S. Plutniak, Une approche probabiliste de l’activité personnelle dans un réseau de collaboration scientifique : un cas en archéologie préhistorique francophone (1969–1989)

Ce billet propose l’introduction du texte de Sébastien Plutniak. La version pdf complète est téléchargeable ici-même.

Sébastien Plutniak, chercheur indépendant – sebastien.plutniak@posteo.net

 

Introduction. Définir un collectif scientifique : critères et sources

L’emploi de méthodes prosopographiques en histoire des sciences a été défendu depuis plusieurs décennies (en général : Shapin et Thackray 1974 ; ou, plus spécifiquement, comme en histoire de l’économie : Svorencik 2018). Les participations aux conférences, parmi les différents aspects des activités scientifiques, ont pu être employées comme des sources pour l’analyse prosopographique : par exemple, des conférences d’immunologie étudiées à partir des listes de participants (Söderqvist et Silverstein 1994). S’agissant, avec ces méthodes, d’étudier des groupes à partir de l’agrégation d’informations relatives à des individus, les problèmes liés à l’individuation des personnes et à l’individuation des informations relatives à ces personnes sont au cœur des difficultés soulevées (Keats-Rohan 2007). À cet égard, les développements actuels tirent parti d’instruments informatiques récents afin d’améliorer la désambiguïsation des identités personnelles et la qualité des données. C’est le cas en études classiques, par exemple, par une approche basée sur l’usage de toponymes et la définition d’un format standard recourant aux technologies Linked Open Data et à celles du web sémantique (Bodard et al. 2017).

Toutefois, dans ces travaux, la critique de source porte sur la détermination et la standardisation de la représentation des identités personnelles ; elle est, par contre, rare ou absente pour ce qui concerne les actions attribuées à ces personnes. Ainsi, il est notable que, dans l’étude sociologique des conférences d’immunologie, et en dépit des résultats obtenus, les modalités de production et la qualité informative des listes disponibles n’ont pas fait l’objet d’une approche critique : la simple mention d’une participation suffit pour la considérer comme fiable. Ils excluent donc de fait les conférences n’ayant pas produit de listes ou celles dont les listes n’ont pas été conservées. La prise en compte de l’incertitude par la quantification de probabilités n’est pas inédite en prosopographie. Elle fut, par exemple, mise en œuvre dans Keats-Rohan et Thornton 1996, où les relations de filiation sont établies de manière probabiliste. Toutefois, elles concernaient dans ce cas aussi l’association entre un patronyme et une (ou plusieurs) personne.

L’approche proposée ici vise donc à adopter une approche critique et probabiliste à propos des associations entre un acteur et une action, afin de permettre l’étude des personnes dans le temps. Je montrerai non seulement qu’une telle critique est nécessaire pour renforcer la fiabilité des sources mais, aussi, qu’elle permet d’établir des connaissances sur les groupes sociaux pris pour objet.

L’approche proposée pourrait se résumer par la formule d’épistémologie probabiliste de l’action personnelle. J’emploierai le terme d’acteur pour me référer de manière privilégiée à l’individu en tant qu’il agit (en un lieu et un moment donné) ; l’analyse historique suppose toutefois une attention particulière à la dimension temporelle et, par conséquent, au fait que ces individus agissants persistent dans le temps, conservant leur identité personnelle entre les différentes actions qu’ils accomplissent. Une difficulté de l’enquête historique revient à garantir que les associations entre acteurs et actions documentées par des sources diverses concernent bien de mêmes personnes, identifiées univoquement. Soulignons que ce qui est ici conçu dans un cadre probabiliste est bien l’épistémologie des personnes, et non leur ontologie. C’est-à-dire que ce cadre porte sur les procédures et les critères qui permettent d’établir des connaissances à propos, et à partir, de ces personnes. Dans le cas, contraire, où ce cadre probabiliste porterait sur l’ontologie de la personne, cela reviendrait, par exemple, à traiter du fait qu’une personne puisse être conçue comme une entité composite et plus ou moins susceptible d’agir selon des modalités différentes en fonction des contextes d’action (à l’instar de différentes propositions sociologiques, dont celles d’Alexis Ferrand dans Appartenances multiples, opinion plurielle (Ferrand 2011) ou de Bernard Lahire dans L’homme pluriel (Lahire 1998)).

Ayant insisté sur ce point important, je peux maintenant préciser le déroulé de cet exposé, dans lequel :

  • je présenterai premièrement le cas empirique abordé, à savoir le « Groupe international de recherches typologiques », collectif d’archéologues préhistoriens actif entre 1969 et 1989, et les données utiles à son propos.

  • Je préciserai ensuite ce que je t’entends par conception probabiliste du temps, à partir d’un détour par les méthodes de datations justement employées en archéologie.

  • Les deux parties suivantes seront consacrées à la présentation de premiers résultats, en commençant par ceux relatifs à la caractérisation des types de sources et à l’évaluation de leur qualité informationnelle.

  • Enfin, sera abordé la manière dont les propriétés de l’information enregistrée et transmise à propos des acteurs peut être employée comme un moyen de caractériser ces acteurs.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.