Un compte rendu des journées Res-Hist 2013

Remarques générales :

Je souhaitais remercier de vive voix les organisateurs des journées RES-HIST. Suite à quelques discussions avec d’autres doctorants sur le chemin du retour, je peux dire que nous avons très souvent observé une très grande disponibilité et une réelle écoute du comité scientifique par rapport aux doctorants, une véritable volonté de participer soit à la résolution des problèmes de chacun soit à l’interprétation des différents résultats après les interventions. Nous avons aussi observé la même chose pour les enseignants et maîtres de conférence également présents.

Je tiens aussi à insister sur la très haute qualité des deux restaurants auxquels vous nous aviez conviés, et des buffets des pauses à midi. Originaire du Sud-Ouest, c’est pour moi un point important, et le magret de canard du premier soir était le bienvenu, surtout en terre niçoise si lointaine. Plaisanterie mise à part, nous avons été surpris de ne pas avoir eu besoin de débourser le montant des chambres d’hôtel et des repas, et nous avons beaucoup apprécié ce facteur. Ce n’est pas le cas de tous les colloques d’après ce qu’on m’a dit.

Plus généralement, je me suis senti dans une ambiance très conviviale, sans pression, dans un climat de partage. Je n’ai pas fait le rapprochement entre mondanités et applaudissements, je considère les applaudissements comme des manifestations d’encouragement. Personnellement, j’ai pu créer un début de réseau, même si pour moi, ne connaissant personne au départ ou presque, cela a été un peu difficile. Mais le fait d’être à deux dans une chambre facilite les choses.

J’ai beaucoup apprécié les conseils de Claire Lemercier, de Michaël Gasperoni et d’Isabelle Rosé dans le cadre de ma présentation, et la discussion que j’ai pu avoir ensuite avec Vincent Gourdon. Je suis reparti avec de nombreuses questions dans ma tête, et elles ne sont pas encore toutes résolues. Je suis rentré aussi avec des doctorants bien motivés, prêts à réorienter leur angle d’attaque de leur sujet, voire à se remettre à leur ancien sujet de thèse pour certaines jeunes docteur.e.s

Enfin, comme je l’ai indiqué samedi matin [NDLR : à suivre bientôt un compte rendu collectif de la discussion de samedi matin…], mon seul regret concerne l’équilibre entre les périodes qui hélas n’a pas été assuré. Peut-être faudrait-il en explorer les raisons ?

Les interventions des doctorants :

Je m’attendais au départ à des discussions sur les méthodes et les problèmes rencontrés, les constructions de modèle. J’ai été surpris cependant par quelques présentations qui présentaient des résultats sans détailler leurs méthodes d’approche des outils. Bref j’ai trouvé une attitude un peu trop « scolaire ». J’ai entendu assez peu d’examen des points faibles des méthodes employées, des difficultés abordées et comment elles ont été résolues. A entendre surtout les autres doctorants, j’ai eu l’impression que la recherche a été menée très facilement, ce qui m’a un peu décontenancé.

Je suis donc du même avis que Pierre-Yves Beaurepaire : les présentations devraient plutôt s’articuler autour des problèmes rencontrés et des méthodes de résolution.

J’ai apprécié les présentations plus longues des « formateurs », même si celle de Michaël Gasperoni sur l’histoire de la parenté a été malheureusement un peu raccourcie. Or j’avais besoin d’écouter les biais sur les réseaux de parenté. J’ai beaucoup apprécié bien sûr les présentations d’Isabelle Rosé, qui se rapprochait le plus de mon intervention, celle de Laurent Beauguitte, très simple, légère, décalée, un brin provocatrice et légèrement humoristique, et celle de Pierre Gervais, ayant été impressionné par son humilité, sa gentillesse et sa bonne humeur. En plus, je connais maintenant un enseignant de mon université (Paris 3) dans laquelle je travaille comme IGE !! J’ai eu aussi la chance de faire connaissance avec Nicolas Verdier, très abordable également.

J’ai été déçu par l’absence de Florent Hautefeuille et je remercie Claire Lemercier d’avoir su si bien compenser cette absence.

Concernant ma présentation, on m’a critiqué la lisibilité des slides, donc je les renverrai sur fond blanc.

Avenir de RES-HIST

Mise en place d’atelier de formation ou plutôt d’accompagnement :

Comme cela a été soulevé lors de la conclusion, des formations de niveau débutant existent déjà, il est peut-être possible de mettre en place des partenariats via le blog ou autre méthode. Mais il faut à mon avis organiser une formation bases de données, à mon avis une introduction quasi-obligatoire avant d’entrer dans le monde des réseaux. Il faut d’abord expliciter la nature des métadonnées informatiques qu’on peut retirer de la source et ensuite « faire construire » le mapping et la structure des tables, avec un crayon sur une feuille blanche, puis donner des pistes pour continuer.

Il serait intéressant ensuite de mettre en place des ateliers de niveau avancé, pour discuter de l’adéquation entre la boîte à outils des réseaux sociaux, la source étudiée et le résultat souhaité. A ce stade, l’accompagnateur peut toujours faire modéliser le graphe des réseaux par le doctorant. Je ne suis pas certain que le travail en commun soit une bonne chose, nos sources sont trop différentes.

Historiographie/épistémologie :

En parallèle à cet atelier d’accompagnement, un atelier sur les discussions historiographiques autour des nouvelles tendances pourrait être organisé, sous forme de séminaire de lectures de texte avec débat ou d’école d’été. C’était je crois le souhait de Silvia Marzagalli. Moi je suis intéressé par l’historiographie des biais et des erreurs de mesure. Mais des séminaires sur les définitions, que nous devons de toute façon intégrer dans la thèse, comme le propose Nicolas Verdier, me semblent aussi indispensables.

LA VIE EN DEHORS DES RENCONTRES

Un forum et/ou l’alimentation du blog existant me semblent indispensables. Une rubrique sur la bibliographie doit être alimentée. De mon côté, je sais que je vais reprendre contact avec la clique des RES-HIST parisiens doctorants (je ne sais pas si les enseignants auront le temps de se joindre à nous), composante fortement connectée depuis trois-quatre jours, pour organiser des rencontres ponctuelles autour d’une table (j’ai déjà dit que j’aimais bien les restaurants).

Bien cordialement
Laurent NABIAS
Doctorant au CHSCO de l’université de Paris Ouest Nanterre
Ingénieur d’étude chargé du système d’information documentaire de la bibliothèque inter-universitaire Sainte-Barbe et de la direction des bibliothèques universitaires de Paris 3.


3 réponses

  1. Laurent Beauguitte dit :

    Bonsoir, je tiens à préciser que si mon intervention était “légère, décalée, un brin provocatrice et légèrement humoristique”, c’est aussi parce que le deuxième jour à 17 heures, ça me semblait un bon moyen pour garder mon auditoire éveillé. Merci en tout cas pour ce compte-rendu. Pour information, il y a sur le blog voisin (http://groupefmr.hypotheses.org/) une rubrique glossaire avec des définitions aussi claires que possible sur des termes clés en analyse de réseau.

  2. valérie Burgos dit :

    Merci pour ce retour. Je suis très intéressée par des rencontres ponctuelles, informelles des doctorants parisiens. Je peux proposer des salles pour accueillir si besoin.

    Valérie Blondelle Burgos,

    Doctorante en histoire des sciences et techniques EHESS-Centre Koyre
    IE cnrs au CERMES 3 Campus CNRS 7, rue Guy Môquet 94801 Villejuif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.