Isabelle Rosé – À quelles sources se vouer ?

Isabelle Rosé (Université Rennes 2)
À quelles sources se vouer ? Problèmes documentaires posés par la reconstitution et l’analyse des réseaux de la reine robertienne Emma (†934)

Télécharger l’article complet au format pdf.
Télécharger la présentation (8 Mo).
Écouter la présentation :

Résumé

Les genres documentaires sont très stéréotypés à l’époque médiévale et leur nature, comme les raisons pour lesquelles ils ont été rédigés, pèsent lourdement sur l’interprétation que l’historien est amené à en faire. L’identification de types documentaires idoines se pose tout particulièrement lorsque l’on tente de transposer aux périodes hautes les méthodes sociologiques de l’analyse de réseaux, notamment dans une perspective quantitative.

Je propose d’aborder ce questionnement à partir d’une analyse égocentrée du réseau d’Emma (vers 890-934), fille et nièce des souverains robertiens Eudes et Robert, qui épousa le roi des Francs Raoul († 936), en la replaçant au cœur de ses liens familiaux. L’un des intérêts du cas de cette reine est que sa trajectoire biographique est documentée à la fois par des documents diplomatiques assez nombreux et par un récit surexploité par les spécialistes du Xe siècle, les Annales du chanoine de Reims Flodoard, texte dont la sécheresse narrative a souvent été interprétée comme une marque d’objectivité. La perspective de cette recherche est donc de saisir dans une base de données au format excel les configurations réticulaires que permettent de reconstituer ces deux types de sources et ensuite de confronter les graphes qui en sont issus.

L’étude du cas d’Emma permet ainsi de poser diverses questions sur les usages que l’on peut faire des documents dans la reconstitution des réseaux. 1) La première interrogation est d’ordre méthodologique : peut-on coder avec les mêmes critères un document diplomatique et une chronique ? Les choix que j’ai été amenée à faire pour sélectionner un corpus de chartes conduisent en effet à certaines impasses lorsqu’ils sont appliqués à une source narrative. Plus encore, est-il pertinent de comparer un réseau construit à partir d’une source unique qui entrevoit toutes les relations sociales de la noblesse du Xe siècle depuis Reims et un réseau reconstitué à partir d’une compilation de données issues de documents diplomatiques qui ont fait l’objet d’un tri ? 2) La deuxième question porte sur la nature des réseaux que l’on reconstitue en fonction des types de sources que l’on utilise. Si les documents diplomatiques renvoient à l’instauration (ou à la perpétuation) de relations étroites entre certains acteurs grâce à la circulation des terres, Flodoard apporte essentiellement des renseignements sur des alliances militaires et sur des conflits au sein de la noblesse. 3) La troisième interrogation découle de la précédente : les réseaux reconstitués à partir de chaque source se recoupent-ils et quel est le sens social de leur discordance ou de leur coïncidence ? Plus encore, est-il pertinent de les compiler dans un unique méga-réseau et quel type de relations représenterait alors ce dernier ?

En définitive, cette étude comparée des réseaux d’Emma, à travers le prisme des sources diplomatiques ou de Flodoard, permet surtout de soumettre à une critique plus fine les documents que nous utilisons et de nous interroger avec davantage d’acuité sur le sens des réalités sociales que nous tentons de reconstituer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *