I. Mathieu et al., Les officiers (au cœur) de la base de données Europange

Seule l’introduction est disponible ici ; télécharger le fichier .pdf pour accéder au texte complet.

Isabelle MATHIEU, Université d’Angers (TEMOS, CNRS FRE 2015), Maryvonne MIQUEL, INSA-Lyon (LIRIS), Isabelle ORTEGA, Université de Nîmes (CEMM, EA 4583) Anne TCHOUNIKINE, INSA-Lyon (LIRIS)

Partant du constat qu’il est difficile, voire impossible, pour un seul chercheur d’étudier les officiers dans la totalité de l’espace angevin, le programme ANR Europange a eu pour objectif de mettre en place un travail collaboratif entre historiens et informaticiens et ce depuis 20141.

Au moment où l’Europe actuelle s’interroge sur les méthodes et les fondements de son processus d’intégration politique, sur la place des États et des régions au sein de ce dernier, il semble pertinent d’envisager les processus séculaires qui ont forgé nos cultures politiques et administratives, pour lesquelles les trois derniers siècles du Moyen Âge constituent une étape déterminante. Cela renvoie aux lents mouvements de rassemblement qui ont conduit non seulement à l’émergence des États durant la période médiévale, mais aussi à un mode spécifique de contrôle et de discours politique. À cet égard, les XIIIe-XVe siècles constituent un moment privilégié pour observer ces phénomènes, car ils voient la mise en place des organismes, des discours, des méthodes et des corps administratifs qui assurent aux États nationaux et princiers leur premier développement2. Les territoires placés sous domination angevine entre les XIIIe et XVe siècles offrent un cas d’espèce bien documenté. Il s’agit d’y examiner l’émergence d’un milieu et d’une société politiques, en questionnant la mise en place d’un corps d’administrateurs, les officiers (avec leurs réseaux, leur formation, leurs compétences), dans toutes les terres angevines : Anjou, Maine, Provence, Lorraine, Italie du Sud et Sicile, Piémont, Lombardie et Toscane, Hongrie, Pologne, Morée, Albanie. Cet ensemble, disjoint dans l’espace et discontinu dans la durée, interroge les capacités des autorités politiques à rassembler, à administrer et à susciter un discours politique commun3.

En travaillant sur les espaces discontinus de la puissance angevine à la fin du Moyen Âge, des chercheurs de différents pays européens ont pu contribuer à mieux connaître le corps d’administrateurs représenté par les officiers sur des espaces dispersés. De manière large, il s’est agi, à travers ce programme de recherche, de se donner les moyens de saisir l’individu « officier » et ses entourages avec l’objectif de rendre intelligible des données souvent complexes en ayant recours, par exemple, à l’analyse de réseaux. Pour ce faire, une base de données prosopographique a été établie par les informaticiens du LIRIS en concertation avec les historiens engagés dans ce projet. Elle compte à l’heure actuelle près de 8000 fiches d’officiers provenant de tous ces espaces. Une fiche officier regroupe l’ensemble des informations personnelles et professionnelles connues sur l’individu. Ainsi un officier est décrit par ses noms, origine, confession, charges, lieux d’affectation, liens familiaux, relations professionnelles… La finalité de la base est plurielle :
– saisir des individus (officiers, souverains ou autres personnes) au sein de fiches, en jouant avec les échelles d’observation4 (locale, urbaine, communautaire, régionale, provinciale, nationale, voire « européenne ») ;
– permettre de cerner des trajectoires et des portraits individuels d’officiers en offrant la possibilité de générer des biographies ;
– appréhender des groupes ou « populations » d’officiers, définis en amont autour de critères ciblés (types de charges, familles, clans, lieux d’exercice, temporalité de la carrière (courte, longue, rapide, segmentée, service de tel ou tel prince…) ;
– matérialiser les réseaux, les liens, les contacts que ces officiers entretiennent afin de reconstituer les environnements dans lesquels ils évoluent et travailler sur les circulations entre ces différents environnements identifiés.
Ainsi, dans le réseau des officiers, trame dans laquelle tous les individus sont en lien, et dont les contacts obéissent à des règles de fonctionnement, telles que celles de l’administration, quelle est la place de l’individu ? Quels sont les problèmes ou au contraire les possibilités qui apparaissent, et comment s’articulent les rapports entre l’individu et le groupe ?

Grâce à l’analyse informatique on peut étudier les variations intragroupes et ainsi préciser la latitude dont disposent les individus. En étudiant les données non plus de façon verticale (à travers les liens hiérarchiques ou les inégalités), on peut passer à un examen horizontal, en distinguant alors des effets majoritaires et en rendant visibles des pratiques jusque-là ignorées5. Nous procéderons à partir d’exemples de plusieurs officiers de cet espace angevin ayant exercé de part et d’autre de la Méditerranée et offrant à voir des carrières intéressantes à cet égard (changement d’échelle, temporalité des carrières, relations entretenues à l’intérieur, mais également à l’extérieur, du milieu observé…). Cette communication sera également l’occasion de rappeler que l’analyse des réseaux, quels qu’ils soient, n’est qu’un outil, souvent complémentaire d’autres techniques, qui en soi ne fournit aucune explication ; la modélisation doit ensuite être l’objet d’une interprétation de la part des historiens. Plus largement, l’analyse croisée de ces réseaux nous permettra, en plaçant les officiers au centre d’un système administratif, de voir de quelle façon ces derniers peuvent nous permettre d’appréhender les logiques de gouvernement et l’exercice du pouvoir des princes angevins.

1 L’ANR Europange : « Les processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècles) » est porté par Thierry Pécout (2014-2018) professeur à l’université de Saint-Étienne et par l’UMR 8584 LEM-CERCOR. Il y a associé l’École française de Rome, la Seconda Università di Napoli, l’Università degli Studi di Bergamo, l’Università del Salento, l’Università degli Studi di Salerno, le Centre de Recherches en Sciences Humaines de l’Académie des Sciences de Hongrie, l’Université de Moncton (Canada), l’UMR 6258 CERHIO (Université d’Angers), l’UMR 7303 TELEMME (Université d’Aix-Marseille), l’EA 4583 CEMM (Université de Nîmes) et l’UMR 5205 LIRIS (Laboratoire d’Informatique en Image et Systèmes d’Information, INSA Lyon).

2 Le programme EUROP ANGE s’attache à un type spécifique de construction politique et institutionnelle évoluant à l’échelle régionale, dépassant toute unité culturelle et linguistique possible, et posant au souverain et à ses agents de nouveaux enjeux au regard de l’administration des hommes et des choses. Ce type d’assemblage politique dissocié dans l’espace, n’est ni réductible au modèle impérial (puisqu’il repose sur une affirmation de la notion de souveraineté) ni à des processus de colonisation (qui imposeraient un centre et une périphérie) ni seulement à des unions personnelles. Pareils édifices politiques n’ont pas débouché sur des États nations propres, aux époques modernes et contemporaines. De ce fait, ils ont longtemps été délaissés par les historiographies nationales qui les jugèrent a priori non viables. Pourtant, ils paraissent au contraire riches de sens s’ils sont interrogés à l’aune de leur capacité de synthèse, d’innovation politique et administrative.

3 La base de données prosopographique Europange fournit l’outil fondamental de cette réflexion comparatiste menée à l’échelle internationale.

4 Sachant qu’une analyse de réseaux bien faite se prête particulièrement bien à l’exercice, par exemple, de la micro-histoire.

5 Danilo Martucelli, François de Singly, L’individu et ses sociologies, Paris, Armand Colin, 2018 (3e édition), p. 100.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search