Analyser les voyages des Irlandais au haut Moyen Âge grâce aux réseaux bipartis

Par Mathilde Jourdan

Le contexte de la recherche est celui d’un doctorat sur la circulation des Irlandais au haut Moyen Âge en Grande-Bretagne et sur le Continent du Ve s. au début du IXe siècle (fin du règne de Charlemagne).

Quelques-uns de ces Irlandais vous sont peut-être familiers : ainsi saint Colomban (m. 615), encore parfois considéré comme le ré-évangélisateur de l’Europe après les invasions barbares. Si ce rôle d’évangélisateur est largement exagéré, puisque les territoires romanisés au tournant des VIe et VIIe s. possèdent des institutions chrétiennes bien ancrées, l’ampleur de sa pérégrination est réellement impressionnante : il aurait parcouru la Grande-Bretagne, la Bretagne continentale, toute la partie nord de la Gaule de la Burgondie à Nantes, et Paris, Metz, ainsi qu’une partie des franges germaniques situées dans la Suisse actuelle et enfin le Nord de l’Italie. Il a fondé plusieurs monastères dont Luxeuil en Franche-Comté, et Bobbio en Italie, où il finit sa vie.

Vous connaissez aussi peut-être son homonyme saint Colomba (m. 597), un des saints les plus importants de l’Irlande, qui a fondé un monastère à Iona, dans les îles Hébrides situées à l’ouest de l’actuelle Ecosse. De ce monastère, il a mené des missions d’évangélisation chez les Pictes au Nord de la Grande-Bretagne. Un de ses successeurs, auteur de sa biographie/hagiographie principale, l’abbé Adomnán (m. 704), fut également un grand voyageur puisqu’il s’est déplacé, en partant d’Iona, d’Irlande en Northumbrie.

Hormis ces figures très connues, beaucoup d’autres ont quitté leur île natale. Moins visibles dans la documentation, ces Irlandais sont néanmoins nombreux : j’en ai compté environ 380 pour une période qui s’étend du Ve au début du IXe siècle. Pour certains nous n’avons même pas de nom, seulement une attestation de leur identité irlandaise et de leur présence loin d’Irlande.

J’ai déjà démontré au début de mes travaux que tous ces Irlandais n’étaient pas forcément issus du même milieu : l’Irlande est un territoire très fragmenté politiquement. Elle est constituée de quatre ou cinq grandes provinces et d’une centaine de petits royaumes appelés túath (thátha) au Haut Moyen Âge. Dans mon travail, il est bien sur question de définir ce qui fait l’homogénéité de notre groupe, mais aussi de rendre compte de la diversité des parcours de ces Irlandais voyageurs, et d’essayer de comprendre dans quelle mesure leurs voyages peuvent refléter la fragmentation politique de l’Irlande – et j’ai ainsi compris que deux Irlandais dont les carrières sont relativement proches dans le temps Colomban et Fursy, évoluent dans deux cercles politiques et religieux différents, et comment leur parcours reflète deux ensembles géopolitiques au VIIe siècles – c’est-à-dire deux ensembles de royaumes alliés1.

Dans cette communication, je vais examiner dans quelle mesure les réseaux bipartis peuvent m’apporter une aide dans cette recherche. Ces réseaux bipartis sont envisagés comme des outils de visualisation graphique et statistique d’un ensemble de données que j’ai collectées au cours de la lecture de mes sources. Avant toute chose, j’aimerais dire que je me prête à l’exercice spécifiquement pour l’atelier, mais que j’ai à ma disposition une base de données patiemment construite et bien alimentée. Dès le début de mes recherches, j’ai adopté une approche prosopographique de mon sujet et y ait appliqué une méthodologie quantitative encore peu commune aux études du Haut Moyen Âge. Grâce aux formations de l’équipe du PIREH à Paris 1, j’ai acquis la certitude qu’une base de données, pour peu qu’elle soit adaptée au sujet d’étude et au corpus de sources, pouvait être à la fois d’une grande aide dans la recherche, mais aussi un outil heuristique formidable grâce au croisement et de traitement de l’information qu’elle permet, même dans le contexte d’une documentation à la fois lacunaire et très diverse.

Ainsi mon intention de départ était de pouvoir disposer de données permettant de faire différents traitements statistiques sur les Irlandais, une cartographie de leurs déplacements, et également une étude de leurs réseaux personnels – c’est-à-dire de leurs relations entre eux mais aussi des relations avec les individus qu’ils ont rencontrés pendant leur voyage. Mon objectif à long terme pour la recherche est de comprendre comment articuler le capital de mobilité et le capital social des Irlandais.

Je présenterai ici tout d’abord les aspects techniques et méthodologique de la réalisation d’un graphe biparti reliant des nœuds représentant des individus et des lieux. Je continuerai par l’examen du graphe obtenu. Pour conclure je commenterai les apports et les limites de ce graphe biparti dans le cadre de ma recherche, par rapport à d’autres possibilités de représentations visuelles de mes données.

Pour accéder au texte intégral, cliquer ici

  1. Mathilde Jourdan, « Réseaux et circulations : les peregrinationes de Colomban, Fursy et Feuillien (VIIe siècle) », dans Claude Gauvard (dir.), Appartenances et pratiques des réseaux (édition électronique), Paris, Édition du CTHS, 2017, p. 166-180. URL : http://cths.fr/ed/edition.php?id=7261 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cécile Armand (27 septembre 2021). Analyser les voyages des Irlandais au haut Moyen Âge grâce aux réseaux bipartis. Réseaux et Histoire. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/to4f


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search