La géopolitique syrienne à l’époque d’el-Amarna : analyse bimodale des dynamiques d’interaction acteurs-conflits

Par Clément Dutrey

Introduction

Au milieu du XIVe s. av. n. è., au cours de l’époque amarnienne, la géopolitique proche-orientale offre une configuration singulière, en net contraste avec ce que nous savons des périodes antérieures. La progression des grands empires orientaux – l’Égypte, le Hatti, le Mitanni, la Babylonie – hors de leur foyer d’origine a en effet abouti à une mise en contact de leurs zones d’influences respectives dès la fin du XVe s (carte 1). L’équilibre des forces qui caractérise cette période a favorisé l’émergence de pratiques de négociation et de médiation dont la connaissance précise nous est rendue accessible grâce à la prolifération des documents diplomatiques. À ce titre, l’ensemble documentaire à la fois le plus riche et le plus emblématique de la période est le corpus de correspondances d’el-Amarna, découvert en 1887 dans les vestiges de l’ancienne capitale d’Égypte sous Akhénaton. Daté de la seconde moitié du XIVe s., cet ensemble se compose de 382 tablettes d’argile rédigées dans la variante babylonienne de l’akkadien cunéiforme. Une petite part de ce corpus provient des grandes cours proche-orientales (Babylonie, Assyrie, Hatti, Mitanni) qui échangeaient régulièrement avec le pharaon et, dans une plus large mesure, des petits princes de Syrie et de Palestine vassaux du roi d’Égypte. On trouve, en renfort de cette documentation – et de la même période – un corpus de lettres mis au jour dans les vestiges de la cité de Qatna et destiné à Idanda, le maire de la cité, ainsi que des traités hittites découverts dans la capitale de l’empire hittite, Hattušša.

Par-delà les règles de la diplomatie, cette documentation met en lumière l’équilibre précaire des relations déployées entre les différents acteurs. À l’échelle locale, la multitude des princes syriens et palestiniens forme une mosaïque de pouvoirs semi-autonomes dans laquelle les luttes territoriales et les conflits pour l’acquisition de ressources motivent la plupart des interactions. À cet état de rivalités endémiques doit s’ajouter la mise en compétition des grandes puissances pour le contrôle des espaces frontaliers et l’accès aux principaux couloirs de communication marchande. L’équilibre des forces est finalement rompu lorsque, dans les années 1340, Šuppiluliuma, le grand roi hittite, mène une série d’offensives en direction de son voisin syrien, l’empire du Mitanni. L’ampleur du mouvement militaire initié par le roi hittite résulte en une force de pression considérable subie de plein fouet par les petits chefs des cités situées dans les espaces frontaliers : dans l’ouest syrien et au nord du Liban, aux marges des zones d’influence hittite, mitannienne et égyptienne (carte 2 et 3). L’objectif de cette étude est de proposer une analyse de l’impact de cette pression extérieure sur le système d’interactions local qui rassemble les chefs des cités-États.

Dans cette optique, l’ensemble des conflits d’échelle locale entre le milieu du XIVe et la fin de la période amarnienne doivent être identifiés et inventoriés. En étudiant précisément l’association des différents acteurs géopolitiques avec ces conflits, nous pouvons restituer, sous la forme d’un réseau bimodal, le tissu des interactions conflictuelles qui se déploient depuis l’actuelle Palestine jusqu’au nord de la Syrie, là où se trouvait le cœur de l’empire mitannien. Le partitionnement des données en différentes phases chronologiques vise à retracer l’évolution des propriétés structurales des réseaux tout en rattachant les observations à l’étude précise du contexte des guerres syriennes de Šuppiluliuma. Étant donné que les sources mobilisées appartiennent à des ensembles fragmentaires parfois d’interprétation difficile, une attention particulière sera prêtée au rapport entre la documentation et les données qu’il est possible d’en extraire. Afin de construire un cadre théorique solide, la première étape de notre étude met en lumière les spécificités des ensembles documentaires mobilisés tout en proposant une définition détaillée du type de données enregistrées.

Pour accéder au texte intégral, cliquer ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.