Analyser les relations politiques transnationales entre villes européennes sur 20 ans : réseaux d’affiliation et graphes bipartis

Par Paul GOURDON (paul.gourdon@parisgeo.cnrs.fr) 
Doctorant en Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Géographie-cités

Contexte et enjeux de la recherche : pourquoi et comment travailler sur la coopération transnationale entre villes européennes ? 

Circulations transatlantiques : réforme urbaine et toile municipale

Au cours des dernières décennies, un certain nombre d’études des sciences sociales contemporaines se sont restructurées à travers un « prisme circulatoire » (Vauchez, 2013). Cette tendance ne correspond pas tant à la création de concepts génériques unanimement partagés par toutes les disciplines mais plutôt à une série d’exigences venant esquisser une approche particulière de la globalisation. Dans ce cadre, le terme de circulation semble synthétiser la mise en mouvement d’une grande diversité d’objets d’études – techniques, savoirs, individus, objets – et intègre des propositions pour dépasser certaines apories de la monographie ou de la démarche comparative – s’inscrivant trop souvent dans des cadres strictement nationaux. Le nouveau développement d’études sur des circulations qui soient en partie idéelles (savoirs, idées, doctrines), permet de traiter spécifiquement d’une « mondialisation du politique » en dépassant la tension entre institutions traditionnelles (Etats, système international) et nouvelles formes d’action transnationale (Bélanger, 1993).

Aux côtés de la science politique et des Relations internationales, divers courants historiographiques (World History, Global History, Histoire croisée, Histoire connectée) ont réaffirmé l’importance de la prise en compte du transnational pour dépasser le caractère national et stato-centrée d’autres approches et pour saisir dans leur matérialité des échanges de savoirs, d’idées, de techniques produisant des changements sociaux et institutionnels (Saunier, 2004).

A l’instar, de l’ouvrage Atlantic Crossings de Daniel T. Rodgers qui propose de faire une histoire de l’ère progressiste (1890-1920) dépassant le cadre national étasunien (Rodgers, 1998), un certain nombre de travaux ont mis les problématiques urbaines au centre de la réflexion sur l’émergence de mouvements transnationaux au tournant du XXème siècle. Rodgers raconte les circulations croisées d’idées et de pratiques qui éclairent la mise en place de politiques sociales en donnant une place importantes aux mondes urbains européen et étasunien. Ce faisant il retrace la construction de problèmes publics1 dans les villes industrielles occidentales de la fin du XIXème siècle. Cette histoire croisée insiste sur l’importance des villes – britanniques, allemandes, et étasuniennes – comme les sites de luttes de pouvoir (notamment entre le privé et le public) et d’émergence d’une pensée réformiste – socialiste ou non. Ainsi, les transformations radicales dans la manière de gouverner les villes que l’on observe à Birmingham, à Glasgow et, au tournant du XXème siècle, à Londres et Berlin servent d’exemples pour renforcer des dynamiques de municipalisation déjà en cours dans les villes étasuniennes comme Cincinnati, ou encore Boston. Dans ces circulations, les échanges universitaires et les tours d’Europe sont d’une importance particulière pour les acteurs américains (journalistes ou élus locaux2).

Les pratiques de coopération entre les élites urbaines naissantes ont également fait l’objet de travaux spécifiques, notamment sur l’espace européen. Pierre-Yves Saunier examine, depuis la fin du XIXème avec un fort ancrage européen, le développement d’une « toile municipale », à savoir :

« un espace social qui traverse les limites nationales, régionales ou linguistiques et dont l’étendue est définie par l’extension des flux d’information, d’idées, de procédés, de services, de personnes centrés sur les pratiques, les formes, les méthodes, les principes et les valeurs du gouvernement municipal des villes. » (Saunier, 2006)

Ainsi, avant le tournant du XXème siècle, les échanges transnationaux foisonnent en Europe occidentale et aux USA. Les partisans d’une réforme urbaine (Payre, 2007) échangent et débattent sur les bonnes manières de gouverner et d’administrer les villes.

Peu à peu, certaines pratiques développées par quelques « courtiers transnationaux » s’institutionnalisent et certaines organisations nationales et transnationales voient le jour : c’est le cas de la célèbre Union Internationale des Villes (IULA – International Union of Local Authorities) créée en 1913 à Gand, dans une période où naissent également des associations nationales de municipalités (ANCI en Italie dès 1901, l’Union des Villes Belges en 1913 au même moment que l’IULA). La création de ces associations participe de l’institutionnalisation de cette toile municipale durant la première moitié du XXème siècle, particulièrement en Europe. Emerge alors un espace d’échanges (notamment au travers de congrès internationaux) pour différentes communautés d’acteurs, dont certains sont poussées par des visions politiques d’utopies urbaines notamment socialistes (Dogliani, 2002), quand d’autres sont davantage des praticiens (experts, ingénieurs, administratifs) qui échangent sur des solutions techniques (Gaspari, 2002; Saunier, 2006).

Ces travaux ont pour première vertu de rappeler la longue histoire des relations transnationales entre gouvernements urbains en Europe. Ils permettent de suivre l’institutionnalisation de ces pratiques et les diverses organisations qui se concurrencent, se complètent et parfois fusionnent.

Les approches contemporaines : circulations de modèles urbains

Réseaux de villes, associations de municipalités, city-to-city cooperation (Buis, 2009), diplomatie des villes (Viltard, 2010), Transnational Municipal Networks (Bulkeley et al., 2003; Keiner & Kim, 2007) ; les termes ne manquent pas pour décrire ou promouvoir les modalités contemporaines de la coopération entre villes.

Très souvent, les mécanismes de circulation et d’apprentissage des modèles urbains sont envisagés sous l’angle de coalitions plus ou moins informelles d’acteurs privés et publics : qu’il s’agisse de dénoncer le rôle d’élites urbaines transnationales dans la diffusion de l’urbanisme néolibérale (McCann, 2011; McCann & Ward, 2011) ou de montrer la plus grande efficacité de ce type de réseaux par rapport aux organisations plus institutionnalisées (Campbell, 2009). Ce faisant, les dynamiques d’institutionnalisation de la coopération inter-urbaine et leur participation aux mécanismes de « circulations de modèles urbains »3 sont rarement étudiées en tant que telles. Même en Europe – espace caractérisé par une longue histoire de coopération entre villes –, les travaux proposant une image d’ensemble de ce paysage institutionnel sont très peu nombreux (Escach, 2014). Il semblerait pourtant que le nombre de « réseaux de ville » augmente sensiblement au cours des dernières décennies (Acuto & Rayner, 2016) : avec des associations transnationales de municipalités, d’une part ; et certains programmes de coopération territoriale de l’Union Européenne (Bourdin & Idt, 2016; Bussi, 2009), d’autre part.

Au-delà de la simple description des procédures d’association entre villes, cette institutionnalisation ouvre des questions sur la construction de normes et de catégories d’action publique à l’échelle européenne en matière de politique urbaine.

Le contexte de recherche : proposition pour une démarche quantitative et reproductible

Afin de construire l’image manquante du système de relations transnationales entre villes européennes sur les 20 dernières années, le travail de thèse, dont est issue cette communication, se place résolument du côté des méthodes quantitatives. Il s’agit par-là d’offrir un regard complémentaire aux travaux déjà réalisés en histoire, en science politique, en sociologie et en géographie sur les pratiques de coopération territoriale et sur la circulation des savoirs entre villes. La démarche proposée constitue une tentative pour nouer un dialogue interdisciplinaire et elle s’interroge sur ce que les outils de la géographie quantitative ont à offrir pour décrire un système de relations politiques. Pour aborder ces systèmes de relations entre les acteurs collectifs que sont les gouvernements urbains, j’ai construit et enrichi deux bases de données sur les organisations de coopération et leurs villes membres : d’une part, la base de données ETMUN sur les associations transnationale de municipalités (58 implantées en Europe, représentant près de 17 000 adhésions) ; et, d’autre part, la base de données EUCICOP qui répertorie certains programmes de coopération territoriale de l’Union Européenne (entre 2000 à 2020, près de 20 000 projets Interreg, représentant plus de 80 000 participations et 50 000 entités partenaires). Les principales méthodes utilisées dans la thèse sont les outils de l’analyse spatiale pour l’étude des localisations, l’analyse de réseaux pour reconstruire les systèmes relationnels et les réseaux d’affiliation qu’ils constituent, puis la statistique textuelle pour synthétiser les corpus de littérature grise et analyser les contenus en circulation (voir Figure A).

Figure A. Une démarche exploratoire pour appréhender le système relationnel de la coopération entre villes européennes

L’ensemble de cette démarche en trois temps se veut reproductible4. De plus, elle est organisée selon une séquence de travail qui relève de ce qu’on appelle communément l’analyse exploratoire des données (Banos, 2001; Tukey, 1977). En effet, ma démarche est largement itérative et se structure autour d’objets d’analyse successifs qui, pris ensemble, permettent de reconstruire et d’étudier le système relationnel de la coopération transnationale entre villes européennes (Figure A).

La présente communication, s’articule principalement autour du second temps de mes analyses, à savoir la tentative d’exploration des réseaux d’affiliation – bipartis (Wasserman & Faust, 1997, pp. 291–302) – mettant en relations des localités urbaines et les organisations transnationales qui les rassemblent. Reconstruire ces réseaux est une façon de mieux connaître les canaux institutionnels de la coopération entre villes. Les positions des entités (organisations et villes) dans ces réseaux sont interprétées comme des potentialités plus ou moins grandes de participer à la circulation des modèles urbains : qu’il s’agisse de la production, de la diffusion ou de la réception de « bonnes pratiques » et de savoirs sur les politiques urbaines. Il s’agit aujourd’hui d’expliciter la démarche descriptive utilisée pour analyser ces réseaux comme des graphes bipartis, en évitant autant que possible les projections en graphes unimodaux afin de limiter la perte d’information (Newman, 2018, pp. 115–118). 

Pour consulter le texte intégral, cliquer ici.



Citer ce billet
Cécile Armand (2021, 27 septembre). Analyser les relations politiques transnationales entre villes européennes sur 20 ans : réseaux d’affiliation et graphes bipartis. Réseaux et Histoire. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/to4d

  1. Pour une définition du concept de problèmes publics voir : Sheppard-Sellam E., 2019, « Problème public », dans Dictionnaire des politiques publiques, Presses de Sciences Po, p. 504‑510. []
  2. On retrouve la figure d’Albert Shaw, journaliste et intellectuel américain, qui rapporta notamment l’expérience de Glasgow, avec notamment la municipalisation des transports (tramway), mais également la figure du maire de Boston, Josiah Quincy, très influencé par les pratiques des villes allemandes. []
  3. Il semble que cette locution soit, dans le champ francophone, un équivalent des urban policy mobilities des géographes anglophones critiques (Peyroux & Sanjuan, 2016). []
  4. La majeure partie des analyses a été codée sous R, et les scripts sont accessibles en ligne : https://github.com/pgourdongeo []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search