N. Guilhot, De la citation à la position dans le champ : comment analyser un réseau de citations sur le management des organisations de santé en France ?

Seule l’introduction est disponible ici ; télécharger le fichier .pdf pour accéder au texte complet.

Nicolas Guilhot

Maître de conférences en sciences de gestion, Docteur en histoire – IFROSS, Université Lyon 3 – nicolas.guilhot@univ-lyon3.fr

Depuis les travaux de Garfield[1] et Price[2], l’utilisation de réseaux de citations s’est largement développée, notamment grâce à la constitution d’immenses bases de données par certains des plus grands éditeurs scientifiques mondiaux, comme Web of Science publiée par Thomson-Reuteurs (et issue des travaux de Garfield) ou Scopus publiée par Elsevier. L’utilisation de tels réseaux a donné naissance à une application des statistiques à l’analyse de la publication scientifique, la bibliométrie, fortement liée à la scientométrie dont l’objet est l’évaluation de la production scientifique. Les enjeux de financement de la recherche, d’évaluation de son activité, de classement des universités, des écoles, ou des chercheurs eux-mêmes, ont impulsé un développement rapide de la scientométrie et de la bibliométrie, avec la création de revues spécialisées (Scientometrics fondée en 1978, Journal of Informetrics, etc.), d’outils et d’indicateurs (CiteScore, SCImago Journal Rank, h-index, etc.) de plus en plus sophistiqués.

Au-delà des polémiques sur l’usage de ces indicateurs et de ses dérives, parmi lesquelles la normalisation des articles scientifiques et des modalités de citation[3], l’utilisation de ces méthodes pour l’analyse historique ou sociologique des sciences s’est également développée[4], dans la continuation des travaux séminaux de Garfield[5]. Une telle utilisation pose de nombreux problèmes méthodologiques et théoriques, souvent loin des questions traitées par l’outillage mathématique de plus en plus complexe de la bibliométrie.

Une partie de ces problèmes portent sur la question de l’accès à l’individu à travers les sources qui est la thématique de la cinquième rencontre du groupe Réseaux & Histoire (Res-Hist). Ce papier propose d’aborder trois de ces problèmes à partir d’un projet sur l’histoire de la recherche en management des organisations de santé en France[6] : le premier problème porte sur l’utilisation d’un réseau de citations comme une méthode (parmi d’autres : archives et entretiens, notamment) pour repérer les noms d’acteurs d’un champ émergeant ; le deuxième concerne la possibilité d’utiliser l’analyse de réseau de citations dans une approche bourdieusienne de l’étude d’un champ scientifique ; le troisième découle des conséquences méthodologiques du problème précédent en matière de caractérisation des citations.

Le projet qui fournit le matériau empirique à ce papier trouve son origine dans des enjeux à la fois scientifiques et institutionnels liés au renouvellement des équipes et laboratoires traitant des organisations de santé en France. Le laboratoire pluridisciplinaire de l’Institut de formation et de recherche sur les organisations sanitaires, sociales et médico-sociales et leurs réseaux (IFROSS) dont je suis membre a décidé de soutenir le développement d’un projet de recherche socio-historique étudiant la structuration d’un champ de recherche spécifique autour d’une approche gestionnaire des organisations de santé. Des signes s’accumulent en effet depuis une dizaine d’années de l’affirmation, ou tout du moins de la revendication d’une approche disciplinaire spécifique des organisations de santé par les sciences de gestion, mais cette approche reste encore peu visible par rapport aux disciplines dominantes en France que sont la santé publique et l’économie de la santé (cf. partie 1.1). Cette situation alimente les questionnements au cœur du projet. Peut-on affirmer qu’il existe un champ de recherche spécifique autour d’une approche gestionnaire des organisations de santé ? S’il existe, comment se distingue-t-il des autres approches disciplinaires du même objet, en premier lieu celles de l’économie de la santé, des sciences politiques et de la santé publique ? Quels apports spécifiques les sciences de gestion peuvent-elles faire à l’étude de ces organisations de santé ? Qu’entend-on par « management » des organisations de santé ?

Ces questions de définition constituent l’objet même du projet : comment repérer le périmètre et le contenu précis d’un champ qui n’existe pas dans les catégorisations actuellement en vigueur ? Comment ce champ s’inscrit-il dans le contexte institutionnel de la santé, pris au sens le plus large ? Qui sont les acteurs, individuels ou collectifs, participant à cette approche des organisations de santé par les sciences de gestion ? Quelles sont leurs trajectoires professionnelles et disciplinaires ? D’un point de vue méthodologique, comment repérer des auteurs, des objets, des questions relevant de ce champ qui n’est pas encore institutionnalisé ?

Autant de questions qui reviennent à l’objectif général du projet : analyser la structuration d’un champ de recherche croisant une approche disciplinaire et un objet spécifiques. Ce projet est encore dans une phase exploratoire qui consiste à définir un premier périmètre d’investigation et à étudier la faisabilité de la méthodologie développée. L’architecture générale repose sur des hypothèses de travail s’appuyant sur la théorie des champs de Bourdieu, qui fournit un cadre conceptuel et une méthode pour l’étude de la structuration des champs scientifiques (partie 1). L’approche méthodologique du projet combine des méthodes quantitatives et qualitatives dans un processus itératif d’approfondissement de l’exploration du champ. Ces différentes méthodes s’articulent autour d’un réseau de citations, pour lequel une première recension des sources pertinentes a montré les limites des approches et outils classiques fondés sur l’exploitation des bases de données en ligne Web of Science et Scopus ; un outil spécifique a donc été développé et testé sur un jeu d’essai (partie 2). Un premier corpus d’articles a été constitué à partir du dépouillement de revues françaises sur une période allant de 1980 à nos jours[7]. Les premiers résultats font ressortir une grande hétérogénéité du champ et confortent les options méthodologiques adoptées pour le recueil de données, qui sont détaillées dans une présentation du programme de travail que nous nous sommes fixés (partie 3). Ce premier corpus d’articles permet d’explorer les problèmes méthodologiques liés à l’utilisation d’un réseau de citations pour analyser l’émergence d’un champ (ou sous-champ) scientifique, évoqués plus haut et relatifs au repérage des noms d’acteurs d’un champ émergeant dans un réseau de citations, à l’utilisation de l’analyse d’un tel réseau pour étudier la structuration de ce champ émergeant, et à la caractérisation des citations nécessaires à cette utilisation (partie 4).

[1] Eugene Garfield, « Citation Indexes for Science: A New Dimension in Documentation through Association of Ideas », Science, 1955, vol. 122, nᵒ 3159, p. 108‑111 ; Eugene Garfield, Irving H Sher et Richard J Torpie, The use of citation data in writing the history of science, Philadelphia, Institute for Scientific Information, 1964.

[2] Derek J de Solla Price, « Networks of Scientific Papers », Science, 1965, vol. 149, p. 510‑515 ; Derek J de Solla Price, Little science, big science, New York, Columbia University Press, 1965.

[3] David Pontille et Didier Torny, « La manufacture de l’évaluation scientifique : algorithmes, jeux de données et outils bibliométriques », Réseaux, 2013, vol. 177, nᵒ 1, p. 23.

[4] Par exemple : Sanjeev Goyal, Maro Van Der Leij et José Luis Moraga-Gonzalez, « Economics: An Emerging Small World? », Social Science Research Network Electronic Paper Collection, 2004 ; Carolin Mund, « Identification of Emerging Scientific Topics in Bibliometric Databases », Thèse de doctorat en sciences économiques, Karlsruhe, Fakultät für Wirtschaftswissenschaften des Karlsruher Instituts für Technologie (KIT), 2014.

[5] E. Garfield, I. H. Sher et R. J. Torpie, The use of citation data in writing the history of science, op. cit. ; Eugene Garfield, « Citation Analysis as a Method of Historical Research into Science », in Citation Indexing: Its Theory and Application in Science, Technology, and Humanities, New York, John Wiley & Sons, 1979, p. 81‑97.

[6] Ce papier est une version de travail très préliminaire. Le recueil et le traitement des données n’étant pas encore finalisés, les résultats des études de cas relatives aux problèmes méthodologiques soulevés ne sont pas encore présentés et feront l’objet de ma communication à la cinquièrement rencontre du groupe Res-Hist. En l’état, le papier propose une présentation détaillée du projet de recherche fournissant le matériau empirique à ces études de cas et des problèmes méthodologiques abordés à travers celles-ci. Il reprend en partie le contenu mis à jour de deux communications réalisées au colloque de l’Association de recherche appliqué en management des organisations de santé (ARAMOS) de 2018 et au colloque de l’Association latine d’analyse des systèmes de santé (CALASS) de 2019. Cf. : N. Guilhot, C. Pascal, B. Cret et J.-B. Capgras, « Quelle place pour les sciences de gestion dans les organisations de santé ? Architecture méthodologique et résultats exploratoires d’un projet de socio-histoire de la recherche en management des organisations de santé », 6ème Congrès ARAMOS : « L’impact de la recherche en management des organisations de santé », Paris, 2018 ; Nicolas Guilhot, André Côté, Maud Laberge, Christophe Pascal, Benoit Cret et Jean-Baptiste Capgras, « La diffusion des savoirs gestionnaires sur les organisations de santé depuis 1980 : une première analyse par réseau de citation », 30ème Colloque de l’Association latine d’analyse des systèmes de santé, Montréal, août 2019.

[7] L’année de départ des séries dépouillées peut varier selon la date de création des revues et la disponibilité en ligne des articles : pour des raisons de faisabilité de cette phase de test, nous n’avons pas encore travaillé à partir d’exemplaires papiers des numéros.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search