P. Gervais, L’acteur et son livre: questions autour de la comptabilité marchande de l’époque moderne

Seule l’introduction est disponible ici ; télécharger le fichier .pdf pour accéder au texte complet.

Pierre Gervais, CREW-CRAN EA 4399/ U. Sorbonne Nouvelle Paris 3

Cette version est provisoire, et je n’ai pas pu insérer les notes et références, faute de temps. Une version définitive sera disponible au moment de la conférence.

La présente communication explore, d’un point de vue d’historien non ou peu formé en analyse des réseaux les problèmes particuliers posés par les comptabilités en partie double de l’époque moderne lorsque l’on essaye de les conceptualiser comme réseaux d’acteurs. Le but est d’identifier une série de questions pour lesquelles je n’ai pas trouvé de réponse claire, probablement encore une fois par manque de formation, dans les manuels standards. La plupart des présentations de réseaux que j’ai pu essayer d’utiliser présentent ce que Laurent Beauguitte appelle dans son cours en ligne de 2015 des « graphes simples », dans lesquels « un seul type de relations existe entre les sommets (à la différence d’un multigraphe) et il n’existe pas de boucle (lien d’un sommet vers lui-même) »; de plus, un seul type de sommet existe (le réseau est 1-mode).

En première analyse, une comptabilité en partie double devrait être facile à ramener à un graphe simple. Toutes les comptabilités sont en effet constituées d’un ensemble de comptes, formant les éléments d’un réseau puisque reliés entre eux par des liens constitués par les écritures comptables, et créés par l' »auteur » de la comptabilité, individu ou firme propriétaire du contenu de ces comptes. Chaque écriture enregistre un transfert de valeur d’un compte A à un compte B; chaque compte peut donc être un sommet, et chacun de ces transferts de valeur un arc. Les contenus sont parfaitement homogènes d’un compte à l’autre, et consistent en crédits ou débits libellés dans une monnaie de compte commune à tous les comptes. D’autres indications (quantités disponibles en inventaire, libellé de certains coûts dans des monnaies étrangères) peuvent être adjointes à ces éléments de base, mais ce sont bien ceux-ci qui constituent le cœur invariant de la comptabilité. Le graphe est orienté dans la mesure où une valeur est transférée d’un compte à l’autre, le compte débiteur recevant la valeur cédée par le compte créditeur. Pour être complet, il est possible de considérer qu’il existe des boucles, lorsqu’un compte est soldé de manière partielle, la valeur en débit ou crédit contenue dans l’ancien compte une fois la somme des débits et crédits effectuée étant reversée à ce même compte rouvert sous le même nom. Les comptes pourraient alors en première approximation être assimilés aux acteurs de la comptabilité.

Mais les éléments en question sont de nature complexe; ils se regroupent en familles aux fonctions différentes à l’intérieur du réseau créé par la comptabilité, au point où il faudrait peut-être parler plutôt de réseau multimode, générant un multigraphe de surcroît puisque les liens entre deux couples de comptes de statuts différents peuvent avoir des significations très différentes. Dans l’opération comptable, cette diversité d’acteurs et de liens ne pose aucun problème puisque la comptabilité en partie double ne prend en compte que les objets strictement à l’intérieur du cadre de ses propres paramètres. Son but est avant tout d’enregistrer les transferts de valeur dans le cadre de l’équation comptable (actif = passif + capitaux propres), le cas échéant, mais pas toujours avant le 19e siècle, d’aboutir à un état détaillé de la situation financière de l’entreprise (crédits consentis et dettes encourues en particulier), et enfin de suivre les profits et pertes d’une activité spécifique, souvent uniquement si celle-ci relève d’un partenariat avec d’autres acteurs à qui des comptes doivent être rendus. La diversité des acteurs et des liens n’en demeure pas moins, et laisse des traces encore aujourd’hui dans les catégorisations employées pour parler de ces comptes, regroupés en France en comptes de bilan (actifs, dettes, capital) et comptes d’opération (charges, produits), ou répartis dans les comptabilités étatsuniennes entre comptes personnels, comptes réels et comptes nominaux.

Dans la suite de cette communication, je vais essayer de déterminer combien de modes sont nécessaires pour décrire un réseau de comptabilité, et à quels types d’acteurs, et de liens entre acteurs, ces modes correspondent. Comme nous le verrons, on aboutit assez vite à la conclusion que la comptabilité est à l’intersection de deux grands types d’acteurs, eux-mêmes générateurs de plusieurs types de liens différents, au point ou une analyse à quatre ou cinq modes, voire plus, pour différencier les sommets semblerait logique. La question devient donc de savoir si, comme Laurent Beauguitte l’affirmait dans l’introduction citée plus haut, il conviendrait plutôt dans cette situation de se résoudre à abandonner l’analyse de réseau dans la mesure où « ces données pourraient souvent être analysées de façon plus satisfaisante avec des méthodes multivariées standards (tableau individus – variables) », ou si des solutions alternatives pourraient être mises en place (question que je pose en grande partie parce que je ne suis pas sûr d’avoir une réponse convaincante).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search