É. Brylinski, Les Conférences Internationales de l’Instruction Publique (1934-1958)

Seule l’introduction est disponible ici ; télécharger le fichier .pdf pour lire le texte complet.

Émeline BRYLINSKI (emeline.brylinski@unige.ch)
Doctorante Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique (CANDOC FNS)1, Équipe de Recherche en Histoire Sociale de l’Éducation (ERHISE), Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation (FPSE), Université de Genève.

Dès 1934 se mettent en place les Conférences Internationales de l’Instruction Publique (CIIP), auxquelles les États sont invités à débattre sur un rapport d’enquête en vue de la production et l’adoption de recommandations internationales, à caractère non contraignantes. Produisant un total de 47 recommandations internationales sur la période étudiée, ces principes sont présentés par les protagonistes comme « une charte mondiale de l’éducation » (Hofstetter & Schneuwly, 2013), à laquelle s’associe l’Unesco dès sa création en 1946. Mise en place et menée par le Bureau International d’Éducation (BIE), dont la présidence est confiée à Jean Piaget (1929-1968), la CIIP est qualifiée d’« assemblée internationale entièrement neutre »2. Quant à la mission de ces conférences, le mode opératoire, ainsi que les principes des CIIPs – bien qu’entendu tel un processus continu- sont ancrés dans l’approche pratiquée par le BIE, soit d’agir en tant que « laboratoire de l’internationalisme » afin d’asseoir la paix par la science et l’Éducation (Hofstetter & Droux, 2016 ; Hofstetter et al., 2017a).

La conférence annuelle ambitionne ainsi de créer un espace-temps, où les délégations d’États sont invitées à discuter des enjeux éducatifs, identifier les « barrières » au progrès de l’éducation dans une démarche globale, ainsi que les réponses dites « universelles », et ce, sans interférences politiques. Un pari réussi ? Si les procès-verbaux ne font guère mention de ces enjeux, sont-ils pour autant inexistants ? Malgré les efforts pour la mise en place de cet espace-temps « apolitique », certaines interactions semblent empreintes d’enjeux politiques, influençant le contenu éducatif retenu pour les recommandations (Hofstetter et al., 2017b).

Dans un premier temps, je restitue une partie du cadrage théorique dans lequel est ancrée la recherche, la méthodologie appliquée et les premiers résultats obtenus. Si l’analyse de réseau peut se révéler pertinente pour ce type d’étude, permettant d’identifier différentes mises en scènes des États pour promouvoir certains types de contenu, elle permet également au chercheur.se de se confronter d’un point de vue méthodologique à un obstacle peu anodin : qui sont les acteur.ices qui prennent la parole? Dans quelles mesures restreindre l’analyse sur la participation des États est-elle problématique à la compréhension du mode opératoire de ces conférences ?

Ainsi, dans un deuxième temps, je propose de problématiser la notion d’acteur.ice, ou parfois appelé dans ce texte « protagoniste », et ce afin de démontrer qu’une analyse articulant différents niveaux de protagonistes permet de mettre en valeur certaines dynamiques caractéristiques du mode opératoire de ces conférences. Il ne s’agit pas d’exclure la notion de l’État dans cette étude mais de démontrer qu’une prise de distance avec l’unité étatique permet de mettre en valeurs certaines pratiques, soit celle de l’instauration d’un mode de gouvernance et l’accent mis sur l’expertise. Cette démarche permet notamment d’identifier les mécanismes de violence épistémique qui peuvent influencer le processus de production de recommandation sans pour autant avoir été explicités dans les Procès-Verbaux (PVs).

1 Cette réflexion s’inscrit dans le cadre du projet FNS (N° 100011_169747): « Le Bureau International d’Éducation (BIE): un laboratoire de l’internationalisme éducatif (1919-1952) » mené par le collectif ERHISE, sous la direction de Rita Hofstetter (requérante) & Joëlle Droux, (co-requérante). Informations complémentaires: https://www.unige.ch/fapse/erhise/domaines- de-recherche/projets/

2 Lettre de J. Piaget à Dr. Krauel, consul d’Allemagne, le 26 avril 1934 (BIE/A2-1-603)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search