S. Lebreton, Des dieux et des personnes : une approche par les réseaux (mondes grecs et ouest-sémitiques, ca. 1000 av. n. è. – 400 d. n. è.)

Ce billet propose l’introduction du texte de Sylvain Lebreton. La version pdf complète est téléchargeable ici-même.

Sylvain Lebreton (sylvain.lebreton@univ-tlse2.fr),

Post-doc MAP / Chercheur associé au LAHM (UMR 6566-CReAAH, Rennes).

Questionner la personne dans les réseaux en prenant pour terrain d’enquête les dieux des polythéismes antiques invite d’emblée à faire le constat d’un paradoxe. En effet, dans la perspective héritée de Jean-Pierre Vernant, les dieux ne peuvent être tenus pour des personnes, mais pour des puissances polymorphes ; d’autre part, les dieux font société, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent être compris sans tenir compte des liens (d’association, d’opposition, etc.) qui les unissent (respectivement, Vernant 1965 et 1974). Ainsi, dans l’idée d’« expérimenter dans le champ des polythéismes » (Detienne 1997), et en tenant de dépasser l’assertion selon laquelle l’analyse des réseaux serait « antistructuraliste » (Gribaudi 1998), le défi d’envisager la société des dieux sous forme réticulaire peut trouver sa place dans la réflexion collective de la Cinquième rencontre du groupe Res-Hist.

Plusieurs voies peuvent être empruntées pour mettre au jour les réseaux qui structurent possiblement les polythéismes antiques : associations ou cooccurrences de divinités dans les récits (Homère e.g.), l’iconographie ou d’autres formes de configurations divines plurielles. Celle choisie par le projet ERC Mapping Ancient Polytheisms (MAP – 741182 : https://map-polytheisms.huma-num.fr/) se focalise sur les « épithètes divines » (Brulé 1998, Parker 2003 et 2017) ou « attributs onomastiques divins » (Bonnet et alii 2018) qui, en ce qu’ils sont tantôt exclusifs, tantôt partagés, peuvent être considérés comme autant de liens possibles entre les puissances divines. En partant de ce postulat qu’il est possible de mettre les noms des dieux en réseau, on espère, entre autres choses, montrer que les dieux ne sont pas des personnes, mais – peut-être – des « puissances » (Vernant 1965), des « systèmes de notions » (Gernet 1932), ou encore autre chose qu’il faudrait définir. Pour les Historiens des religions (de l’Antiquité), la question est en effet d’importance[1].

[1] Je passe ici sur l’état de l’art que l’on peut résumer – trop simplement – comme suit : à Vernant (1914-2007) et ses puissances divines (cf. Bonnet et alii 2017) s’opposait Walter Burkert (1931-2015) qui tenait les dieux (grecs) pour des personnes. Depuis, ceux qui se hissent sur les épaules de ces deux géants se positionnent plus ou moins du côté de l’un ou de l’autre. Une des positions les plus marquées en la matière est probablement celle de Henk Versnel (Versnel 2011) qui a tenté, contre Vernant, de souligner les inconsistencies du polythéisme hellénique. Avec d’autres (cf. e.g. Pirenne-Delforge, Pironti 2016), Corinne Bonnet et l’équipe MAP n’ont pas abandonné l’espoir de décrypter ce polythéisme en tentant d’en déterminer, sinon la structure, du moins les logiques organisationnelles et opératoires, au moyen d’une approche toujours contextualisée. Sur les apports décisifs de P. Brulé et de R. Parker, notamment en ce qui concerne la question des dénominations divines, cf. Brulé 1998 ; Parker 2003 et 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.