Université de Nice, et avoir obtenu un post-doc CNRS à l’UMR Arthéhis (Université de Dijon), Isabelle Rosé est devenue Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Rennes 2 en 2007. Spécialiste du monachisme au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central, ses travaux recourent souvent aux méthodes quantitatives, notamment pour reconstituer des réseaux aristocratiques.

Katia Schörle est chercheur associé au CEPAM, UMR 7264, CNRS-Université Nice Sophia Antipolis. Ses thèmes de recherche : étude des dynamiques commerciales et économiques du Haut-Empire romain, notamment pour le commerce de longue distance maritime et terrestre d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient ; étude des paysages et des interactions entre les sociétés et leur environnement.

Darío R. Varela Fernández est doctorant en Histoire à l’Université du Maine (Le Mans), réalisant une thèse sur les réseaux hispanistes français –France-Espagne-Amériques- pour la période 1890-1930. Ancien professeur d’espagnol au CRL pendant trois ans et ancien employé du service des Relations Internationales à l’Université du Maine, il est chargé de cours à la faculté de lettres du Mans.

Ricardo González Villaescusa, professeur des Universités en Histoire et Archéologie Antiques de l’Université de Nice – Sophia Antipolis, membre de l’équipe DYNAPP (Dynamique des Peuplements et des Paysages) de l’UMR 7264 Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge. Spécialiste de l’Archéologie du Paysage ses dernières recherches essayent de restituer les seascapes des littoraux et la territorialité maritime à partir de l’analyse des réseaux commerciaux de l’Antiquité et de la connectivité en Méditerranée.


1 réponse

  1. juillet 17, 2016

    […] Prochain article Les intervenant.e.s des Quatrièmes rencontres RES-HIST (22-24 septembre 2016, Nice… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *