L. Beauguitte, H. Pecout, Analyse relationnelle d’une scène musicale extrême, le Darah & Maruah movement (Malaisie, Singapour)

Ce billet propose l’introduction du texte de Laurent Beauguitte et Hugues Pecout. La version pdf complète est téléchargeable ici-même (668 ko).

Résumé : cette communication s’intéresse à la scène musicale malaisienne Darah & Maruah, scène néo-nazie de RAC et de black metal apparue dans les années 2000. La formalisation des liens entre musiciens et groupes sous forme de graphes bipartis permet de mettre en évidence les acteurs les plus centraux, acteurs généralement investis de manière multiple dans cette scène. La question de la personne dans le black metal constitue un obstacle à l’objectivation scientifique et à l’analyse fine des trajectoires individuelles.

Abstract: this communication deals with the Malaysian music scene Darah & Maruah, a neo-Nazi scene of RAC and black metal that appeared in the years 2000. The formalization of the links between musicians and groups in the form of bipartite graphs makes it possible to highlight the most central actors, actors generally invested in multiple ways in this scene. The question of the person in black metal constitutes an obstacle to scientific objectification and prevent precise analysis of individual trajectories.

Mots clés : NSBM, RAC, Malaisie, Analyse de réseaux, Scène musicale

Key words: NSBM, RAC, Malaysia, Network Analysis, Musical scene

Introduction

Cette communication s’inscrit dans un travail en cours sur les fonctionnements locaux et globaux de « scènes musicales » nationalistes – l’usage des guillemets s’impose tant certains aspects liés à la définition classique des scènes musicales sont souvent absents (disquaire, salle de concert, lieu de sociabilité – voir Bennett et Peterson, 2004). Nous nous intéressons plus particulièrement au contraste entre le fonctionnement très cloisonné des « scènes » locales (semi-clandestinité, faible nombre d’artistes et de concerts, devant des audiences généralement très clairsemées) et l’importance de leurs réseaux internationaux (distribution, liens entre labels, collaborations).

Si ces milieux artistiques sont très minoritaires et fréquemment cibles de poursuites judiciaires, ils parviennent cependant à créer des espaces où composer, produire, jouer et diffuser leur musique. La scène présentée ici, le Darah & Maruah Movement (mouvement Sang & Honneur), s’est développée au milieu des années 2000 à Singapour, une branche secondaire s’étant ensuite créée dans la province de Selangor en Malaisie.

Une première partie présente les principales notions mobilisées avant de rappeler très succinctement l’histoire de deux genres, le RAC (Rock against Communism) et le NSBM (National-socialist black metal). La deuxième partie présente les données mobilisées, les choix de formalisation opérés et les principaux résultats obtenus. Enfin la troisième et dernière partie s’intéresse plus spécifiquement aux questions liées à la personne dans les réseaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search