RESEAUX BIPARTIS D’APPARTENANCE A DES ADMINISTRATIONS PRINCIERES ET ROYALES (1258-1314)

Par Laurent Nabias (laurent.nabias@gmail.com), Université Paris Sciences et Lettres, Laboratoire MEMO -Université de Nanterre. 

Cette étude reprend un chapitre de ma thèse soutenue en 20161 dédié aux administrations et aux hôtels royaux et princiers à une époque située entre les rois Saint Louis et Philippe le Bel, et se propose de faire une analyse critique de la méthodologie utilisée des réseaux bipartis et multiplexes en vue de la préparation de sa publication.

Étudier les différentes modalités de reproduction sociale nobiliaire en Île-de-France médiévale revient à aborder les différents réseaux de soutien, de parentèle et autres ressources de subsistance. L’un de ces réseaux doit être approfondi : celui des officiers militaires, administratifs ou financiers, royaux ou princiers, qui a renforcé la position de la noblesse francilienne en assurant sa mutation, la multiplication des offices étant sources de revenus et de donations. Cependant, de la fin du XIIe siècle aux XIVe et XVe siècles, ces nobles sont confrontés à un pouvoir royal qui défaille régulièrement et qui voit la montée de pouvoirs concurrents issus des princes apanagés de la grande famille royale, depuis le règne de Saint Louis. Ainsi, en 1887, Charles-Victor Langlois décrivait dans sa thèse la cour du roi Philippe III, où se rassemblaient conseillers et acteurs de la politique royale traversée par les intrigues, entre 1270 et 1278, « des partis menés par Pierre de la Broce2, par la reine Marie de Brabant, par la reine Marguerite de Provence3 ». Xavier Hélary cite lui aussi l’existence d’au moins quatre partis4 : celui de Pierre de La Broce, le parti de cour représenté par la plus haute noblesse, « le parti des valets de l’hôtel5 », et celui possédant réellement le pouvoir, regroupant les membres de la famille de Saint Louis et d’Alphonse de Poitiers, appelé aussi « le parti des compagnons de Saint Louis6 ».

 « L’État devait recourir à la pratique et donc à la négociation7 », notamment financière, pour s’attacher cette noblesse et concurrencer l’attraction d’autres milieux princiers. Si la « théorie des clientèles » est plutôt reprise par les historiens modernistes pour illustrer l’étude de la noblesse des XVIe et XVIIe siècles8, la structure des réseaux est aussi abordée par des historiens médiévistes. L’étude de la clientèle des Estouteville par Christophe Piel9 constitue une réelle démonstration et participe à ce titre à la chute des barrières entre médiévistes et modernistes. Pourtant, le principe même de « clientèle princière » n’apparaît pas dans les textes médiévaux, ce qui n’empêche pas Élisabeth Gonzalez de légitimer l’utilisation de cette notion, « les termes de “client” et de “clientèle” n’appartenant pas au répertoire lexical du Moyen Âge, mais la notion existant bel et bien10 ».

Cette étude des réseaux est réalisée à travers l’analyse des différentes listes de personnels des hôtels, des cours et des administrations, très nombreuses, aussi bien dans le fonds des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France que dans les différentes thèses éditées dédiées à tel ou tel prince. Si les modernistes considèrent que les termes Hôtel, Maison et Cour regroupent les mêmes individus, les médiévistes quant à eux distinguent bien la cour de l’Hôtel royal ou princier. L’Hôtel regroupe d’abord les individus en charge des offices domestiques attachées à la personne du prince, mais certains historiens évoquent l’Hôtel comme étant « un organe non seulement domestique mais également politique11 », avec un « Hôtel d’en haut composée de chambellans et d’écuyers qui sont les véritables hommes politique de la cour et un hôtel d’en bas composé essentiellement de serviteurs du prince12 ».

L’analyse des mécanismes de formation des clientèles des Grands et de la participation de nobles franciliens aux partis et factions diverses à travers l’analyse des réseaux d’affiliations aux différents hôtels princiers et cours princières constitue le coeur de cette étude. Elle se déroule en trois temps. Tout d’abord, sont décrits la base de données prosopographiques des nobles franciliens et la méthode d’utilisation des réseaux bipartis et multiplexes pour visualiser les groupements d’influence. Ensuite, un exemple de la méthode appliqué aux nobles franciliens en relation dans les hôtels princiers et royaux est fourni avec un certain nombre de critiques sur les actions effectuées. Enfin, une interprétation historique des différents graphes est présentée.

Le texte intégral est accessible ici

 



Citer ce billet
Cécile Armand (2021, 8 octobre). RESEAUX BIPARTIS D’APPARTENANCE A DES ADMINISTRATIONS PRINCIERES ET ROYALES (1258-1314). Réseaux et Histoire. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/to4h

  1. Laurent NABIAS, « Pour lui aider à soustenir son estat » : alliances, fiefs, réseaux, clientèles et partis dans l’ancienne noblesse d’Île-de-France de Philippe Auguste à Charles VII (1180-1437). Histoire. Université de Nanterre, 2016. [En ligne] https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02880019 (consulté le 08/10/2021). []
  2. Pierre de la Broce est médecin auprès de Saint Louis, puis chambellan de Saint Louis et de Philippe III. Sa famille est issue d’un milieu de la petite noblesse de Touraine. Voir Xavier HELARY , « Pierre de La Broce, seigneur féodal, et le service militaire sous Philippe III. L’ost de Sauveterre (1276) », Journal des savants, vol.2, n° 1, 2006, p. 275-305, ici p. 283, 285-286. Il n’est pas un seigneur francilien, aussi son rôle ne sera pas abordé. []
  3. Charles-Victor LANGLOIS, Le règne de Philippe III le Hardi, reproduction en fac-similé de l’édition de [Paris, Hachette, 1887], Genève, Mégariotis, 1979, p. 13. []
  4. Xavier HELARY, « La cour de Philippe III (1270-1285) » dans Murielle Gaude-Ferragu, Bruno Laurioux et Jacques Paviot (éd.), La Cour du Prince. Cour de France, cours d’Europe, XIIe-XVe siècle, Paris, Honoré Champion (Études d’histoire médiévale , n˚ 13), 2011, p. 41. []
  5. Ibid. []
  6. Ibid. D’après C.-V. LANGLOIS,  Le règne de Philippe III le Hardi,  op. cit. []
  7. Ariane BOLTANSKI, Les ducs de Nevers et l’État royal : genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Droz  (Travaux  d’humanisme  et  Renaissance,  n°419),  2006,  p. 16. Ariane  Boltanski  utilise  l’article  suivant : Philippe CONTAMINE, « De la puissance aux privilèges doléances de la noblesse française envers la monarchie aux XIVe et XVe siècles » dans Philippe Contamine (éd.), La noblesse au Moyen Âge, XIe-XVe siècles : essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, Presses universitaires de France, 1976, p. 235-257. []
  8. A. BOLTANSKI, Les ducs de Nevers et l’État royal, op. cit., p. 275. Des considérations plus théoriques sur la notion rapprochée à celle de réseau est développées dans Ariane BOLTANSKI, « Du réseau a l’individu. Quelques réflexions épistémologiques à partir de trois exemples de réseaux égocentrés dans la seconde moitié du XVIe siècle » dans Jean Duma (éd.), Histoires de nobles et de bourgeois : individu, groupes, réseaux en France, XVIe- XVIIIe siècles, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2011, p. 35-59, ici p. 35-39. Voir aussi Katia BEGUIN, « Les clientèles. Conclusion », Hypothèses, no 1, 1999, p. 175-178. Il est curieux que la notion de clientèle n’ait pas été abordée, sauf erreur de ma part, dans la remarquable étude d’Anne de Montmorency de Thierry Rentet, qui évoque surtout différents types de réseaux, notamment dans son chapitre sur la pyramide réticulaire : Thierry RENTET, Anne de Montmorency : grand maître de François Ier, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Histoire), 2011, p. 261-304. []
  9. Christophe PIEL, « Clientèles nobiliaires et pouvoir royal : les Estouteville, de l’occupation anglaise à la Ligue du Bien Public (vers 1415-vers 1465) », Hypothèses, no 1, 1999, p. 137. []
  10. Elizabeth GONZALEZ, Un prince en son hôtel : les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, n°74), 2004, p. 257-258. []
  11. E. GONZALEZ , Un prince en son hôtel…, p. 47. []
  12. Ibid. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search