L. Nabias, Entre nobles franciliens et patrilignages, hôtels princiers et abbayes cisterciennes : des individus aux entités

Ce billet propose l’introduction du texte de Laurent Nabias. La version pdf complète est téléchargeable ici-même (2 Mo).

Laurent NABIAS, Chercheur associé à titre principal au CHISCO (Université de Nanterre) – laurent.nabias@gmail.com

Dans la méthode d’analyse de réseau appliquée en histoire médiévale, la mise en base de données des corpus documentaires soulève surtout des questions d’enregistrement et de traitement des données relationnelles évoquées dans les textes. Cet enregistrement nécessite la mise en place d’une ontologie des acteurs et de l’interaction sociale comme celle proposée par Michel Grossetti[1]. Ce dernier propose un choix de catégories pour nommer aussi bien des personnes, ou individus à identités multiples d’une part, et des entités ou collectifs d’autre part. Il évoque également des ressources instrumentales et des ressources de coordination utilisées comme enjeux, contraintes ou objectifs dans les interactions. Il peut s’agir d’entités économiques et naturelles comme la terre et les redevances foncières, ou des biens culturels comme les manuscrits qui circulent, des ressources symboliques et cognitives comme les idées, les connaissances, les traditions liturgiques, les savoir-faire architecturaux. Enfin une typologie des relations sociales complète cette ontologie.

La problématique est donc de savoir comment traiter sur le plan informatique ces individus et ces entités en relation, et d’établir les méthodes d’analyse des relations entre elles à travers quelques cas d’études impliquant plus de 1500 individus nobles franciliens vivants entre les règnes de Philippe Auguste et de Charles VII. Après avoir examiné la structure de la base de données recensant l’ensemble des informations prosopographiques et relationnelles sur ces individus, nous évoquons les méthodes d’enregistrement d’individus, d’individus/entités quand il s’agit de responsables de groupes humains en mission ou organisés en unités combattantes, des entités, à savoir des collectifs d’administration laïque ou religieuse, ou des patrilignages, des regroupements de parents. Enfin, les méthodes d’analyse de réseaux impliquant des nœuds de nature différente sont explicitées, comme l’analyse de réseaux bipartites, ou la détection de communautés assimilées à des collectifs émergents ou explicites.

[1] Michel Grossetti, « Quelle est la matière du monde social ? Un essai d’ontologie robuste » dans Marc-Henry Soulet (éd.), Sociétés en mouvement, sociologie en changement, Québec, Presses de l’université de Laval, 2018, p. 251‑273 [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01870778 [consulté le 13 septembre 2019]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.